Retour en force de la haute couture sur les podiums parisiens

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 01/07/2017 à 14H34, publié le 30/06/2017 à 13H30
Jean Paul Gaultier haute couture printemps-été 2017, à Paris

Jean Paul Gaultier haute couture printemps-été 2017, à Paris

© ALAIN JOCARD / AFP

Haute couture : ce label prestigieux couronne des savoir-faire traditionnels, le travail à la main et le sur-mesure. Ce rendez-vous parisien, de plus en plus international, s'étoffe au fil des ans passant de 28 shows la saison dernière à 36 ! Ces défilés vont se succéder du 2 au 5 juillet 2017 pour la présentation des collections hiver 2017-18. Le 6 juillet étant consacré à la haute joaillerie.

Ces défilés, qui se tiennent une semaine après la fin des collections homme pour l'été 2018, coïncident avec un changement de nom pour la Fédération qui les organise. La Fédération française de la couture, du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode cède ainsi la place à la Fédération de la haute couture et de la mode (FHCM). Un nouveau nom qui "met en exergue la haute couture, remarquable singularité française et la mode sous ses formes les plus créatives. Il célèbre à la fois la création et l'innovation, le savoir-faire dans toutes ses composantes, l'art et la technologie", a souligné la Fédération dans un communiqué.

La haute couture, un label exclusivement parisien

L'appellation haute couture est juridiquement protégée et un club restreint de 15 maisons peut actuellement s'en prévaloir : Adeline André, Maurizio Galante, Schiaparelli, Christian Dior, Giambattista Valli, Jean Paul Gaultier, Alexandre Vauthier, Julien Fournié, Stéphane Rolland, Alexis Mabille, Chanel, Franck Sorbier, Maison Margiela, Yiqing Yin et Givenchy (ce dernier ne défilant pas cette saison). 

Ce label couronne des savoir-faire traditionnels, le travail à la main et le sur-mesure qui peuvent nécessiter des centaines d'heures de travail de la part d'artisans d'art et ne sont accessibles qu'à des clientes ultra-fortunées. Mais le programme de ces défilés de juillet et janvier s'ouvre régulièrement à des membres invités (ils sont 17 cette saison). Ils ne remplissent pas nécessairement ces critères et ne proposent pas de la haute couture stricto sensu mais profitent de ce podium privilégié. Proenza Schouler et Rodarte ne présenteront pas de la haute couture mais leur prêt-à-porter printemps-été 2018, profitant de cette date précoce pour montrer leurs nouveautés aux acheteurs.

Chez Dior, le défilé de Maria Grazia Chiuri sera suivi dans la soirée de l'inauguration de l'exposition "Christian Dior, couturier du rêve" organisée au Musée des Arts décoratifs à l'occasion des 70 ans de la maison (du 5 juillet au 7 janvier 2018).

5 créateurs internationaux invités

Pour la première fois, les marques américaines Proenza Schouler et Rodarte, la maison française Azzaro, le Belge A.F.Vandevorst et le Néerlandais Ronald van der Kemp vont défiler en tant que "membres invités".

Pour Azzaro, il s'agit d'un retour dans le programme de la haute couture. La maison, fondée à Paris par l'Italien Loris Azzaro, a nommé en mars 2017 Maxime Simoëns comme directeur artistique. Fondée en 1967, la maison offre un mélange de glamour, d’élégance et de sensualité. Son fondateur Loris Azzaro avait posé des codes intemporels avec ses robes-fourreaux en jersey épousant et révélant les corps sans les contraindre. La maille Lurex les faisant étinceler. Le noir, le blanc et l’argent évoquant le chic et le mystère de la nuit. 
Le créateur Maxime Simoëns

Le créateur Maxime Simoëns

© Tine Claerhout
Le duo An Vandevorst et Filip Arickx se rencontre en 1987 au 1er jour de leur formation à l’Académie Royale des Beaux-Arts à Anvers. Dix ans plus tard, ils présentent leur première collection à Paris, sous la griffe A.F.Vandevorst. L’esthétique d’A.F.Vandevorst est souvent inspirée par l’obsession de la contrainte imposée sur des vêtements drapés et fluides. Les premières collections revisitent régulièrement des matières telles que le feutre et le cuir, et font référence à des images culturelles archétypales. Influencé par sa passion pour l’art, le duo collabore régulièrement avec des cinéastes, pour des installations spéciales et même des costumes de théâtre.
An Vandevorst et Filip Arickx, les créateurs de Af Vandervorst, 

An Vandevorst et Filip Arickx, les créateurs de Af Vandervorst, 

© Courtesy of A.F. Vandevorst
Proenza Schouler, l'une des maisons phare de la mode new-yorkaise, fondée en 2002 par Lazaro Hernandez et Jack McCollough, avait annoncé en janvier 2017 son intention de présenter sa collection de prêt-à-porter printemps-été 2018 en juillet à Paris, et non à la Fashion week de New York en septembre comme à son habitude. Ce qui permet à la griffe de livrer plus tôt sa collection et d'allonger sa durée de vente. En 1998, Lazaro Hernandez et Jack McCollough se rencontrent sur les bancs de la Parsons School of Design à New York. Quatre ans plus tard, ils signent leur première collection de fin d’études "Proenza Schouler". Entre 2003 et 2013, ils remportent cinq fois un CDFA.
Proenza Schouleur, le duo de créateurs New-yorkais Lazaro Hernandez et Jack McCollough,

Proenza Schouleur, le duo de créateurs New-yorkais Lazaro Hernandez et Jack McCollough,

© DR
Rodarte, la marque des sœurs Kate et Laura Mulleavy, basée à Los Angeles et populaire à Hollywood, délaisse aussi New York pour Paris. Le label de luxe américain Rodarte a été fondé à Los Angeles en 2005. Cette marque conceptuelle est connue pour son mélange artistique de haute couture, sa féminité moderne et ses influences californiennes. Kate et Laura Mulleavy ont remporté prix et récompenses pour leur mode, les costumes de ballet qu'elles ont conçu.… Leurs œuvres sont présentées dans de nombreuses collections permanentes de musées. 
Kate et Laura Mulleavy, les créatrices de Rodarte, en 2014

Kate et Laura Mulleavy, les créatrices de Rodarte, en 2014

© Slaven Vlasic / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
La marque néerlandaise Ronald van der Kemp a pour maxime : "Je rêve de jours où la mode de luxe était encore une affaire profondément intime. Les femmes construiraient des armoires qui accentuaient leur style personnel, choisissant soigneusement les designers qu'ils aimaient. Ils se sont régalés pour cette robe ou cette veste parfaite, sachant qu'il a été conçu avec amour. Et durerait toute une vie."
Le créateur Ronald van der Kemp

Le créateur Ronald van der Kemp

© J.W. KALDENBACH

Les défilés de haute couture seront suivis le 6 juillet des présentations de sept maisons de haute joaillerie (Boucheron, Chanel, Chaumet, Chopard, De BeersDior, Louis Vuitton).

Olivier Lapidus lance sa maison de e-Couture

Olivier Lapidus profite de cette frénésie parisienne pour lancer sa maison de Couture Digitale, le 1er juillet 2017. Tout au long de l'année, elle offrira à ses clientes sur le principe du "see now, buy now", un e-défilé. Des web-clips révéleront les étapes de conception et de réalisation des modèles : secrets de fabrication, broderies, détails de passementerie... Pour cette première collection, Olivier Lapidus s’est inspiré de sa mère qui a posé pour de grandes maisons de couture et de joaillerie. Ces images d’enfance, revisitées, lui ont inspiré une collection aux formes pures et aux couleurs poudrées, un "paradis perdu" où des fleurs-bijoux brodées sont de véritables pièces de joaillerie. Parallèlement, une collection de prêt-à-porter, en édition limitée, fait l’objet de son e-show et d’une websérie. Huit robes de haute couture et huit robes en séries limitées, accompagnées de leurs accessoires, composent ces deux premières collections capsules.
Le couturier Olivier Lapidus

Le couturier Olivier Lapidus

© Courtesy of Olivier Lapidus
Et comme la semaine de la haute couture est un événement festif : suite au lancement, au printemps, du Numéro des 40 ans de Façade chez Colette, le magazine célèbre cet anniversaire le premier soir de la couture avec un duo trans-générationnel entre Guy Cuevas, le mythique DJ du Club 7 et du Palace, et Léonard Lasry, le nouveau chouchou des fashion people.
Les 40 ans du mag Facade, le 2 juillet avec Guy Cuevas et Léonard Lasry

Les 40 ans du mag Facade, le 2 juillet avec Guy Cuevas et Léonard Lasry

© Courtesy of Façade