Hyères : le festival de mode, découvreur de jeunes talents, fête ses 30 ans

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/04/2015 à 11H13
Ces 3 créateurs Yiyu Chen, Elina Maattanen, Christina Braun (de gauche à droite) sont en lice pour le 30e festival international de la mode et de la photo à Hyères 2015

Ces 3 créateurs Yiyu Chen, Elina Maattanen, Christina Braun (de gauche à droite) sont en lice pour le 30e festival international de la mode et de la photo à Hyères 2015

© Grégoire Alexandre, Quentin Saunier, Grégoire Alexandre (de gauche à droite)

Tremplin international de jeunes stylistes et photographes, le 30e Festival international de Mode et de Photographie d'Hyères, s'ouvre pour 4 jours de défilés, de rencontres et d'expositions du 23 au 27 avril dans le Var. Dix jeunes créateurs de mode et dix photographes de 9 nationalités différentes ont été sélectionnés.

Les stylistes sont : Anna Bornhold, Christina Braun, Yiyu Chen, Sophie Harand, Heini-Maria Hynynen & Elina Aarela, Elina Maattanen, Guillem Rodriguez Bernat, Sophie Salekari, Annelie Schubert et Wieke Sinnige.
Le salon Première Vision aide les jeunes créateurs sélectionnés pour le festival de Hyères
Cette année, la maison Chanel est l'invitée d'honneur avec Karl Lagerfeld, comme directeur artistique de la 30e édition. Les deux collaborateurs du couturier président les jurys : Virginie Viard, directrice du studio de création de Chanel, est en charge de la mode tandis que Eric Pfrunder, responsable de l'image de la griffe, préside la photographie.
 

Expositions et rencontres à foison

 
Observatoire de tendances et plate-forme de lancement dédiée aux jeunes talents, ce festival explore la perméabilité entre art, photographie, mode et design. Plusieurs expositions sont donc axées sur l'univers de la mode :
Chanel haute couture automne-hiver 2014-2015.

Chanel haute couture automne-hiver 2014-2015.

© Benoît Peverelli
"Chanel Innovation". La haute couture de Chanel n’est jamais convenue, elle repousse les limites du savoir-faire. Sans cesse remise en jeu, elle se nourrit d’un désir d’innovation dont l’aspect le plus évident passe par les formes et les variations autour du style. Tout commence par les dessins et les indications de Karl Lagerfeld, viennent ensuite le travail du studio et des ateliers Chanel ainsi que celui des ateliers des Métiers d’art. Karl Lagerfeld a fait de la haute couture un laboratoire de création où le haut degré de savoir-faire des métiers (brodeurs, plumassiers, paruriers, gantiers, bottiers, orfèvres, chapeliers ) intègre de nouvelles matières et de nouveaux gestes, pour interpréter les idées les plus audacieuses.
Karl Lagerfeld, exposition Three worlds

Karl Lagerfeld, exposition Three worlds

© Karl Lagerfeld
"Karl Lagerfeld. Three Worlds". Devient-on photographe par vocation ou par nécessité ? Dans le cas de Karl Lagerfeld, la réponse est simple : il l’est devenu par défi. Tout commence il y a plus de vingt ans, lorsque, déçu par les photos de presse de sa dernière collection, il décide de passer de l’autre côté de l’objectif. Les photographies exposées à la villa Noailles sont une illustration, parmi tant d’autres, de son activité débordante. Car son credo, c’est voir, tout voir, sans relâche, avec curiosité et gourmandise. Dès lors, il peut pratiquer à sa guise portrait, paysage, architecture, nu, et même la nature morte, expression à laquelle il préfère le terme anglais, plus approprié de still life. Pour la mode, le couturier réalise de nombreux travaux en studio. « On ne doit pas bouffer du modèle », dit-il. « On doit lui donner un esprit » explique t-il avant d'ajouter : « Je compose une photo de la même manière que je fais un dessin mais le jeu de la lumière lui donne une dimension nouvelle ».
"La fabrique de l’image : les Noailles et la mode". "On limite volontiers la mode à la figure du couturier. Mais aux grands créateurs répondent aussi d’illustres clients qui, loin de se soumettre à leurs caprices, en devancent souvent les inspirations. Comprendre son fonctionnement suppose aussi de s’intéresser à ceux qui l’incarnent. En ce sens, Charles de Noailles et plus encore Marie-Laure en sont pleinement acteurs. Peu de personnes ont su donner corps à la modernité avec autant d’exemplarité, et ainsi modeler l’air du temps. De Paris à la Riviera, c’est sur ces scènes mondaines que s’affirme le pouvoir prescripteur du couple", extrait du texte d'Émilie Hammen, Stéphane Boudin-Lestienne et Alexandre Mare publié dans le catalogue du Festival.
Collection Jardin Sculpté de Kenta Matsushige

Collection Jardin Sculpté de Kenta Matsushige

© Yuji Watanabe
"Kenta Matsushige. Jardin sculpté". C'est la rencontre de deux cultures, celle d’un architecte et celle du créateur de mode, lauréat du Festival d’Hyères en 2014. La collection s’inspire de l’œuvre structurée et minimaliste de l’architecte Carlo Scarpa dont elle reprend les lignes géométriques fondamentales dans des couleurs pures. Le créateur Kenta Matsushige pare sa collection d’évocations du Levant, de broderies dont les obliques rappellent la technique du kumiko, de délicats nénuphars en plumes pastel se découvrent dans les plis plats d’une robe.
 
Parmi les thèmes des rencontres : Instagram, marketing de l'intime ? La mode et la création sont-elles solubles dans l'économie ? Le développement durable, un défi pour la mode et le luxe et l'atelier et Ecole Lesage : histoire de la broderie dans la mode et travaux pratiques.
Collection capsule de Louis-Gabriel Nouchi, finaliste du Festival de Hyères 2014

Collection capsule de Louis-Gabriel Nouchi, finaliste du Festival de Hyères 2014

© DR
Les Galeries Lafayette s’associent à Louis-Gabriel Nouchi, finaliste du Festival de Hyères 2014, pour une collection capsule automne-hiver 2015/16, disponible, dès septembre, dans les magasins ainsi que sur le site internet Pour les 30 ans du Festival, le groupe retransmet en direct le défilé d'Hyères, le 25 avril à 20h30 dans les vitrines des Galeries Lafayette, boulevard Haussmann à Paris.