Retour de Fred Sathal, la créatrice qui évolue entre art et couture

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/07/2014 à 13H16
La créatrice Fred Sathal

La créatrice Fred Sathal

© W Amor Communication

Après 8 ans d’absence, la créatrice Fred Sathal fait son retour sur les podiums parisiens le 6 juillet, point de départ de la relance de sa maison. Élue membre invité par la chambre syndicale de la couture, elle présente sa collection automne-hiver 2014-2015 dans le cadre du calendrier haute couture.

Sa nouvelle collection se présente comme "un parcours à travers les plis de l’âme. Il s’agit d’une garde-robe brodée recto et verso traversée de fils, de pampilles, de sequins, de paillettes et de teintures qui réfléchissent la lumière.... Un univers où chaque vêtement fait oeuvre" selon la créatrice.
Fred Sathal, designer, plasticienne présente son travail au showroom de la MC21, organisé par la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode
Une créatrice à la patte singulière
 
Fred Sathal travaille matériaux et textiles, en les déplaçant de leur réalité, dans une ouverture plastique, riche d'inventions, de flamboyance. Elle utilise des procédures qu’elle invente et développe. Son aiguille s'immisce dans des interstices minuscules. Ses réalisations s'avèrent travaillées dans leurs détails. Elle montre l'envers et l'endroit, chaque pièce est réversible.
Dans la collection haute couture printemps/été 2006, la créatrice crée des vêtements comme des philtres magiques qui penseraient au bonheur en pansant l'individu. Les tenues sont sophistiquées : tunique ou cape pailletées et perlées, robe noire frangée et ourlée à l'encolure bordée de fétiches façon collier, robe sans manches en dentelle noire transparente ornée de perle de jais, robe lilas courte repailletée, bas de jean se couvrant de fils ou long manteau en patchwork de dentelles colorées et brodées de paillettes et de coutures apparentes, tunique perlée de déesse hindoue, chemisier voile, manteau long blanc croisé dessiné à main levée de motifs dentelle, plumes et talismans....

Dans la collection haute couture printemps/été 2006, la créatrice crée des vêtements comme des philtres magiques qui penseraient au bonheur en pansant l'individu. Les tenues sont sophistiquées : tunique ou cape pailletées et perlées, robe noire frangée et ourlée à l'encolure bordée de fétiches façon collier, robe sans manches en dentelle noire transparente ornée de perle de jais, robe lilas courte repailletée, bas de jean se couvrant de fils ou long manteau en patchwork de dentelles colorées et brodées de paillettes et de coutures apparentes, tunique perlée de déesse hindoue, chemisier voile, manteau long blanc croisé dessiné à main levée de motifs dentelle, plumes et talismans....

© Patricia Giudicelli
Ses oeuvres, qu'elles soient vestimentaires, plastiques, photographiques, ont un aspect familier et étrange à la fois... dévorées, triturées, tissées, coloriées, brodées, tatouées, tamponnées, nouées, lacérées. Son plan s'inscrit dans un processus de gestation et de réalisation. Elle aime perturber les sens en offrant des textures étonnantes ou le lien entre le regard et la sensation tactile procure la surprise. Libre, elle élabore sans théorisation. Son travail s'inscrit dans l'interdisciplinarité. Son travail donne naissance à un monde onirique, peuplé de créatures, de rituels, de parures....
Ca collection automne-hiver 1999/2000 est son dernier défilé de prêt-à-porter. Un style urbain, chic, dépouillé, longiligne, réalisé dans des matières nobles comme du double crêpe de laine, des mousselines de soie, de la maille, du cuir et des dentelles, entièrement doublé de crêpe satin de soie. Les teintes dominantes sont le noir et le gris perle. Les coupes graphiques sont architecturales et linéaires. Les vestes, pantalons, capes, écharpes sont brodés de points “étoile filante” rehaussés de paillettes aux couleurs vives et acidulées. A noter des cols hauts, élançant le port de tête. 

Ca collection automne-hiver 1999/2000 est son dernier défilé de prêt-à-porter. Un style urbain, chic, dépouillé, longiligne, réalisé dans des matières nobles comme du double crêpe de laine, des mousselines de soie, de la maille, du cuir et des dentelles, entièrement doublé de crêpe satin de soie. Les teintes dominantes sont le noir et le gris perle. Les coupes graphiques sont architecturales et linéaires. Les vestes, pantalons, capes, écharpes sont brodés de points “étoile filante” rehaussés de paillettes aux couleurs vives et acidulées. A noter des cols hauts, élançant le port de tête. 

© Michelangelo Di Battista
De la mode à l'art contemporain
 
Née à Marseille en 1966, Fred Sathal est une designer et plasticienne dont le travail s'incarne en diverses identités, sous lesquelles elle officie pour la haute couture, les arts de la scène et l'art contemporain.
 
Elle s'installe à Paris au début des années 90 et présente sa première collection de prêt-à-porter en 1994. Acclamée pour son originalité, ses mises en scène peuplées de créatures étranges, ses techniques particulières d'utilisation du volume, de la coupe, de la matière et de l'ornementation. Une douzaine de collections se succèdent pendant cette décennie.
 
En 2000, elle fait une entrée remarquée dans le monde de la haute couture, produisant des pièces uniques, véritables oeuvres d'art. Son travail est maintenant dans les collections du musée de la mode de Marseille, au musée Galliera et au musée des Arts décoratifs de Paris, au Fonds National d'Acquisition d'Art Contemporain à Puteaux et dans plusieurs fondations.
Fred Sathal, couture automne-hiver 2014/2015

Fred Sathal, couture automne-hiver 2014/2015

© FRED & FRED
Au fil des années, elle travaille sur des installations et des expositions d’art contemporain mais conçoit et réalise également des costumes et décors de scène pour le théâtre et la danse. Son univers dépasse la mode. Ainsi, en 2006, elle prend la décision d’interrompre sa présence aux fashions weeks parisiennes pour enrichir son travail dans d’autres domaines créatifs en France et à l’international.
 
En 2009, un livre monographique « Sathal Creatures » publié aux éditions Images en manoeuvres, retrace 20 ans de créations protéiformes et singulières.