Mort à 96 ans du couturier espagnol Manuel Pertegaz

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 12H35, publié le 30/08/2014 à 16H56
Manuel Pertegaz en 2004, à l'occasion de l'exposition qui avait été consacrée à son travail par le musée Reina Sofia à Madrid.

Manuel Pertegaz en 2004, à l'occasion de l'exposition qui avait été consacrée à son travail par le musée Reina Sofia à Madrid.

© PEDRO ARMESTRE / AFP

Son nom avait été avancé dans les années 50 pour succéder à Christian Dior. Il a habillé des vedettes comme Audrey Hepburn et Ava Gardner. Puis dessiné la robe de mariée de la princesse Letizia : le célèbre couturier espagnol Manuel Pertegaz est mort ce 30 août à Barcelone à l'âge de 96 ans.

"Il est décédé à quatre heures du matin" a indiqué sa secrétaire Belen Caila, précisant qu'il avait été hospitalisé depuis quelques jours dans une clinique de Barcelone pour une pneumonie.

Son succès à l'époque dorée d'Hollywood

Né en 1918 à Olba, dans l'est de l'Espagne, Manuel Pertegaz a travaillé dès l'âge de 10 ans comme apprenti dans une boutique de tailleur. Il a ouvert sa première maison de couture au début des années 40 à Barcelone et sa première boutique quelques années plus tard à Madrid. Mais la reconnaissance internationale n'est venue qu'en 1953 lors de la présentation de sa collection à New York. A la mort du grand couturier français Christian Dior en 1957, il a failli lui succéder.
Modèles présentés lors de l'exposition au musée Reina Sofia à Madrid en 2004.

Modèles présentés lors de l'exposition au musée Reina Sofia à Madrid en 2004.

© PEDRO ARMESTRE / AFP
Connu pour ses modèles sophistiqués, Manuel Pertegaz il a connu son heure de gloire à l'époque dorée de Hollywood, habillant Audrey Hepburn, Ava Gardner et d'autres personnalités célèbres comme Jacqueline Kennedy ou la princesse Letizia, pour laquelle il a créé en 2004 la robe de son mariage avec l'actuel roi d'Espagne Felipe VI.

"Symbole de l'identité de la couture espagnole"

Il dessinait lui-même ses modèles de pied en cap. Depuis quelques années, après de nombreuses années de travail intense, il avait arrêté toute activité professionnelle, a précisé sa secrétaire.
Dans un télégramme de condoléances, la Maison royale d'Espagne a souligné  "le caractère innovant" et "l'exceptionnelle maîtrise" qui caractérisent  l'oeuvre de Manuel Pertegaz. "Penser à Pertegaz, c'est penser à l'élégance", a déclaré le ministre espagnol de la Culture, José Ignacio Wert. "Un maître s'en est allé, un symbole de l'identité de la haute couture espagnole", a-t-il estimé.