Diaporama 7 photos
Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

L'élégance artistique des chapeaux de Madame Paulette

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/06/2014 à 09H52

Élégante, imaginative, spirituelle, Pauline Adam de la Bruyère, dite Paulette, fut baptisée "La reine des modistes et la modiste des reines". Dans l’entre-deux guerres, elle coiffa les têtes couronnées puis travailla pour le théâtre et le cinéma. Elle réalisa les chapeaux d'Audrey Hepburn dans "My Fair Lady". Retour en images sur l'ouvrage "Les chapeaux de Madame Paulette" d'Annie Schneider.

  • Les chapeaux de Madame Paulette : Jean-Louis Scherrer, collection orientale 1978
    01 /07
    Les chapeaux de Madame Paulette : Jean-Louis Scherrer, collection orientale 1978
    L'ouvrage "Les chapeaux de Madame Paulette" par Annie Schneider (La Bibliothèque des Arts. 35 euros) retrace la personnalité hors du commun, l’allure, l’humour, la créativité et le don de l’élégance absolue de Paulette qui ont fortement compté dans l’univers de la mode et influencent encore les créateurs aujourd’hui. 
    © DR
  • Les chapeaux de Madame Paulette : oiseau en cellophane sur petit paillasson,1938
    02 /07
    Les chapeaux de Madame Paulette : oiseau en cellophane sur petit paillasson,1938
    Têtes couronnées, épouses de chefs d’Etat, femmes du grand monde et de la haute bourgeoisie et actrices, lui commandaient des chapeaux par dizaines, pour les évènements qui rythmaient leur vie sociale et mondaine : déjeuners, courses à Longchamp, vernissages, cocktails et bals. Elle avait lancé la mode du turban (le fameux turban bicyclette) et ne cessait d’inventer des coiffures seyantes ou audacieuses qui sublimaient les têtes des femmes.
    © DR
  • Les chapeaux de Madame Paulette : bonnet emboîtant à bec et cornes, 1949
    03 /07
    Les chapeaux de Madame Paulette : bonnet emboîtant à bec et cornes, 1949
    Les grands photographes -Horst P. Horst, Henry Clarke, Richard Avedon, Helmut Newton, William Klein et Guy Bourdin- photographiaient ses toques, capelines, relevés, canotiers, pill-box et coiffes du soir pour Vogue et Harper’s Bazaar.
    © DR
  • Les chapeaux de Madame Paulette : cache-chignon composé de cercles d'or, 1960
    04 /07
    Les chapeaux de Madame Paulette : cache-chignon composé de cercles d'or, 1960
    Sa passion était aussi la coiffure de théâtre et de cinéma, intérêt né de sa complicité avec Christian Bérard, Jean Cocteau et Cécil Beaton. Christian Bérard l’associait à ses poétiques créations de costumes pour « Amphitryon » et « Dom Juan ». Pour Cécil Beaton, elle réalisait les époustouflants chapeaux d’Audrey Hepburn dans « My Fair Lady ». 
    © DR
  • Les chapeaux de Madame Paulette : toque de velours noir piquée de petites plumes
    05 /07
    Les chapeaux de Madame Paulette : toque de velours noir piquée de petites plumes
    Son sens artistique reposait sur une technique sans faille, une rigueur, un sens de l’équilibre et de la légèreté qui rendaient ses chapeaux inimitables, expliquant ainsi la longue fidélité de ses clientes et la longévité de sa carrière.
    © DR
  • Les chapeaux de Madame Paulette : capote à bord imprimé et voilette mouchetée
    06 /07
    Les chapeaux de Madame Paulette : capote à bord imprimé et voilette mouchetée
    La personnalité hors du commun, l’allure, l’humour, la créativité et le don de l’élégance absolue de Paulette ont fortement compté dans l’univers de la mode et influencent encore les créateurs aujourd’hui. C’est ainsi que Stephen Jones, le grand modiste britannique, a accepté de préfacer le livre qu’Annie Schneider consacre à Madame Paulette. 
    © Illustration de Pierre Louchel, 1945
  • Les chapeaux de Madame Paulette : béret tricolore pour fêter la libération, 1946
    07 /07
    Les chapeaux de Madame Paulette : béret tricolore pour fêter la libération, 1946
    Ce livre est un hommage à une femme remarquable qui occupa le milieu de la scène de la mode dans la seconde moitié du XXe siècle. Annie Schneider, disposant des archives familiales, retrace de manière bien documentée et dans un style alerte cette vie hors du commun. Cet ouvrage est aussi un hommage indirect à la mode, aux couturiers et, surtout, à cet élément indissociable de l’élégance qui était et qui est encore le chapeau. "Les chapeaux de Madame Paulette" par Annie Schneider. La Bibliothèque des Arts. 35 euros. www.bibliotheque-des-arts.com
    © Dessin de Pierre-Laurent Brenot