Jenny Sacerdote, celle qui révolutionna la mode avant Chanel

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/08/2016 à 12H48
Jenny Sacerdote - figure de mode du Périgord

Jenny Sacerdote - figure de mode du Périgord

© France 3 / Culturebox

Née en 1868 à Périgueux, la couturière Jenny Sacerdote a eu son heure de gloire entre les deux guerres. Avec son fameux petit tailleur gris, elle invente un style pour la femme aussi audacieux que celui d’une certaine Coco Chanel. Son empreinte sera plus discrète mais aujourd’hui encore des publications américaines la citent comme une référence de la mode française.

Jenny Sacerdote, voici un nom qui sonne bien pour une créatrice de mode. Jeanne Bernard de son vrai nom, jeune couturière du Périgord monte à Paris pour lancer sa carrière de styliste. Formée chez Jeanne Paquin, une fameuse modiste parisienne, elle fonde en 1911 la maison de haute couture Jenny, rue Royale à Paris.

Reportage : S. Bouwy / P. Tinon / F. Pele

Grande couturière à l'égal d'une Chanel

Internationalement connue pour l'élégance de ses créations dans les années 1930, Jenny Sacerdote remporte un succès fou. "A l'époque elle est aussi connue que Chanel", rapporte Joëlle Chevé, spécialiste de la couturière. 
Si son nom n'a laissé aucune trace aujourd'hui dans le monde de la mode française, elle encore très connue du public américain. Comme le souligne l'historienne :  "il y a encore une thèse qui a été faite récemment aux Etats-Unis". 
 

Le petit tailleur gris Sacerdote

Dotée d'un sacré tempérament, Jenny Sacerdote donne la priorité au confort et à la simplicité. Ses créations sont faites pour des femmes élégantes et modernes qui ne veulent plus enserrer leur corps dans des corsets.   

Le fameux petit tailleur gris de Jenny Sacerdote sera aussi célèbre que la petite robe noir de Chanel

Joëlle Chevé - Historienne
Jenny Sacerdote Tailleur

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

Le "Taupe", une couleur de référence

Durant ces années parisiennes, Jenny Sacerdote rencontre les artistes de l'époque. Ses amis peintres, Henri Gervex ou encore Jean-Gabriel Domergue, réalisent plusieurs portraits d'elle vêtue de sa couleur fétiche : le taupe.
Portrait de Jenny Sacerdote réalisé par Jean-Gabriel Domergue et exposé au musée du Périgord

Portrait de Jenny Sacerdote réalisé par Jean-Gabriel Domergue et exposé au musée du Périgord

© France 3 / Culturebox / capture d'écran