Diaporama 13 photos
Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

Azzedine Alaïa, sculpteur du corps féminin, derniers jours au Palais Galliera

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/09/2013 à 12H18

Le Palais Galliera célèbre Azzedine Alaïa en lui consacrant sa 1ère rétrospective parisienne. 70 modèles iconiques retracent son parcours créatif unique. Ce sculpteur du corps féminin préfère "les vêtements qui durent" et ne pense qu'à "rendre les femmes plus belles". Une jolie leçon de couture émouvante pour ce créateur qui reste en dehors de la frénétique planète mode. A voir jusqu'au 26 janvier

  • Exposition Alaïa au Palais Galliera : des tailleurs et manteaux plus austères
    01 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera : des tailleurs et manteaux plus austères
    "C'est mieux qu'on m'expose de mon vivant; je m'en balancerai quand je serai mort. Et là, au moins, je vais pouvoir lire ce qu'écrivent les journalistes sur moi!", plaisante le créateur né en Tunisie autour de 1940 ("J'ai l'âge des pharaons. Les dates, je les ai effacées", se contente-t-il de dire).
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris.
    02 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris.
    "J'aime les femmes", lâche-t-il pour expliquer son succès. Lui qui a fait des études de sculpture, parle de leur "derrière" comme personne. "Je ne pense pas toujours à faire des nouveautés, à être créatif, mais à faire un vêtement pour que les femmes soient belles", explique le couturier, qui s'est allié avec le groupe suisse Richemont, numéro deux mondial du luxe. 
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera : robe zip et robe à cagoule
    03 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera : robe zip et robe à cagoule
    Ses défilés ont lieu dans son showroom, après la fashion week. Que pense-t-il du rythme de la mode, où les collections se succèdent toujours plus vite? "C'est la course, c'est un acharnement", dit-il. "Il faut se calmer! Pour la création, ce rythme n'est pas bon". "J'essaie de regarder tout ça de loin. Moi, quand j'ai une idée dans l'année, je remercie le ciel", lâche-t-il en riant. On ne chôme pas cependant chez Azzedine Alaïa. "Je ne suis pas quelqu'un qui me fatigue au travail".
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris...
    04 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris...
    2013 semble être son année. Outre la préparation des collections, il a fallu travailler sur l'exposition au Palais Galliera. Une boutique ouvrira rue de Marignan en octobre. Il a fait les costumes du ballet "Les Noces de Figaro" à Los Angeles et un ballet d'Angelin Preljocaj, "Les Nuits". "C'est un travail totalement différent. C'est agréable".
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris..
    05 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris..
    Encouragé par son ami Thierry Mugler, il présente en 1979 sa première collection griffée, et déjà il rend le cuir plus fragile, plus sensuel aussi. Le jersey et le stretch, dont il drape les corps, rappellent l’École des Beaux-Arts de Tunis où il étudia la sculpture : « Quand je travaille le vêtement, il faut que ça tourne autour du corps, de profil et de dos ». Les zips tracent leur chemin autour des robes, les oeillets percent les manteaux, les piqûres soulignent le galbe des tailleurs… 
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, robe longue rouge
    06 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, robe longue rouge
    Alaïa a modelé un corps nouveau tel un sculpteur dont les mains façonnent la mousseline ou le cuir. Il est l’un des rares à maîtriser toutes les étapes de la réalisation d’un vêtement : tracer un patron, dessiner à même la toile les formes et les volumes qu’il a en tête, couper, coudre et dompter les tissus. 
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera : création sexy en perles
    07 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera : création sexy en perles
    Adulé dans le monde entier depuis les années 1980, le couturier qui dessine peu, préférant draper et couper lui-même tard dans la nuit, est un "homme libre" qui n'a besoin, ni des grands magazines de mode, ni du calendrier des défilés pour exister. "Il n'a pas de parutions dans le (très influent) Vogue américain et ça ne le gêne pas. Il n'a aucune contrainte. Le vrai luxe, il est là", commente son ami Didier Krzentowski, galeriste parisien.
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris, 2
    08 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris, 2
    En inventant de nouvelles morphologies par le simple jeu de coutures complexes, Alaïa est devenu le couturier d’une oeuvre qui traverse le temps. Son influence sur la mode contemporaine est fondamentale. Azzedine Alaïa poursuit son chemin en préférant « les vêtements qui durent » à ceux qui s’éteignent avec les saisons. 
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris, 4
    09 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris, 4
    Cet amoureux des femmes confie : « Je fais des vêtements, elles font la mode… ». Les mannequins et amies qu’il a révélées - comme Naomi Campbell, Stephanie Seymour, Linda Spierings, Linda Evangelista, Veronica Webb ou Yasmin Le Bon - sont aussi ses plus fidèles admiratrices. 
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa: veste couture ah 2003, drap de laine noir et application croco
    10 /13
    Exposition Alaïa: veste couture ah 2003, drap de laine noir et application croco
    En 1985, il reçoit deux Oscars de la Mode à Paris. La même année, il est célébré au CAPC de Bordeaux avec les sculptures de Dan Flavin. En 1988, il défile au Palladium de New York avec Jean-Paul Goude à la direction artistique. En 1996, à Florence, une monographie lui est consacrée au Palazzo Corsini, suivie d’une exposition avec les peintures de Julian Schnabel à la Biennale de la Mode.
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa : robe automne-hiver 2012
    11 /13
    Exposition Alaïa : robe automne-hiver 2012
    En 1998, une rétrospective lui est dédiée au Groninger Museum, où ses modèles côtoient les oeuvres de Pablo Picasso, Jean-Michel Basquiat, Anselm Kiefer, Christophe von Weyhe… En 2000, au Guggenheim Soho, il est exposé avec les toiles d’Andy Warhol. 
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, suite au musée d'art moderne, salle Matisse
    12 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, suite au musée d'art moderne, salle Matisse
    Au Palais Galliera - qui fut le lieu même de la première exposition Warhol à Paris - les robes d’Alaïa sont exposées dans une scénographie signée du designer Martin Szekely. Cette rétrospective est présentée dans les galeries rénovées ainsi que dans la salle Matisse du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
    © Corinne Jeammet
  • Exposition Alaïa au Palais Galliera, suite musée d'art moderne, salle Matisse
    13 /13
    Exposition Alaïa au Palais Galliera, suite musée d'art moderne, salle Matisse
    Galliera, musée de la mode de la ville de Paris. 10, avenue Pierre Ier de Serbie, 75016 Paris. 
    © Corinne Jeammet