La 2e journée haute couture jongle entre le bleu et le vert

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/01/2012 à 21H55
  • Chanel, hc printemps-été 2012. Paris
  • Chanel, hc printemps-été 2012. Paris
  • Armani hc printemps-été 2012. Paris
  • Gustavolins hc printemps-été 2012. Paris
  • Stéphane Rolland hc printemps-été 2012. Paris
  • Alexandre Vauthier hc printemps-été 2012. Paris
  • Julien Fournié hc printemps-été 2012. Paris
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Chanel, hc printemps-été 2012. Paris
    Chanel, hc printemps-été 2012. Paris © A. Klein. AFP
  • Chanel, hc printemps-été 2012. Paris
    Chanel, hc printemps-été 2012. Paris © A.Klein. AFP
  • Armani hc printemps-été 2012. Paris
    Armani hc printemps-été 2012. Paris © P. Verdy. AFP
  • Gustavolins hc printemps-été 2012. Paris
    Gustavolins hc printemps-été 2012. Paris © A.Klein. AFP
  • Stéphane Rolland hc printemps-été 2012. Paris
    Stéphane Rolland hc printemps-été 2012. Paris © F.Guillot. AFP
  • Alexandre Vauthier hc printemps-été 2012. Paris
    Alexandre Vauthier hc printemps-été 2012. Paris © F.Guillot. AFP
  • Julien Fournié hc printemps-été 2012. Paris
    Julien Fournié hc printemps-été 2012. Paris © P. Verdy. AFP

Bienvenue dans la carlingue d'un avion en plein vol. Les nuages défilent au plafond, le hublot s'illumine de bleu, comme la couleur dominante du défilé Chanel. "Après les tapis rouges, le tapis bleu!", plaisante Karl Lagerfeld précisant que pour cette collection 154 teintes de bleu ont été utilisées. Du bleu chez Chanel, du vert chez Armani mais aussi chez Gustavolins... l'été sera coloré.

"Le bleu, c'est une palette en elle-même", dit Karl Lagerfeld rappelant que Coco Chanel a fait beaucoup de marine mais pas de dégradés de bleus". Ici, les sièges sont disposés en épis pour offrir une vue optimale et portent un numéro qui défile. La moquette est siglée Chanel sur fond bleu foncé. Des panneaux lumineux indiquent les deux portes d'évacuation au milieu et de petites lumières s'alignent le long du couloir dans la pénombre". "J'adore l'avion", confie le couturier. "Rien ne me détend autant. Les voisins sont collés à leurs écrans, il n'y pas de téléphone. On a une paix royale". Décollage imminent. Pleins feux en cabine, chaque porte-bagage s'allume le long du couloir au passage du premier modèle dans une robe bleu ciel aux manches courtes, coupée juste au-dessus du genou, col large à revers. Seul bijou, des boucles d'oreilles longues. Pour le jour, des tailleurs jupes brodés de paillettes et un seul pantalon blanc, porté sous une veste marine aux manches arrondies. Mais aussi des manteaux courts d'où dépassent des jupes longues. "La longueur se porte de jour. Cela ne joue plus. Vous avez remarqué qu'il y a aussi des tenues très habillées qui sont courtes", souligne le couturier. La largeur du col, qui tient grâce à une structure invisible à l'intérieur du vêtement, et les manches arrondies "en arceaux", explique le couturier "cela affine tout le reste".

Une palette de couleurs inédite
La collection Armani Privé propose du croco, de la soie lamée ou doublée de résille et des imprimés reptiliens, dans des tons jaune chartreuse, vert, gris perle et noir. On note des pantalons fuselés, des jupes longueur genou et des blazers courts à basque en volume. Le soir, le couturier italien ne résiste pas aux robes de sirènes ouvragées, notamment sur des modèles bustiers entièrement brodés de paillettes ou de cristaux.

Alexandre Vauthier, membre invité dans le calendrier officiel, formé chez Thierry Mugler et Jean-Paul Gaultier, a rendu hommage au doyen des brodeurs François Lesage, disparu en décembre 2011. Alexandre Vauthier, qui a présenté une collection faisant largement appel aux métiers d'art, était l'un des "chouchous" de M. Lesage. Cet incontournable artisan de la haute couture, blagueur et toujours optimiste, aimait prendre sous son aile et encourager les jeunes talents. "Je lui dédie ma collection, centrée sur mes codes et vraiment dans la subtilité", a expliqué le couturier.

À l’aube de son 10e défilé, la rencontre de Stéphane Rolland avec les œuvres du sculpteur Michel Deverne a été déterminante dans la construction de la collection graphique mais souple et gracile. Les robes pull, en jersey, gainent le corps. Le mouvement est interrompu par les sculptures organiques; alvéoles articulées sur une hanche, ailerons feuilletés pour des revers asymétriques ou spirales posées sur une épaule, sculptures de métal. Enfin, le choix coloristique est minimal afin de ne pas obstruer le discours: rouges, blancs et noirs.

La présentation de la collection haute couture de Givenchy