Diaporama 10 photos
Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

L'art vestimentaire des rois de la S.A.P.E. débarque au Palais de Tokyo

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/02/2015 à 10H04

Les rois de la S.A.P.E sont venus du Congo pour rendre hommage à Yohji Yamamoto et Jean-Charles de Castelbajac, dieux de la mode auxquels ils vouent un culte absolu. Les membres du mouvement né dans les années 60 à Brazzaville, qui érigent le vêtement au rang d'œuvre, ont investi le Palais de Tokyo, le temps d'un défilé, dans le cadre de l’exposition Le Bord Des Mondes. A découvrir jusqu'au 17 mai

  • Un roi de la S.A.P.E. au Palais de Tokyo, le 16 février 2015
    01 /10
    Un roi de la S.A.P.E. au Palais de Tokyo, le 16 février 2015
    "Ô Dieu de la S.A.P.E. […], Pardonne à tous ceux qui ne savent pas s’habiller […], tous ceux qui ne savent pas distinguer les couleurs […]". Extraites d’une prière de la S.A.P.E (Société des Ambianceurs et Personnes Élégantes), ces paroles sont celles d’un mouvement né dans les années 1960 à Brazzaville (République démocratique du Congo), qui s’est depuis répandu dans des foyers tels que Kinshasa (République démocratique du Congo) et Paris.
    © LOIC VENANCE / AFP
  • Un roi de la S.A.P.E. au Palais de Tokyo, le 16 février 2015
    02 /10
    Un roi de la S.A.P.E. au Palais de Tokyo, le 16 février 2015
    Communauté protéiforme et complexe, la S.A.P.E. fait de ses adeptes des fidèles dévoués à l’art vestimentaire. La S.A.P.E. unit ses membres au travers de divinités, de rituels, de croyances et, d’une science, la "Sapologie", dont les finalités sont d’ériger le vêtement au rang de langage et d’oeuvre à part entière.
    © LOIC VENANCE / AFP
  • Deux rois de la S.A.P.E. au Palais de Tokyo, le 16 février 2015
    03 /10
    Deux rois de la S.A.P.E. au Palais de Tokyo, le 16 février 2015
    L’art de la S.A.P.E. est avant tout lié à l’éloquence et à la véhémence du sapeur, un fidèle au service des dieux, dont la mission est d’exceller dans une performance où chacun de ses vêtements «parle» et se fait le signe d’une identité magnifiée.
    © LOIC VENANCE / AFP
  • S.A.P.E. : Kadhitoza, Robben Island, 2015, perles tissées
    04 /10
    S.A.P.E. : Kadhitoza, Robben Island, 2015, perles tissées
    S.A.P.E. : Kadhitoza, Robben Island, 2015, perles tissées © Corinne Jeammet
  • S.A.P.E. : Kadhitoza, Robben Island, 2015, perles tissées, détail
    05 /10
    S.A.P.E. : Kadhitoza, Robben Island, 2015, perles tissées, détail
    S.A.P.E. : Kadhitoza, Robben Island, 2015, perles tissées, détail © Corinne Jeammet
  • S.A.P.E. : Six Lokoto dit Capitaine, 2015, collection Yohji  Yamamoto et bambou
    06 /10
    S.A.P.E. : Six Lokoto dit Capitaine, 2015, collection Yohji Yamamoto et bambou
    S.A.P.E. : Six Lokoto dit Capitaine, 2015, collection Yohji  Yamamoto et bambou
    © Corinne Jeammet
  • S.A.P.E. : Six Lokoto dit Capitaine, 2015, collection Yamamoto et bambou, détail
    07 /10
    S.A.P.E. : Six Lokoto dit Capitaine, 2015, collection Yamamoto et bambou, détail
    S.A.P.E. : Six Lokoto dit Capitaine, 2015, collection Yamamoto et bambou, détail de la cravate
    © Corinne Jeammet
  • S.A.P.E. : Eddy Masumbuka, 2015, en bambou
    08 /10
    S.A.P.E. : Eddy Masumbuka, 2015, en bambou
    S.A.P.E. : Eddy Masumbuka, 2015, en bambou © Corinne Jeammet
  • S.A.P.E.: Norbat de Paris, 2015, assemblage de 3 couleurs
    09 /10
    S.A.P.E.: Norbat de Paris, 2015, assemblage de 3 couleurs
    S.A.P.E.: Norbat de Paris, 2015, assemblage de 3 couleurs © Corinne Jeammet
  • S.A.P.E. : tenue réalisée en papier
    10 /10
    S.A.P.E. : tenue réalisée en papier
    S.A.P.E. : tenue réalisée entièrement en papier
    © Corinne Jeammet