La "sculpture souple" des robes d'Azzedine Alaïa habille la Galleria Borghese

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/07/2015 à 14H44
Azzedine Alaïa. Couture/Sculpture, à la Galleria Borghese

Azzedine Alaïa. Couture/Sculpture, à la Galleria Borghese

© Ilvio Gallo

Des robes au profil effilé jouxtant des statues antiques sur fond de marbres polychromes : "la sculpture souple" d'Azzedine Alaïa, hommage à l'élégance féminine, est l'invitée de la Galleria Borghese à Rome jusqu'au 25 octobre 2015. Le styliste franco-tunisien est devenu en un demi-siècle internationalement reconnu avec ses robes sculpturales.

Intitulée "Couture/sculpture", cette exposition alliant haute couture contemporaine et art classique d'inspiration grèco-romaine "n'est pas une exposition de mode mais une exposition sur la sculpture, et plus précisément sur la statue", a souligné Anna Coliva, la directrice de la Galleria.
Plusieurs robes Azzedine Alaïa exposées à la Galerie Borghèse

Plusieurs robes Azzedine Alaïa exposées à la Galerie Borghèse

© Ilvio Gallo
Dans ce musée romain "qui exalte le triomphe de la beauté des corps", le couturier franco-tunisien "propose la sculpture souple faite d'un matériau différent du bronze et du marbre : le tissu" dans toutes ses textures, a-t-elle expliqué.
Une robe Azzedine Alaïa exposée à la Galerie Borghèse

Une robe Azzedine Alaïa exposée à la Galerie Borghèse

© Ilvio Gallo
Dans toutes les salles, sur deux étages, des silhouettes mystérieuses se détachent du riche décor polychrome : des robes longues, de toutes les nuances sombres et intenses, viennent s'allier aux marbres. Elles ont été disposées là par Azzedine Alaïa en vertu d'une alliance subtile avec le style de chaque pièce. Il a choisi "un moyen subversif d'habiller le corps", explique le communiqué de présentation de l'exposition.
Azzedine AlaIa : bonnet et caleçon long épinglés, 1997

Azzedine AlaIa : bonnet et caleçon long épinglés, 1997

© Jean-Baptiste Mondino
De chaque salle, ces robes rehaussent une couleur secrète et dominante -or, gris, noir, pourpre, vert d'eau, jaune, ... qu'on ne perçoit pas au premier abord, et correspondent souvent avec les oeuvres qu'elles côtoient.
Le couturier Azzedine Alaïa dans son atelier, en 1998 

Le couturier Azzedine Alaïa dans son atelier, en 1998 

© Prosper Assouline
Le Néerlandais Mark Wilson, commissaire de l'exposition, qui a travaillé en étroit contact avec Azzedine Alaïa, souligne qu'il est un "artiste classique" avant d'être un styliste.
Azzedine Alaïa : expo Couture/Sculpture, à la Galleria Borghese.

Azzedine Alaïa : expo Couture/Sculpture, à la Galleria Borghese.

© Ilvio Gallo

 

Azzedine Alaïa : expo Couture/Sculpture, à la Galleria Borghese

Azzedine Alaïa : expo Couture/Sculpture, à la Galleria Borghese

© Ilvio Gallo