Défilés haute couture : la 3e journée se termine en beauté

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/01/2012 à 11H22
  • Elie Saab hc printemps-été 2012. Paris
  • On aura tout vu hc printemps-été 2012. Paris
  • Franck Sorbier hc printemps-été 2012. Paris
  • Elie Saab hc printemps-été 2012. Paris
  • Jean Paul Gaultier hc printemps-été 2012. Paris
  • Valentino hc printemps-été 2012. Paris
  • Maxime Simoens hc printemps-été 2012. Paris
  • Yiging Yin hc printemps-été 2012. Paris
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Elie Saab hc printemps-été 2012. Paris
    Elie Saab hc printemps-été 2012. Paris © A.Klein. AFP
  • On aura tout vu hc printemps-été 2012. Paris
    On aura tout vu hc printemps-été 2012. Paris © P. Verdy. AFP
  • Franck Sorbier hc printemps-été 2012. Paris
    Franck Sorbier hc printemps-été 2012. Paris © F.Guillot. AFP
  • Elie Saab hc printemps-été 2012. Paris
    Elie Saab hc printemps-été 2012. Paris © A. Klein. AFP
  • Jean Paul Gaultier hc printemps-été 2012. Paris
    Jean Paul Gaultier hc printemps-été 2012. Paris © P. Verdy. AFP
  • Valentino hc printemps-été 2012. Paris
    Valentino hc printemps-été 2012. Paris © A. Klein. AFP
  • Maxime Simoens hc printemps-été 2012. Paris
    Maxime Simoens hc printemps-été 2012. Paris © F.Guillot. AFP
  • Yiging Yin hc printemps-été 2012. Paris
    Yiging Yin hc printemps-été 2012. Paris © F. GUillot. AFP

Au 3e et dernier jour de présentation des collections de haute couture pour l'été prochain, le duo On Aura Tout Vu a enflammé le podium tandis que Jean-Paul Gaultier a rendu un bel hommage à la chanteuse Amy Winehouse. Jeudi, c'est au tour de la haute joaillerie de faire son show.

Le duo On Aura Tout Vu a intitulé sa collection High Light Fire. Tout un programme. Flammes de l'enfer, éclairs de lumières, feux follets et constellations parent les vêtements de leurs couleurs chatoyantes. Mais pourquoi ce thème ? Yassen Samouilov m'explique: "C'est une réaction à l'idée de la crise... quand toutes les valeurs partent en fumée. A force la crise va venir... il faut donc mettre le feu pour que les choses bougent... et que chacun le fasse à son niveau". Livia S.Stoianova et Yassen Samouilov ont tenu leurs promesses. Ici, le délire créatif est dominé par une coupe bien maîtrisée et des accessoires qui subliment le vêtement sans l'étouffer. Ce n'est pas un feu de paille mais une véritable flambée dévorante. On aime ces créateurs qui se renouvèlent à chaque collection sans perdre un seul instant leur âme.

Du renard, des formes organiques et des drapés, la Française d'origine chinoise Yiqing Yin, 26 ans, a "voulu créer des sortes de totems, à mi-chemin entre l'animal et l'architectural" pour son premier défilé dans le calendrier officiel de la couture. "Comme si le corps se transformait et était figé dans le temps a mi-chemin", explique-t-elle. Elle a baptisé sa collection "In carne", en évoquant une "animalité sans provocation, une animalité acceptée". De la fourrure rase et de la dentelle française retravaillée, sa palette va du noir au blanc en passant par des ocres et de "l'or avant qu'il ne brille". "J'ai voulu les matières, comme la dentelle ou autres savoir-faire traditionnels, et en faire quelque chose de nouveau, d'organique, qui s'intègre au corps en partant de l'anatomie et non comme une décoration".

Le défilé haute couture de Franck Sorbier:

 

Jean-Paul Gaultier a livré un hommage à Amy Winehouse, célébrant en musique et en vêtements l'héritage de la diva soul. "C'est une icône", a déclaré le couturier. "Amy Winehouse représente le fait d'être unique, elle avait en elle plein d'influences différentes qu'elle mélangeait dans la musique et dans son style". Au bout du podium, quatre chanteurs reprennent a capella les tubes de la chanteuse, morte fin juillet à 27 ans. Les mannequins, maquillés d'épais trait d'eye-liner et coiffés du "chignon choucroute", portent des pardessus déstructurés, des corsets ouvragés et des tailleurs asymétriques, tandis que, dans le public, Beth Ditto ne peut s'empêcher de fredonner "Rehab". Dans cette joyeuse juxtaposition de pièces, les dessous prennent le dessus, s'imposant, par exemple, sous une longue robe en guipure orange fluo. "Mon plus bel hommage, c'est toute l'admiration que j'ai pour elle", a expliqué Jean-Paul Gaultier. Pour clore le défilé les mannequins sont revenus coiffés d'un voile.

L'actrice française Bérénice Béjo était invitée chez le Libanais Elie Saab, admirant une succession de robes de princesse parfaites pour le tapis rouge, au lendemain de sa nomination aux Oscars. La comédienne interrogée sur sa  tenue le 26 février à Los Angeles joue les mystérieuses. Le couturier, qui a déjà habillé la star pour des soirées officielles, reconnaît que les tapis rouges, c'est sa "spécialité" et son staff "croise les doigts". "Je suis emballé par l'actrice et j'aime beaucoup la femme", a dit le créateur. La comédienne du film français "L'Artiste", nommé dix fois aux Oscars, a admiré ses robes blanches, sirènes ou baby-doll, puis vert d'eau, jaune pâle, beige poudré, bleu ciel acidulé ou rose vif. "J'ai adoré les couleurs, c'est fluide, très féminin", confie-t-elle. Elie Saab a pensé cette collection, richement brodée de fleurs et de strass, comptant une majorité de robes longues et vaporeuses, pour "une impératrice jeune, moderne et très fleurie". "En construisant les couleurs, j'ai pensé à des pastels légèrement acides pour donner aux robes un effet féerique", a-t-il ajouté.

 

Le défilé haute couture de Maxime Simoens