Schiaparelli : la renaissance en or d'une maison haute couture

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/02/2016 à 12H24
Défilé Haute Couture printemps été 2016 Schiaparelli

Défilé Haute Couture printemps été 2016 Schiaparelli

© Hendrik Ballhausen/dpa/picture-alliance/MaxPPP

60 ans après la disparition de la créatrice Elsa Schiaparelli, la maison de haute couture de la place Vendôme renaît grâce à la passion de son directeur artistique, Bernard Guyon. Cette maison a aussi retrouvé un nouveau souffle grâce à la maison Lesage qui fait revivre les broderies mythiques.

Il y a des styles que l'on oublie assez vite et puis il y a des matières qui imprègnent leur marque du sceau de l'éternité. Il en va ainsi de cette enseigne de haute couture du 21 place Vendôme. Disparue dans les années 50, la maison Schiaparelli renaît de ses cendres depuis un an. L'un des magicien de cette renaissance est le nouveau directeur artistique de la maison : Bertrand Guyon. 

Reportage : M. Berrurier / A. Berthiau / A. Delcourt / B. Vidal

La maison Lesage magnifie les broderies

Grand brodeur français, la maison Lesage conserve et fait revivre les modèles mythiques de Schiap' depuis 1935. "Faire vivre le passé au présent c'est ce que tout le monde recherche", explique Muriel Lemoine, directrice de la maison Lesage. Les broderies historiques des années 40 ont été recréées intégralement pour la collection qui a défilé pendant la Fashion Week haute couture printemps-été 2016, en janvier dernier.

Les célèbres broderies Schiaparelli conservées et recréées par la maison Lesage

Les célèbres broderies Schiaparelli conservées et recréées par la maison Lesage

© France 3 / Culturebox

Une créatrice majeure dans les années 30

Originaire de Rome, la Shiap' tombe dans la mode en créant un pullover de sport très avant-gardiste pour l'époque. Son tricot noir et blanc, noir et couleurs vives, à motifs de nœud, de formes géométriques, de squelette, de cœurs transpercés, de tatouage de marin ou de tortue abstraite est adopté par de nombreuses actrices et célébrités de l’époque. Vogue le qualifie de chef d’œuvre. Les Etats-Unis s’en emparent immédiatement pour en faire un best-seller. 

Très inspiré par les créations d'origine d'Elsa Schiaparelli, Bertrand Guyon rappelle que dans les années 30 Schiaperelli est devenue la plus grande maison de Paris.   
Le petit côté sportwear toujours présent dans  les collections actuelles 

Le petit côté sportwear toujours présent dans  les collections actuelles 

© Hendrik Ballhausen/dpa/picture-alliance/MaxPPP

Dadaïste et anti-Chanel 

Créée à la fin des années 30 par l'italienne Elsa Schiaparelli, la griffe présente jusqu'au milieu des années 50 des collections influencées du monde artistique des époques qu'elle croise. La créatrice s'entoure des plus grands talents qui l'inspirent. Giacometti, Oppenheim, Elsa Triolet, le dramaturge Jean Cocteau lui commande les costumes de la pièce de théâtre "Les Monstres" et  bien sûr Salvador Dali. Elle collabore avec le peintre surréaliste sur la création de plusieurs oeuvres délirantes dont la fameuse robe imprimée homard. 
Détail de la robe homard créée par Schiap' pour Dali

Détail de la robe homard créée par Schiap' pour Dali

© France 3 / Culturebox
A cette époque, c'est la guerre entre l'italienne et sa rivale française Coco Chanel qui déclare : "Schiaparelli déguise les femmes, moi je les habille !"

D'autres la considèrent comme la créatrice pour des femmes au caractère fort et indépendant : Marlene Dietrich, Katharine Hepburn, Lauren Bacall font partie des ses clientes. Aujourd'hui la maison de couture est incarnée par l'une des grandes muses de Jean Paul Gaultier : Farida Khelfa. 

Avant que le nouveau D.A. Bertrand Guyon prennent les rênes de la maison, un couturier avait revisité l'empreinte de la Schiap', le temps d'une collection : Christian Lacroix, en juillet 2013, avec 18 pièces uniques, présentées comme des oeuvres d'art au musée des Arts Décoratifs à Paris.
 Portrait d'Elsa Schiaparelli 

 Portrait d'Elsa Schiaparelli 

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

Schiaparelli, histoire d'une excentrique

La maison Schiaparelli a été créée dans les années 30 par Elsa Schiaparelli, la grande rivale de Coco Chanel. La griffe qui dormait depuis la disparition de sa fondatrice en 1973, a été rachetée en 2007 par l'homme d'affaires italien Diego Della Valle mais aucune nouvelle collection n'avait été présentée depuis. Considérée comme la grande rivale de Coco Chanel, Elsa Schiaparelli était connue pour ses chapeaux excentriques, ses robes homard ou squelette. Entourée d'artistes, dont Cocteau et Dali, influencée par les surréalistes, la créatrice italienne a fait partie du renouveau de la couture au début des années 1930 en apportant à ses tenues une touche de désinvolture et de fantaisie