Le concept-store Front de mode : 50 créateurs donnent du sens à la solidarité

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/06/2015 à 20H29
Sakina M'Sa dans la boutique Front de mode, à Paris, en juin 2015

Sakina M'Sa dans la boutique Front de mode, à Paris, en juin 2015

© Chiara de Montlaur

Une nouvelle adresse, certes, mais surtout un concept-store-laboratoire pour découvrir une autre manière d'aimer la mode. La créatrice Sakina M'Sa a réuni autour d'elle 50 créateurs adeptes du développement durable. Cette plateforme collaborative se veut un "manifeste pour un écosystème de la mode au XXIe siècle".

La créatrice des marques Sakina M'Sa et Blue Line est de longue date une partisante du développement durable. A son initiative, 50 créateurs se sont réunis pour promouvoir le label Front de Mode. Ils ont en commun de conjuguer leur création avec au moins un des trois piliers du développement durable : approche sociale de la production, respect de l'environnement dans le choix des matières, ambition sociétale et culturelle dans leurs rapports aux personnes.
Dans la boutique parisienne Front de mode, les sacs à main Exocet aux motifs en impression 3D 

Dans la boutique parisienne Front de mode, les sacs à main Exocet aux motifs en impression 3D 

© Corinne Jeammet

Sakina M'Sa, une styliste partisante du développement durable

 
Lauréate des Bourses Entrepreneurs Sociaux de la Fondation Kering, Sakina M'Sa est soutenue dans ce projet par François-Henri Pinault, PDG de Kering et Président de la Fondation Kering. A terme, ce label veut se déployer sur le Net et franchiser des boutiques. Pour le concept-store, Sakina M’Sa a réalisé une collection avec du tissu prestigieux recyclé de célèbres maisons de couture. Passionnée par le volume, elle a créée des robes modernes, ludiques et fraîches, aux découpes graphiques.
La créatrice Sakina M'Sa

La créatrice Sakina M'Sa

© DR
Qu'est-ce qui vous a le plus séduit dans ce projet ? "L’énergie apportée par toutes les marques engagées dans au moins un des trois piliers du développement durable".

50 créateurs, comment s'est faite la sélection ? "La sélection s’est d’abord faite sur le style, puis ensuite sur le type d’engagement, de traçabilité et comment ça se pérennise sur‎ le long terme". 

Est-ce une sélection définitive ? "Non la sélection n'est pas définitive, car d’autres marques vont venir enrichir l’offre et nous ‎laissons aussi le choix aux marques de continuer ou pas avec nous. C’est un projet de sens mais aussi de liberté".

D'autres créateurs vont-ils les rejoindre ? "Oui définitivement, l’offre va évoluer".

Certains ont-ils déjà prévu de ne rester qu'un temps déterminé ? "Non, pour l’instant tout le monde a envie de pérenniser l’aventure".

Quels sont les développements à venir pour Front de mode ? ‎Recevoir des marques invitées en pop-up store, recevoir des expositions, ouvrir la dînette petit café bio avec mes madeleines de Proust et ouvrir un espace de co-working dédié à 4 créateurs dès septembre".
Des portants dans la boutique parisienne Front de mode, en juin 2015

Des portants dans la boutique parisienne Front de mode, en juin 2015

© Corinne Jeammet

Christine Phung : proposer des pièces en édition limitée

 
50 créateurs et des noms que je connais dont Christine Phung. Cette créatrice de mode française élabore un vestiaire mixant élégance stricte et sportswear de luxe. À la fois architecturée, fluide et colorée, sa garde-robe est parfaite pour la femme en mouvement, la "suractive". Je suis ravie de la rencontrer ici, car je ne rate jamais ses défilés parisiens.
La créatrice Christine Phung dans la boutique Front de mode avec une de ses pièces proposées, (en juin 2015)

La créatrice Christine Phung dans la boutique Front de mode avec une de ses pièces proposées, (en juin 2015)

© Corinne Jeammet
La majorité de ses pièces sont faites Made in France, pour le reste, elles viennent d'Europe, toujours avec des tissus de luxe. "Avec Front de mode, je peux créer des pièces spéciales, en réutilisant d'anciennes chutes de tissus dont je dispose. Résultat : je propose des pièces uniques car produites en petite série" m'explique-t-elle avant d'ajouter "Cette boutique-laboratoire est aussi un moyen d'avoir une nouvelle adresse de diffusion qui s'adresse à un autre public à la recherche de pièces fonctionnelles, efficaces et simples".
 

Quentin Delepine : un lieu modulable et adaptable

 
Architecte aux Arts Déco de Paris, Quentin Delepine a transformé cette ancienne galerie de 200 m2 sur 2 niveaux, situé au 42 rue de Volta dans le 3e arrondissement, en un espace de vie. Ici, les portants de mode côtoient le corner beauté, le petit café et la bibliothèque.
La boutique parisienne Front de mode, entièrement vide avant l'installation des 50 créateurs (juin 2015)

La boutique parisienne Front de mode, entièrement vide avant l'installation des 50 créateurs (juin 2015)

© Front de mode
"Tout de suite, j'ai compris qu'il fallait rechercher des matériaux intelligents" explique le jeune architecte avant de préciser "L'objectif : créer un espace pour 50 créateurs aux personnalités différentes. Il fallait, aussi, proposer des structures légères et ariennes pour un mobilier modulable et adaptable".
 

Une offre originale et variée

 
A Front de mode se côtoient des univers variés : du street/casual comme Andrea Crews, Blue Line, Misericordia, Veja, Katherine Hamnett, Naco Paris..., du prêt-à-porter de créateurs avec Léa Peckre, Sakina M'sa, Christine Phung, du prêt-à-porter masculin avec le label Origine France Garantie, Pic de Nore ainsi que des accessoires : sacs Exocet..., chaussures Ateliers Tersi..., bijoux, lunettes), sans oublier vêtements bio pour l'enfant, des marques cosmétiques bio et un espace maison et dégustation.
Dans la boutique parisienne Front de mode, les chaussures pour enfants Risu Risu 

Dans la boutique parisienne Front de mode, les chaussures pour enfants Risu Risu 

© Corinne Jeammet
Les clients peuvent s'engager à travers des événements comme "les rencontres du style et de l'engagement" où un créateur échange et partage sa vision. Chacun pourra participer à une séance de do it yourself à la française ou, s'il touche les minimas sociaux, participer aux ateliers solidarmode, ou même acheter des chemises sans boutons et venir les fabriquer sur une imprimante 3D en libre service. 

Front de mode, 42, rue de Volta. 75003 Paris