Le petit monde de la mode "grande taille" fourbit ses armes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/11/2014 à 18H46
Une mannequin au Pulp Fashion Show, le 28 novembre 2014 à Paris.

Une mannequin au Pulp Fashion Show, le 28 novembre 2014 à Paris.

© Bertrand Guay / AFP

Des mannequins girondes, taille 42 minimum, ont défilé vendredi soir sur le podium des luxueux salons Hoche à Paris. Ces jeunes femmes pulpeuses portaient les tenues working-girl, cocktail ou couture d'une quinzaine de marques. Cette présentation était un premier round en prélude à la Pulp Fashion Week qui se tiendra en avril à Paris. Ambition: "déringardiser" la mode "grande taille".

Halte à la dictature du filiforme

"On nous dit depuis toujours que les femmes rondes ne peuvent pas être belles et sexy, qu'il faut s'habiller dans les magasins vieillots... que la vraie beauté, c'est la taille 32-34 des magazines, alors que personne dans la rue ne met ça.  C'est de la dictature !" s'exclame la fondatrice de la Pulp Fashion Week, Blanche Kazi. "Regardez mes modèles, elles font du 42 au 50 et elles ont toutes une beauté pulpeuse", ajoute-t-elle.

Vendredi soir, sur le podium des salons Hoche,  la vaporeuse robe rouge plissée, signée Edmond Boublil et portée par un mannequin noir sculptural, a attiré tous les regards. Le jeune créateur Olivier Wartowski, qui a l'ambition de devenir le "Karl Lagerfeld" de la mode pour les formes généreuses, propose, lui, des ensembles en drap de laine et fausse fourrure.
Un modèle en lingerie du Pulp Fashion Show du 28 novembre.

Un modèle en lingerie du Pulp Fashion Show du 28 novembre.

© Bertrand Guay / AFP
Magazines et blogs dédiés aux rondes en plein essor

Depuis quelques années, les défilés dits "grande taille", démarrant au 42, se multiplient de New York à Rio en passant par Londres, Milan et Paris. Blanche Kazi a lancé sa Pulp Fashion Week en France en 2013.
   
En moins de deux ans, le milieu a vu émerger trois magazines en ligne, Curvista, Plump et "Ronde and Glamour", aujourd'hui également en version papier, ainsi qu'une myriade de blogueuses. Women Curves, un concept store de 250 mètres carrés, a vu le jour en septembre à Paris. Et la comédienne Firmine Richard lance sa propre collection début décembre dans la capitale.
Un mannequin grande taille en manteau sur le podium du Pulp Fashion Show.

Un mannequin grande taille en manteau sur le podium du Pulp Fashion Show.

© Bertrand Guay / AFP
Les Françaises plus fortes qu'il y a 40 ans

L'élargissement du tour de taille des femmes n'est pas étranger à cette mini-vogue au sein de l'industrie de la mode. Les femmes ont pris 6,7 cm en 15 ans, selon l'étude ObEpi-Roche publiée en 2012. Si la moyenne des femmes mettaient du 38 en 1970, aujourd'hui elles s'habillent en 40, d'après l'Union Française des Industries de l'habillement.
   
Les marques l'ont compris, mais à la fois pour des raisons d'image et de coût de production, rares sont celles en France qui osent proposer du "grande taille". C'est pourquoi la mode "GT" reste à part. 
   
A part et donc "exclue", se lamentent les fashionistas pulpeuses, qui ont toujours du mal à s'habiller "branché" dans  l'Hexagone. Elles font le voyage à Londres ou New York ou bien achètent sur les sites Internet qui proposent des marques étrangères.
Une robe moulante en dentelle présentée au Pulp Fashion Show.

Une robe moulante en dentelle présentée au Pulp Fashion Show.

© Bertrand Guay / AFP
"Ce n'est pas parce que je fais du 46 que je dois m'habiller ringard!"
   
La directrice artistique de la Pulp Fashion Week, Lalaa Misaki, a fini par créer ses propres modèles - tendance glamour chic -, vendus par la marque Jiuly.

"Quand je vais à New York, je me sens libre, je m'habille comme les autres femmes. A Paris, si je mets du court, si j'expose de la chair, on me regarde d'un air méchant. C'est pas parce que je fais du 46 que je dois porter du ringard!" lance la jeune femme, très présente sur les réseaux sociaux.

Pour Blanche Kazi, le statut de capitale de la mode "étrique" finalement les esprits parisiens qui craignent que les "rondes" ne nuisent à l'image de la femme française, mince et élégante.
   
En outre, déplore-t-elle, "les médias rechignent à nous couvrir parce qu'ils craignent l'amalgame entre femme pulpeuse et femme obèse, mais il y a beaucoup de confusion. Une taille 48 peut être en excellente santé. Bien sûr, je dis toujours aux modèles de faire du sport et de prendre soin de leur corps".