Le quotidien des Chinois inspire la créatrice Virginie Fournier

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/07/2013 à 11H01
Cette besace, très urbaine, est inspirée par celle des électriciens chinois. Elle possède une pochette intérieure ainsi que deux pochettes sur les côtés.
	 

Cette besace, très urbaine, est inspirée par celle des électriciens chinois. Elle possède une pochette intérieure ainsi que deux pochettes sur les côtés.

 

© Corinne Jeammet

Expatriée pendant 14 ans en Chine, Virginie Fournier réalise la richesse des savoir-faire traditionnels. A la recherche de belles matières et de métiers d’art, elle décide, alors, de se lancer dans l’aventure en créant sa marque Shanghai Trio.

Cette historienne de formation, dont le grand-père travaillait à l’impression sur soie à Lyon, a ouvert en 2012 sa boutique parisienne Shanghai Trio. Installée en Chine en 1995, Virginie Fournier lance sa marque en décembre 1998. Sa petite société chinoise fabriquant en Chine pour un public chinois, se dote progressivement de magasins en propre à Shanghai et à Pékin, puis de son propre atelier à 60 km de Shanghai. Elle a réuni une trentaine d’artisans pour perpétuer des traditions millénaires. Là-bas, des artistes réalisent tissages et broderies à la main… 

En 2005, elle vient vivre à Paris, puis à Londres en 2011 mais la créatrice se rend tous les deux mois à Shanghai.
Virginie Fournier, créatrice de Shanghai Trio

Virginie Fournier, créatrice de Shanghai Trio

© DR
Allier qualité traditionnelle et modernité urbaine
Shanghai Trio tire son nom de Shanghai, la ville où tout a commencé, et Trio, pour l’équilibre des valeurs socles de la marque : la qualité, les couleurs et le style. Les artisans travaillent les matières nobles et naturelles comme le lin ou la soie, en les alliant avec des tissus innovants comme le coton verni. Aux côtés de matières telles que la laine de yak et le cachemire, on trouve aussi du cuir d’anguille (un produit recyclé de l’industrie poissonnière).

Des accessoires inspirés du quotidien des Chinois
Ce sont des sacs légers, graphiques, colorés, pratiques inspirés par la ville contemporaine et le monde industriel qui s’accompagnent d’une multitude de pochettes de voyage.
L'imperméable «Workers» en polyester : jaune fluo, gris ashes, orange post-it. C'est un clin d’oeil aux manteaux de pluie des balayeurs.

L'imperméable «Workers» en polyester : jaune fluo, gris ashes, orange post-it. C'est un clin d’oeil aux manteaux de pluie des balayeurs.

© Corinne Jeammet
Ainsi, la trousse de toilette « mesure de riz » est inspirée des mesures de riz chinoises, traditionnellement en bois, utilisées par les marchands. L’imperméable « workers » en polyester en jaune fluo, gris, orange post-it est un clin d’oeil aux manteaux de pluie des balayeurs. La besace « trolley bus » trouve son origine auprès des sacoches des vendeurs de tickets dans les bus de Shanghai et celle de l’« Electricien », comme son nom auprès des électriciens chinois. Le sac à papier est lui aussi une réinterprétation des grands sacs de riz.
La trousse de toilette « mesure de riz » est inspirée des mesures de riz Chinoises, traditionnellement en bois, utilisées par les marchands de riz. 

La trousse de toilette « mesure de riz » est inspirée des mesures de riz Chinoises, traditionnellement en bois, utilisées par les marchands de riz. 

© Corinne Jeammet
Les collections comptent aussi de la maroquinerie, des foulards, des écharpes, des colliers ainsi que du linge de maison et des cadeaux naissance….

Un engagement durable, une factory d’artisans
En s’inscrivant dans une démarche de production en petite quantité, la créatrice souhaite tendre vers le commerce responsable. Une démarche qui se décline de multiples façons : utilisation de fibres naturelles et collaboration avec une association qui produit de la laine de yak de manière bio.
Besace «Trolleybus» Inspirée des sacoches des vendeurs de tickets dans les bus de Shanghai. Pochette intérieure secrète, sur le côté petite pochette pour glisser son téléphone individuel.

	 

Besace «Trolleybus» Inspirée des sacoches des vendeurs de tickets dans les bus de Shanghai. Pochette intérieure secrète, sur le côté petite pochette pour glisser son téléphone individuel.  

© Corinne Jeammet
D’autres créateurs ont rejoint Shanghai Trio au gré des rencontres de la créatrice. Ainsi, un artisan malgache tisse de la soie cambodgienne tandis qu’une artiste espagnole réalise des bijoux en papier…
Shaghai Trio. 25, rue de l’exposition. 75007 Paris. www.shanghaitrio.com