Diaporama 8 photos
Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

Les métamorphoses des toiles de Jouy à travers le temps et les manufactures

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/05/2014 à 14H02

Le musée de la Toile de Jouy explore trois siècles d’histoire du textile avec « Avatars : les réincarnations de la Toile de Jouy ». Cette exposition retrace les évolutions des motifs et des thématiques de la toile imprimée du XVIIIe siècle à nos jours. Ces réapparitions des thématiques et motifs du XVIIIe siècle à nos jours sont à découvrir du 3 juin au 9 novembre 2014.

  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les cavaliers. 1920
    01 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les cavaliers. 1920
    Depuis l’invention du tissage au Néolithique, les textiles fabriqués par les hommes ont constitué un moyen d’échange privilégié. Cotonnades et soieries circulaient en Asie vers l’est comme vers l’ouest, l’exemple le plus connu de ce commerce au long cours étant la Route de la Soie qui reliait l’Extrême-Orient au monde européen. Ces transactions donnèrent lieu à des échanges créatifs entre civilisations.
    © Musée de la Toile de Jouy
  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les quatre éléments. Oberkampf
    02 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les quatre éléments. Oberkampf
    Les fabricants européens, longtemps limités à l’usage du lin, du chanvre et de la laine, commencèrent à imprimer sur le coton après la découverte des routes maritimes directes au XVe siècle. Inspirés par l’Asie, les centres européens diversifièrent leur production, créant des modèles qui étaient ensuite retransmis aux fabriques orientales. Les motifs les plus demandés étaient imités et parfois délaissés avant de ressurgir. Les imprimés des toiles originelles de Jouy étaient ainsi déclinés par les fabricants de toiles imprimées, de plus en plus nombreux avec l’avancée dans le XIXe siècle. 
    © Musée de la Toile de Jouy
  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : chasse au cerf. 1780
    03 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : chasse au cerf. 1780
    L'exposition « Avatars » explore cette filiation, ces réapparitions des thématiques et motifs du XVIIIe siècle à nos jours. L’exposition se focalise sur les sujets des toiles dites « pour meuble » au XVIIIe siècle, qui étaient à leur création réservées à l’ameublement et à la décoration intérieure. 
    © Musée de la Toile de Jouy
  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les 4 éléments. 20e siècle
    04 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les 4 éléments. 20e siècle
    Au cours de plus d’un demi-siècle de production, la manufacture d’Oberkampf offre un panorama des évolutions stylistiques. Les motifs et sujets sont d’une grande variété : on les estime à plus de 30.000 avec les tissus pour l’habillement, bien au delà des textiles connus sous le nom de Toile de Jouy. Tout au long de sa carrière, Oberkampf réimprima des motifs en les modifiant ou à l’identique, bientôt imité par ses concurrents et leurs successeurs.
    © Musée de la Toile de Jouy
  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : ramages de fleurs indiennes
    05 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : ramages de fleurs indiennes
    À travers cinq sections thématiques (Les Perses, L’Exotisme, Les plaisirs champêtres, La marque de l’Histoire et Les Arts), l’exposition présente les métamorphoses des toiles à travers le temps et les manufactures. Ces avatars sont liés à plusieurs éléments : les sources iconographiques, les déclinaisons d’un motif, les changements de supports et l’utilisation des toiles comme source d’inspiration. 
    © Musée de la Toile de Jouy
  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : Paul et Virginie. 1795
    06 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : Paul et Virginie. 1795
    Le musée de la Toile de Jouy a été créé en 1977, à l’initiative du maire Jacques Toutain qui souhaitait faire renaître la Manufacture des Toiles de Jouy, fondée en 1760 par l’entrepreneur et imprimeur Christophe-Philippe Oberkampf. Le musée, alors baptisé « Musée Oberkampf », fut d’abord établi au château de Montebello, avant de s’installer au château de l’Églantine en 1991
    © Musée de la Toile de Jouy
  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : la centrale. Encre de Chine.
    07 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : la centrale. Encre de Chine.
    Les collections du musée ont pour point de départ un ancien fonds conservé à la mairie de Jouy-en-Josas. La collection avoisine les 10. 000 numéros et se divise en 4 axes : matériel technique, créations de la manufacture de Jouy, toiles imprimées d’autres manufactures et représentations et souvenirs de la Manufacture, d’Oberkampf et de sa famille.
    © Ensaders
  • Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les plaisirs du dessein. 2009
    08 /08
    Avatars, les réincarnations de la Toile de Jouy : les plaisirs du dessein. 2009
    Exposition « Avatars : les réincarnations de la Toile de Jouy » du 3 juin au 9 novembre 2014. Musée de la Toile de Jouy. Château de l’Églantine. 54, rue Charles de Gaulle. 78350 Jouy-en-Josas. Exposition ouverte du mardi au dimanche de 11h à 18h. www.museedelatoiledejouy.fr
    © Joël Paubel