L'aventure humaine, industrielle et artistique de la toile de Jouy

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/09/2015 à 15H47
Les toiles de Jouy : les Perroquets

Les toiles de Jouy : les Perroquets

© Musée de la Toile de Jouy

Pour le bicentenaire du décès de Christophe-Philippe Oberkampf, qui fonda la manufacture de Jouy-en-Josas, le musée de la toile de Jouy rend hommage à l'un des grands entrepreneurs de son temps. Avec l'exposition "Les Toiles de Jouy, une aventure humaine, industrielle et artistique", découvrez ces toiles imprimées qui ont influencé les styles de vêtements, de décoration et d’ameublement.

Oberkampf et la Toile de Jouy
 
A la fin du XVIIe siècle, l’Europe découvre et adopte les belles cotonnades peintes de fleurs et d’animaux aux couleurs vives, importées de l’Inde grâce aux grandes compagnies de navigation. Mais une concurrence sévère avec les manufactures traditionnelles de soie et de draps amène Louis XIV à décréter l’interdiction d’importation et de fabrication dans tout le pays. En 1759, avec la levée de cette interdiction, de nombreux étrangers, seuls possesseurs d’un réel savoir-faire en la matière, s’installent en France.
Christophe-Philippe Oberkampf

Christophe-Philippe Oberkampf

© Musée de la Toile de Jouy
Parmi eux, Christophe-Philippe Oberkampf, graveur et coloriste du Wurttemberg, accepte la proposition de Tavannes de fonder une manufacture dont il serait directeur. Jouy-en-Josas a été sélectionnée pour la qualité de son eau. La fabrication débute en 1760, dans la petite maison du Pont de Pierre (actuelle école de musique).
Les toiles de Jouy : robes empire

Les toiles de Jouy : robes empire

© Musée de la Toile de Jouy
Grâce à l’ingéniosité d’Oberkampf, la manufacture devient la plus grande manufacture d’Europe. Bénéficiant de la proximité de la Cour de Versailles, il passe au travers de la tourmente révolutionnaire, connait une prospérité sous le Consulat, et fut décoré de la Légion d’Honneur par Napoléon. En revanche, son entreprise subit la chute de l’Empire. Jouy-en-Josas qui était alors un village devint un bourg que la fermeture de l’usine aurait ruiné si le goût de la villégiature n’avait attiré dès le milieu du XIXe siècle, une population nouvelle. Il reçut dans sa maison, transformée en Hôtel de Ville depuis 1899 : le nonce du Pape, Marie-Antoinette et ses enfants, les impératrices Joséphine et Marie-Louise et les savants Monge, Laplace, Lagrange, Chaptal, Gay-Lussac…intéressés par la chimie qu’employait alors la manufacture de toiles.

© Musée de la Toile de Jouy
Une aventure humaine, industrielle et artistique
 
Un hommage sera rendu à Oberkampf et à son oeuvre autour de la date anniversaire de son décès, le 4 octobre, sous la forme d’une exposition patrimoniale enrichie de prêts de particuliers et d’institutions.
Les toiles de Jouy : l'ananas

Les toiles de Jouy : l'ananas

© Musée de la Toile de Jouy
L’exposition se déroule de façon chronologique, selon les étapes de la vie d’Oberkampf qui suivent les évolutions politiques de cette période riche en événements et innovations. Chaque section reprend les trois axes de son aventure humaine, artistique et industrielle et présente des objets personnels, des toiles imprimées, des costumes, le cadre artistique et culturel, l’évolution de la manufacture. Elle dure 4 mois pour respecter les plages maximum d’exposition de textiles fragiles.

Le musée de la Toile de Jouy, créé en 1977, est consacré à l’activité de la Manufacture des Toiles de Jouy et à l’impression sur étoffes. D’abord baptisé "Musée Oberkampf" en hommage à Christophe-Philippe Oberkampf qui fonda la manufacture en 1760, le musée rend hommage à cet immigré germanique devenu l’un des plus grands entrepreneurs de son temps et commémore cette aventure industrielle. Le musée évoque l’histoire de la manufacture et de son créateur grâce à une maquette, des documents d’archives et des objets. Dans la salle des techniques, des outils de graveurs, des planches de bois et des rouleaux de cuivre illustrent le procédé d’impression. Au premier étage, garnitures de lits, tentures, panneaux textiles et costumes témoignent de l’évolution technique et décorative de la toile de Jouy. Les dernières salles sont consacrées aux autres manufactures, françaises et étrangères.
Les toiles de Jouy : Palampore

Les toiles de Jouy : Palampore

© Musée de la Toile de Jouy
Exposition "Christophe-Philippe Oberkampf, les Toiles de Jouy, une aventure humaine, industrielle et artistique" jusqu'au 27 décembre 2015. Musée de la Toile de Jouy. Château de l’Eglantine, 54, rue Charles de Gaulle. 78350 Jouy-en-Josas. www.museedelatoiledejouy.fr