John Casablancas, un docu sur une vie de plaisirs, un chasseur de top models

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/06/2016 à 09H40
Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" avec Iman

Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" avec Iman

© John Casablancas

Alors que la Fashion week s'est installée à Paris, pour les défilés masculins le 22 juin puis dès le 3 juillet pour la semaine de la haute couture, sort un film consacré au mannequinat. "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" retrace l'histoire de John Casablancas, le fondateur de l'agence Elite Model. Une vie dont beaucoup rêvent, entourée de glamour et de beauté.

Cara Delavigne, Constance Jablonski, Cindy Crawford et Gisèle Bundchen… avant d'arpenter les podiums de la planète, ces mannequins ont été repérées par des agences. Ces dernières, toujours à la recherche de nouveau visage, organisent des castings, des concours ou du street scouting all over the world. Leurs objectifs : repérer en un clin d'œil la beauté universelle -celle que tout le monde trouve belle, celle qui plaira au grand public- ou celle plus invisible, plus singulière, moins habituelle qui se révélera une bombe devant l'objectif.
Le film 'Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : Monica Paulina

Le film 'Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : Monica Paulina

© John Casablancas

Le témoignage posthume de John Casablancas

Ce film documentaire, signé Hubert Woroniecki (Avec Iman, Linda Evangelista, Cindy Crawford, Naomi Campbell et John Casablancas) est sorti en salles le 29 juin 2016. "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" est en quelque sorte le testament posthume du fondateur de l'agence Elite, décédé en 2013. Un testament un rien nombriliste d'un homme charmeur !

Mais il ne faut pas oublier qu'en créant cette agence dans les années 70, John Casablancas invente le concept de super Top model. Si des noms comme Naomi, Cindy, Linda, Iman, Gisèle ou Kate font aujourd’hui partie de la culture populaire, c’est en partie grâce à lui.
Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : photo prise dans la rue

Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : photo prise dans la rue

© Jacques Silberstein
Ce film est ponctué d'une profusion d'images d'archives, d'anecdotes et d'incrustations assez drôles sous la forme de bulles de BD. En voix off, John Casablancas raconte sa vie. Une vie dont beaucoup rêvent, entourée de glamour et de beauté.

C'est l'histoire d'un Américain d'origine espagnole, de sa famille réfugiée en France puis aux États-Unis, de son passage par Mexico. Depuis son enfance, en passant par sa première expérience amoureuse et l'expulsion de son école en Suisse, il relate ses mariages, ses aventures et, même, sa rencontre avec Stéphanie Seymour avec laquelle il aura une liaison alors qu'elle était mineure. Au nombre des rencontres, il y aura aussi celle du photographe Gunar Larssen jusqu'à la création de l’agence Elysées 3.
Casablancas, l’homme qui aimait les femmes en salles le 29 juin 2016
On comprend vite que l'homme est ambitieux. Son but : devenir une marque de fabrique en construisant une nouvelle structure. Ce sera l'agence Elite. On découvre l'envers du décor : la concurrence avec l’agence Ford, les scandales sexistes, les reportages qui montrent les coulisses des concours et plus particulièrement celui de la BBC évoquant la drogue, le sexe et la prostitution dans les années 90. John Casablancas expliquera alors à Match "que ce reportage l’a rendu physiquement malade" mais en admettant volontiers avoir "toujours eu tendance à être très libéral sur la sexualité".
Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : les filles au piano

Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : les filles au piano

© Marco Giaviano

À la recherche de la perle rare

Si le métier de mannequin est ancien, les agences qui les gèrent sont, quant à elles, plus récentes. L’agence Elite est connue pour organiser le plus important casting de mannequins. Chaque année, le concours Elite Model Look attire plus de 350 000 candidates venues du monde entier… les plus chanceuses décrocheront un contrat avec l'agence. Face au développement des marques de mode masculine, le concours s'est ouvert aux hommes en France, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays. Moins médiatisés que leurs homologues féminines, les mannequins hommes commencent à être populaires auprès des jeunes. Ces stratégies de carrière à long terme leur permettant de côtoyer les plus grandes marques internationales du luxe et de la mode.
Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes": l'anniversaire

Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes": l'anniversaire

© Jacques Silberstein

La découverte d'icônes

Elite est le plus important réseau de découverte de talents et de gestion de mannequins au monde. Il s'appuie sur une présence internationale. Depuis sa création en 1972, Elite a lancé Cindy Crawford, Stephanie Seymour, Linda Evangelista, Claudia Schiffer, Naomi Campbell, Tatjana Patiz, Iman, Yasmin Le Bon, Diane Kruger, Gisele Bundchen…
Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : Acapulco

Le film "Casablancas, l’homme qui aimait les femmes" : Acapulco

© John Casablancas
L'agence compte dans ses books Cara Delevingne, Adriana Lima, Malgosia Bela, Sigrid Agren, Anne-Catherine Lacroix, Devon Aoki, Kemp Muhl, Liu Wen, Lindsey Wixson, Caroline Trentini, Fei Fei Sun… et des stars émergentes : Natalie Westling, Sasha Luss, Ashleigh Good, Holly-May Saker, Ine Neefs, Vittoria Ceretti, Alexandra Elizabeth Ljadov…. La division Hommes gère la carrière de Benjamin Eidem, Tobias Sorensen, Daisuke Ueda, Armando Cabral, Cédric Bihr, Mark Cox, Matt Bell, Sylvester Henriksen...