Le dernier défilé Vuitton détourné à la mode porno-chic par un magazine anglais

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/03/2013 à 14H16
Image extraite du clip du Love Magasine consacré à la collection Louis Vuitton automen-hiver 2013-2014

Image extraite du clip du Love Magasine consacré à la collection Louis Vuitton automen-hiver 2013-2014

© Love Magazine

Le thème de la chambre d’hôtel du défilé féminin hiver 2013 de Vuitton a inspiré un clip nocturne tourné à Paris. Dans ce court métrage, signé du magazine anglais « Love Magazine », la caméra filme des mannequins, coiffés d’une perruque brune et habillées en Louis Vuitton hiver 2013, qui déambulent avec des poses lascives sur les trottoirs parisiens. Retour sur une polémique.

Le clip, signé James Lima, en collaboration avec la rédactrice en chef du Love Magazine Katie Grand, met en scène les mannequins Cara Delevigne, Edie Campbell, Saskia de Brauw, Isabeli Fontana, Lily MC Menamy, Georgia Jagger et Magdalena Frackowiak. Elles déambulent dans des postures sensuelles et érotiques, habillées en Louis Vuitton, dans des ruelles sombres de la capitale. Et soudain, le clip fait un flashback sur les backstages du défilé de la marque qui s’est tenu le 6 mars au dernier jour de la semaine de la mode parisienne : on passe de la rue à une scène de maquillage et l'on voit aussi Marc Jacobs, le Directeur artistique de Louis Vuitton, au milieu des mannequins.
Vidéo du Love Magazine consacrée à la collection automne-hiver 2013-2014
Contacté, Louis Vuitton insiste sur le fait que cette vidéo a été créée et mise en ligne par le Love Magazine et que la griffe n’entretient pas de relation récurrente avec le Love Magazine, sans faire d’autres commentaires. 

Défilé hiver 2013 de Vuitton dans le décor des couloirs d'un palace
Chez Louis Vuitton, Marc Jacobs avait fait défiler des femmes vêtues de manteaux d'hommes, de robes en soie et satin, assez déshabillées et à l'allure nonchalante, dans une ambiance glamour décadente et rétro. Les mannequins sortent de chambres d'hôtel avant de marcher dans le couloir du palace. Elles sont brunes, avec une coupe courte. Elles portent un manteau masculin à la façon d'une sortie de bain luxueuse. En-dessous, les robes ressemblent à des négligés, en soie ou en satin. Il y a aussi beaucoup de cachemire, de laine ainsi que des broderies qui font briller plusieurs robes. Sur certaines sont cousues de petites plumes, d'autres se terminent par de la fourrure, au niveau du décolleté, à l'extrémité des manches ou au niveau de l'ourlet. Il y a beaucoup d'"émotion" et de "fantaisie" a expliqué en coulisses le styliste américain. Elles portent un sac à main ou une pochette. Marc Jacobs revisite trois classiques de la marque : la "Pochette accessoire", le "Lockit" et le "Speedy", avec des plumes d'oie et du crocodile, "des matières plus exotiques, (...) plus féminines". A la fin du show, apparaît Kate Moss, amie du styliste, comme déshabillée dans une  longue robe brodée grise transparente au décolleté plongeant.
Vidéo du défilé Louis Vuitton prêt-à-porter automne-hiver 2013-2014
 
Vers un retour du porno chic ?
Une vidéo dérangeante car elle associe deux univers différents : celui de la couture et du marché sexuel. Si certains voient dans ce clip une image dégradée de la femme qui a recours à la prostitution, les postures prises par les mannequins évoquent aussi le travail de l’un des photographes les plus importants du XXe siècle, Helmut Newton qui affectionnait les photos des femmes photographiées nues ou dénudées. Newton a développé ce qu'on a appelé le "porno chic" mettant en scène de grandes bourgeoises dénudées au bord d'une piscine ou dans des hôtels de luxe. Il disait avoir "toujours" dans le coffre de sa voiture des chaînes et des menottes pour ses séances de photos "sado-maso". "Je suis très attiré par le mauvais goût, plus excitant que le prétendu bon goût qui n'est que la normalisation du regard", expliquait-il. Le porno chic des années 2000 est-il de retour ?