Le plumassier Maxime Leroy reçoit le Prix de la Jeune Création Métiers d'Art

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 24/03/2017 à 09H35, publié le 22/03/2017 à 11H53
Le plumassier Maxime Leroy 

Le plumassier Maxime Leroy 

© Julien Cresp

Dénicheur de talents, le Prix de la Jeune Création Métiers d’Art révèle chaque année une nouvelle génération de créateurs. Maxime Leroy, lauréat 2017, travaille la plume pour créer des œuvres sculpturales et avant-gardistes, des arts décoratifs aux objets de design en passant par les vêtements. Dans ses mains, les plumes prennent vie pour créer des volumes et des textures inattendues.

Dix années d'expérience dans le monde de la plume ont permis à Maxime Leroy de fonder sa marque M.Marceau en 2013. Il travaille avec des maisons de haute couture (Chanel, Jean Paul Gaultier….) et signe des collaborations dans les domaines de la mode, de l'art, de la photographie, du cinéma et du design.
Maxime Leroy, Prix de la Jeune Création Métiers d'Art 2017
Aucun support ne l'effraie et il se plaît, au contraire, à en exploiter le potentiel plastique pour mieux la sublimer. Il sélectionne minutieusement les plumes pour leurs formes, leurs aspects ainsi que leurs résistances aux produits chimiques. Elles prennent alors vie pour créer des volumes et des textures inattendues.
Le plumassier Maxime Leroy dans son atelier

Le plumassier Maxime Leroy dans son atelier

© Julien Cresp
Allant jusqu’à torturer sa matière fétiche, la plier, broder par-dessus ou encore la tresser, il crée des œuvres sculpturales, modernes et avant-gardistes, des arts décoratifs aux objets de design. Proche de l’univers de la mode, il cofonde avec les designers Paul Baret et Jayma Sacco la marque Sacco-Baret, une ligne haut de gamme de chaussures, sacs et parures associant cuir, plume et métal.
Sacco Baret, le savoir-faire
Invité d'honneur de Résonances (salon européen des métiers d'Art), à Strasbourg, en 2015, le Palais de Tokyo lui commande en 2016 la pièce maîtresse de l’exposition Double Je soutenue par la Fondation Bettencourt-Schueller : une moto hérissée de plumes.
M.MARCEAU X PALAIS DE TOKYO, une moto hérissée de plumes

M.MARCEAU X PALAIS DE TOKYO, une moto hérissée de plumes

© M.Marceau & ADAGP
Il enseigne également la plumasserie au Lycée Octave Feuillet, établissement spécialisé dans la formation dédiée à la plumasserie. Sa démarche : "sensibiliser une nouvelle génération à cet art en voie d'extinction, tout en développant une approche très personnelle de ce métier, avec des créations graphiques et contemporaines. "
Maxime Leroy : Trophée de Nemee

Maxime Leroy : Trophée de Nemee

© Maxime Leroy

Son travail exposé au concept-store Empreintes

Des pièces inédites des lauréats du Prix de la Jeune Création Métiers d'Art (outre Maxime Leroy, celles de Marie Masson, bijoutière et d'Antonin Mongin, ennoblisseur textile cheveux, sérigraphe et tisserand) sont exposées du 24 avril au 5 août 2017 chez Empreintes, le concept store des métiers d’art. (5, rue de Picardie. 75003 Paris).
Le plumassier Maxime Leroy...

Le plumassier Maxime Leroy...

© Julien Cresp
Maxime Leroy exposera également sur le salon Révélations, du 3 au 8 mai 2017.