Festival de Hyères : Grand prix à la créatrice franco-allemande Annelie Schuber

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/04/2015 à 08H59
Festival de Hyères : Grand prix à la créatrice franco-allemande Annelie Schuber

Festival de Hyères : Grand prix à la créatrice franco-allemande Annelie Schuber

© BERTRAND LANGLOIS / AFP

La créatrice franco-allemande Annelie Schubert a remporté dimanche le Grand prix Première Vision pour la mode au Festival international de mode et de photographie de Hyères pour lequel étaient en compétition 10 jeunes stylistes de 6 nationalités. Le jury a salué le "goût", "l'élégance" et "la personnalité attachante" de la créatrice qui a présenté une collection intitulée "Aprons" (tabliers).

Le jury mode, présidé par la directrice du studio de création de Chanel Virginie Viard, a récompensé le travail de cette femme de 28 ans, diplômée de l'université de Sciences appliquées de Hambourg et qui a notamment été formée auprès du créateur Haider Ackermann. "C'est d'abord une vraie silhouette, forte et claire, les détails sont subtils et les constructions discrètes. Il y a un rapport de matières et de couleurs incroyables", ont estimé les membres du jury. Ils ont aussi salué le "goût", "l'élégance" et "la personnalité attachante" de la jeune femme, qui a présenté une collection intitulée "aprons" (tabliers). La lauréate de ce prix, doté de 15.000 euros, bénéficiera aussi d'une collaboration avec des métiers d'art de Chanel et avec Petit Bateau.
Festival de Hyères : Grand prix à la créatrice franco-allemande Annelie Schuber

Festival de Hyères : Grand prix à la créatrice franco-allemande Annelie Schuber

© SEBASTIEN NOGIER
L'Allemande Anna Bornhold a, quant à elle, remporté le prix Chloé. Les dix stylistes en compétition devaient présenter une silhouette inspirée de la marque, l'un des sponsors du festival. A l'occasion de la 30e édition, dont Karl Lagerfeld était le directeur artistique, le jury mode a aussi décerné une mention spéciale à la créatrice néerlandaise Wieke Sinnige.
Chloé « Class of 2015 » 

Chloé « Class of 2015 » 

© Chloé
Côté photo, le Néerlandais Sjoerd Knibbeler a remporté le Grand prix du jury présidé par Eric Pfrunder, directeur de l'image de Chanel Mode, pour son travail visant à capturer le vent, notamment avec des clichés en noir et blanc d'avions-origamis. "C'est un travail qui est une réflexion sur les limites du medium : comment photographier ce qui, a priori, n'est pas photographiable", a souligné le jury. Le prix spécial du jury photographie a été attribué à la Grecque Evangelia Kranioti pour son travail sur la vie des marins sur les cargos.
Le Festival International de mode et de photographie à Hyères, avril 2015
Une Master Class avec Karl Lagerfeld
 
Le Festival international de mode et de photographie d'Hyères, qui s'achève le 27 avril, réunit créateurs, responsables de maisons de luxe, agents, journalistes, dans la villa Noailles. Destiné à faire émerger les nouveaux talents, il dans le passé couronné des  créateurs comme le duo néerlandais Viktor&Rolf, le Français Julien Dossena, D.A.de Paco Rabanne, le Portugais Felipe Oliveira Baptista, D.A. de Lacoste, le Belge Antony Vaccarello, membre du jury cette année, la Chinoise Yiqing Yin ou encore le Japonais Kenta Matsushige en 2014.

Lors de la Master Class, qui s’est tenue dans le cadre des 15es Rencontres internationales du textile et de la mode du Festival d’Hyères, Karl Lagerfeld a souligné, à l’intention des futurs créateurs, que rien n’était jamais figé : « Tout dépend de ce que veut et peut la personne qui se destine à créer, couturier ou photographe », a-t-il répondu.
Rencontres à Hyères, Master Class avec Karl Lagerfeld, avril 2015

Rencontres à Hyères, Master Class avec Karl Lagerfeld, avril 2015

© Chanel
Karl Lagerfeld a décrypté ses différentes sources d’inspiration, son parcours, ses passions et a distillé ses conseils aux stars de demain repérées au Festival. « Je dessine comme je photographie, rapidement, a-t-il dit. Il n’y a pas de recette préétablie à laquelle on puisse faire confiance pendant toute une carrière. Je ne sais toujours pas si j’étais fait pour mon métier ni d’où vient mon talent. Je sais, en revanche, que je n’ai eu de cesse de m’améliorer. Aujourd’hui, je ne perds plus de temps pour matérialiser mes visions ». Les invités ont pu notamment entendre le maître expliquer ses pratiques du dessin et de la photo : « Disons que je me suis toujours intéressé à la photographie en tant que couturier. Argentique, numérique… On ne peut pas comparer les deux, comme il est impossible et vain de comparer deux cycles de vie », a-t-il affirmé.