Galliano débouté par les prud'hommes de son action contre Dior

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/11/2014 à 10H44
Galliano condamné pour injures racistes par le tribunal correctionnel en 2011

Galliano condamné pour injures racistes par le tribunal correctionnel en 2011

© Le Floch/Chesnot/Sipa

Le conseil de prud'hommes de Paris a débouté mardi le couturier John Galliano qui contestait son licenciement en 2011 par Dior à la suite d'injures antisémites, et l'a condamné à verser un euro symbolique à son ancien employeur, a-t-on appris auprès des avocats des deux parties.

 La requête du créateur britannique de 54 ans portait sur plus de 10 millions d'euros, selon l'avocat de la société Christian Dior, Me Jean Néret.

Le couturier a aussi été condamné à verser un euro symbolique à la société portant son nom, John Galliano SA, filiale de Dior, qui l'avait aussi licencié. L'avocate de John Galliano, Me Chantal Giraud-Van Gaver, a exprimé son "immense déception" et indiqué à l'AFP qu'elle conseillerait à son client de faire appel.

Le couturier britannique demandait la nullité de son licenciement par Dior en mars 2011, ce qui aurait entraîné le versement rétroactif de ses salaires s'il avait continué à travailler, soit plus de 10 millions d'euros, selon Me Néret. John Galliano avait travaillé pendant 15 ans pour la maison Dior, de 1996 à 2011.

"Nous l'avons licencié pour une faute grave, caractérisée, et le conseil des prud'hommes en le déboutant nous a confortés dans le bien-fondé de notre décision", a indiqué l'avocat à l'AFP. "Nous disions que nous l'avions licencié pour faute grave (...) compte tenu de l'énormité des propos qu'ils avait tenus en public et en connaissance de cause", a déclaré Me Néret.

La défense de John Galliano faisait valoir de son côté notamment "que, in fine, les choses sont arrivées parce que Dior n'a pas pris en considération l'état de santé (du couturier) qui s'est largement dégradé avec la charge de travail qui n'a fait que s'alourdir".

John Galliano avait été condamné par le tribunal correctionnel de Paris en septembre 2011 à 6.000 euros d'amende avec sursis pour des injures antisémites, proférées en état d'ébriété, dans un bar parisien lors de deux incidents distincts.

Après une traversée du désert de trois ans et demi, son retour dans la mode a été annoncé le 6 octobre, avec sa nomination comme directeur créatif de Maison Martin Margiela, griffe parisienne dont il concevra toutes les collections, prêt-à-porter et haute couture. Il présentera son premier défilé en janvier 2015.