Brodeuses et bottiers, les créateurs de rêve des défilés haute couture

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/07/2013 à 18H00
Une brodeuse de la Maison Lesage 

Une brodeuse de la Maison Lesage 

© France 2 Culturebox

A Paris, les défilés haute couture pour l’hiver 2013-2014 se poursuivent et une fois de plus, le savoir-faire extraordinaire des brodeurs et des artisans français illumine les créations des couturiers. Gros plan sur les brodeuses de la famille Lesage et sur les bottiers de la Maison Massaro.

Reportage : J. Mimouni, D. Fossard, M. Treillet, D. Turpin, M. Violet
« Un couturier c’est comme un compositeur. S’il n’y a pas de musiciens pour jouer sa partition, il ne se passe rien ». Voilà comment Hubert Barrère, le successeur de François Lesage résume, en quelques mots, la collaboration entre la maison Lesage et les couturiers, et qui reste valable pour toutes celles et ceux qu’on nomme "les petites mains".

Les origines de cet atelier de broderie remontent à 1868 et se confondent avec celles du brodeur Albert Michonnet. Ce dernier travaillait pour l’impératrice Eugénie mais aussi pour Charles Worth, l’inventeur de la haute-couture. En 1924, son atelier est racheté par Albert Lesage et son épouse modéliste Marie-Louise Favrot.
Une broderie Lesage, des ateliers...

Une broderie Lesage, des ateliers...

© Sonia Kolesnikov-Jessop
Aujourd’hui, 65 000 échantillons brodés sont archivés dans cette maison dont les collections représentent plus de 9 millions d'heures de travail. Chaque année, les brodeuses utilisent 300 kilos de perles et 100 millions de paillettes. On ne connaît pas hélas la longueur du fil de soie (recherché pour sa solidité) utilisé pour broder tout cela !
...au défilé !

...au défilé !

© Sonia Kolesnikov-Jessop
En 2002, Chanel a racheté la Maison Lesage (et d'autres entreprises artisanales françaises) afin de conserver en France le savoir-faire unique de ces artisans. Un savoir-faire qui se transmet puisqu'une école Lesage a ouvert ses portes à Paris en 1992.

Massaro, le co-créateur de l'escarpin bicolore Chanel

Quant au bottier Massaro, son aventure a commencé en 1894 avec Sébastien Massaro et s’est transformée en saga familiale puisque trois générations de maîtres-bottiers se sont succédés rue de la Paix. La maison est devenue le fournisseur exclusif de la haute couture Chanel en 2002. Mais une  collaboration très étroite existait déjà bien avant, entre Coco Chanel et Raymond Massaro. C’est le bottier qui créa le célèbre escarpin bicolore à bride élastique en 1957 (la couturière soutenait qu’avec une seule paire de beige et noir, une femme était chaussée pour toutes les heures du jour et de la nuit). Mais depuis 2008, ce n’est plus un Massaro qui tient les rênes de l’atelier mais un bottier, Philippe Atienza, qui a été formé auprès des plus grands.
L'escarpin bicolore Chanel / Massaro

L'escarpin bicolore Chanel / Massaro

© DR