Mes goûts et mes couleurs : Sakina M'Sa tisse sa mode comme du lien social

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 10H37, publié le 30/11/2015 à 10H00
La créatrice Sakina M'Sa

La créatrice Sakina M'Sa

La créatrice des marques Sakina M'Sa et Blue Line est une partisante de la mode solidaire et du développement durable. Pour Sakina M'Sa, ils sont indissociables. Dans son multimarques Front de mode, elle a réuni 50 créateurs dans une plateforme collaborative qui se veut un "manifeste pour un écosystème de la mode au XXIe siècle". Rencontre avec une créatrice engagée et passionnée !

Quelle est la pièce préférée de votre dernière collection ?

"Robase, c'est mon basic de collection. C'est ce modèle qui nous a permis de comprendre que nous pouvions réaliser des vêtements mode graphiques et recyclés. C'est ma robe porte-bonheur ! ".
Le modèle Robase de Sakina M'Sa

Le modèle Robase de Sakina M'Sa

Quel couturier vous a marquée au cours de votre carrière ?

"Martin Margiela, il a une approche sobre, épurée et surtout pratique. Il est à la fois porté par une vraie démarche intellectuelle et en plus il a su réellement déplacer les codes de la mode. Il est aujourd'hui rangé des voitures, sa maison vendue à Diesel mais son choix de vie toujours porté vers le développement durable et un regard esthétique. Il vit, il aime et il invente".
Maison Martin Margiela haute couture ah 2006-2007, à Paris

Maison Martin Margiela haute couture ah 2006-2007, à Paris

© PIERRE VERDY / AFP

Quel est le dernier livre lu ?

"La Place de l’Etoile de Patrick Modiano. J'avais envie de lire les premiers livres du prix Nobel de littérature. Le livre s'ouvre sur une histoire juive mise en exergue, un officier allemand demande à un jeune homme où se trouve la place de l'étoile, et ce dernier pointe son doigt sur le côté gauche de son veston. J'ai été happée par l'histoire, le verbe et son contexte".
"La Place de l’Etoile de Patrick Modiano. Folio

"La Place de l’Etoile de Patrick Modiano. Folio

© Folio

Quelle est la dernière exposition vue ?

"Andy Warhol au musée d'Art Moderne de la ville de Paris. A l'époque où sa parole prophétique fait loi : "être célèbre au moins 5 minutes..." Il fait quand même bon revoir l'œuvre du peintre de la soupe Campbell, celui qui a osé détourner la Joconde. Ceci nous fait prendre du recul sur là où nous vivons. Le monde de la publicité et de la télé réalité pour devenir tous des stars. Ça reste pour moi étrange mais heureusement que Pierre Rabih et Modiano existent".

Quel est le dernier coup cœur musical ?

"IBEYI : deux sœurs absolument ravissantes et voluptueuses. Leur musique me fait curieusement penser aux premiers albums de Björk... Je l'écoute en voiture en route pour la campagne. J'aime l'idée de l'écouter avec une promesse de quitter le monde urbain vers la forêt mystérieuse, ses odeurs et ses animaux extraordinaires".
Ibeyi

Une directrice artistique engagée depuis toujours


A ses débuts, Sakina M'Sa monte un projet de mode solidaire où des femmes participent à ses ateliers de tissu social. Elle réalise des collections en co-branding pour La Redoute, les 3 Suisses et Puma. Elle reçoit plusieurs prix : Grand Prix de la Création de la Ville de Paris, Grand Prix de la Biennale du Design de Saint Etienne, Prix de la Fondation Kering pour la Dignité et le Droit des Femmes et Lauréate des Bourses Entrepreneurs Sociaux de la Fondation Kering. Elle est aussi commissaire d'expositions, dont Bleutotype au 104 et L'étoffe des Héroïnes au Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris…. Depuis 2006, elle signe plusieurs collections en tant que directrice artistique pour sa marque créée en 2002 et Blue Line, sa collection où elle détourne les matériaux. Son choix de faire de l’éthique en France se concrétise en 2015 avec l'ouverture du multimarque Front de mode. Cette plateforme collaborative se veut un "manifeste pour un écosystème de la mode au XXIe siècle". 50 créateurs y conjuguent leur création avec au moins un des trois piliers du développement durable : approche sociale de la production, respect de l'environnement dans le choix des matières, ambition sociétale et culturelle dans leurs rapports aux personnes.
Sakina M'Sa dans la boutique Front de mode, à Paris, en juin 2015

Sakina M'Sa dans la boutique Front de mode, à Paris, en juin 2015

© Chiara de Montlaur
En cette fin d'année, Front de mode se met aux couleurs de la COP21 avec, par exemple, le 10 décembre l'afterwork "Flowers : les créations messagères" de William Amor. Dans les années 1970, le plastique était fantastique, en 2015 c'est un fléau omniprésent dans le quotidien de chaque individu. Des déchets, destinés à être jetés ou récoltés dans la nature, après avoir été aseptisés, découpés, travaillés, sculptés, transformés, fusionnent pour donner naissance à de délicates fleurs.
Les créations messagères de William Amour

Les créations messagères de William Amour

© DR
A Front de mode se côtoient de la mode, des cosmétiques bio, un espace maison et dégustation ainsi que des expositions et des workshop créatifs où les clients peuvent échanger avec un créateur. Chacun peut participer à une séance de do it yourself ou, s'il touche les minimas sociaux, participer aux ateliers solidarmode, ou même acheter des chemises sans boutons et venir les fabriquer sur une imprimante 3D en libre service.

Front de mode, 42, rue de Volta. 75003 Paris. www.frontdemode.com, www.sakinamsa.com.