Le musée des Tissus de Lyon sauvé, pour l'instant

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/03/2016 à 15H40
Musée des Tissus de Lyon

Musée des Tissus de Lyon

© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Après moult négociations, la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Lyon s'est engagée jeudi à maintenir le musée des Tissus de la ville ouvert jusqu'à fin 2016, le temps qu'une solution pérenne soit trouvée pour assurer son avenir.

Lors de son assemblée générale le 14 mars, le président de la CCI "soumettra au vote des élus un budget complémentaire d'un million d'euros qui, ajouté aux 750.000 euros proposés par l'État, la région Auvergne-Rhône-Alpes, la ville et la métropole de Lyon, est de nature à permettre le fonctionnement du musée jusqu'à la fin de l'année 2016", indique la CCI dans un communiqué.

"Dans le même temps, Emmanuel Imberton (président de la CCI, ndlr) proposera aux élus d'acter la fermeture des musées (des Tissus et des Arts décoratifs, ndlr) fin 2016 si aucune solution pérenne ne se dégage dans les tous prochains mois", prévient-il.

Mardi et mercredi, l'État et les collectivités ont consenti à participer au budget de ce musée, qui renferme la plus belle collection de textiles au monde, pour éviter sa fermeture brutale. Car son actuel propriétaire, la CCI, ne veut plus en avoir la charge dans un contexte de baisse de ses recettes fiscales.

Ce musée, qui emploie 20 personnes, est intrinsèquement lié à l'histoire de la ville, ancienne capitale de la soie et qui reste aujourd'hui un haut-lieu d'innovations textiles.

Musée national ou musée privé

Les différentes parties disposent désormais de neuf mois pour trouver une solution pour la suite. La CCI s'engage en tout cas "à céder les collections à l'État et à mettre à disposition les deux hôtels particuliers qui les abritent" si un projet "viable" est trouvé.

La CCI souhaite d'ailleurs que ce musée soit intégré "dans la liste des Musées nationaux" et qu'il devienne éventuellement un département du musée du Louvre. Le maire de Lyon, Gérard Collomb, planche lui sur une solution privée, en collaboration avec une décoratrice d'intérieur réputée, afin que des mécènes investissent dans le futur musée.

Situé dans un hôtel particulier en centre-ville, ce lieu retrace 4.500 ans d'histoire, de la tunique en lin de 2.150 avant Jésus-Christ aux derniers tissus composites utilisés dans l'aéronautique. Mais pour mettre en valeur son exceptionnelle collection, il aurait grandement besoin d'un coup de jeune.