"Voyage au bout du feutre" à Chazelles-sur-Lyon

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 10/05/2017 à 10H44, publié le 10/05/2017 à 09H03
Exposition "Voyages au bout du feutre" à Chazelles-sur-Lyon 

Exposition "Voyages au bout du feutre" à Chazelles-sur-Lyon 

© Daniel Ulmer

De la Mongolie à l’Europe, des pièces artisanales aux créations textiles de designers, l’Atelier-Musée du chapeau de Chazelles-sur-Lyon invite à la découverte du feutre. Via des pièces anciennes et des créations contemporaines, l'exposition "Voyages au pays du feutre" met en lumière le travail d'artisans feutriers, stylistes et artistes. A découvrir à partir du 13 mai 2017.

Débutant il y a près de 7000 ans, les techniques de feutrage ont été transmises jusqu’à nos jours et sont aujourd’hui revisitées par les designers. A l'Atelier-Musée du chapeau, 23 feutriers présentent leurs créations, soit une centaine de pièces : tentures, installations, objets du quotidien (abat-jours, chaises,…), animaux (poissons, chien, souris,…), vêtements (robes, cravates,…) et sculptures…
Exposition "Voyages au bout du feutre" : Elisabeth Berton, manteau collection feutre/ ECOPRINT. Feutre artisanal avec impression botanique de feuilles d’eucalyptus

Exposition "Voyages au bout du feutre" : Elisabeth Berton, manteau collection feutre/ ECOPRINT. Feutre artisanal avec impression botanique de feuilles d’eucalyptus

© Mallory Pérot
Implantée dans la cour de La Chapellerie, une yourte rappelle que l’origine du feutre se situe en Asie centrale. Cet habitat traditionnel des nomades mongols est recouvert de pièces de feutre plaquées contre un treillis circulaire et sur des lattes. Une bâche décorée permet de protéger contre les intempéries. A l’intérieur, une exposition de photographies transporte au cœur des steppes où subsiste encore le mode de vie traditionnel des éleveurs de yacks, chevaux, moutons…
La yourte implantée dans la cour de La Chapellerie, mai 2017

La yourte implantée dans la cour de La Chapellerie, mai 2017

Le feutre, un formidable isolant

Des fouilles archéologiques permettent d’affirmer que les origines remontent au néolithique avec la découverte d’une tenture murale en Anatolie datant de 6 400 ans avant J.C. Dès la préhistoire, les nomades fabriquaient leurs vêtements, bottes et chapeaux, tapis et tentes en feutre. Malgré leur connaissance du tissage, ils préféraient le feutre, protecteur du froid et de l’humidité. La technique du feutre se perd en Europe Occidentale à la suite du déclin de l’Empire Romain. Ce sont les croisés qui la rapportent de Constantinople. 
Exposition "Voyages au bout du feutre" : Maria Friese, une créature extraordinaire

Exposition "Voyages au bout du feutre" : Maria Friese, une créature extraordinaire

Des créateurs inspirés par cette matière

Le renouveau de cette matière apparaît en Europe du Nord et aux Etats-Unis à partir des années 1960. En France, ce n’est que dans les années 1990 que les créateurs vont se l’approprier.
Exposition "Voyages au bout du feutre" : création en volume

Exposition "Voyages au bout du feutre" : création en volume

© Juliette Morain
Elle offre de nombreuses possibilités : constructions en volume, vêtements sans couture… Ils mènent des expériences diverses comme l’incrustation de textiles (soie, mousseline,…).
Exposition "Voyages au bout du feutre" : plusieurs vêtements

Exposition "Voyages au bout du feutre" : plusieurs vêtements

© Daniel Ulmer
Leur recherche porte également sur la structure avec le développement du feutre léger et transparent. Un travail sur la couleur permet des orientations graphiques avec des motifs réalisés de pièces pré-feutrées, découpées et incrustées.
Exposition "Voyages au bout du feutre" : Stéphanie Cailleau. Les bottes en caoutchouc, laine feutrée sur tiges de saules. La première paire a été créée en 2009 pour le parcours d'art "Vern Volume" en Ille-et-vilaine. Ce projet a, ensuite, été exposé au musée du feutre de Mouzon, à la Mapra de Lyon et à la maison de la botanique du Noyer..

Exposition "Voyages au bout du feutre" : Stéphanie Cailleau. Les bottes en caoutchouc, laine feutrée sur tiges de saules. La première paire a été créée en 2009 pour le parcours d'art "Vern Volume" en Ille-et-vilaine. Ce projet a, ensuite, été exposé au musée du feutre de Mouzon, à la Mapra de Lyon et à la maison de la botanique du Noyer..

© Stéphanie CAILLEAU

Chazelles-sur-Lyon, cinq siècles de tradition chapelière

Cette ville des Monts du Lyonnais a connu plusieurs siècles de prospérité grâce à la chapellerie de feutre de poil - lapin domestique, garenne et lièvre. On y note la présence de chapeliers au XVIe siècle. Le milieu du XIXe siècle marque la fin de la période artisanale et des petits ateliers. L'ère industrielle et la mécanisation gagnent la chapellerie.
La table d'appropriage à l'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon

La table d'appropriage à l'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon

© Daniel Ulmer
Au début du XXe siècle, Chazelles-sur-Lyon devient la principale cité de production du chapeau de feutre de luxe en France (28 usines et 2 500 ouvriers en 1930). Sa renommée dépasse les frontières nationales avec des marques telles que Fléchet, France, Morreton.
Atelier de bichonnage à l'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon

Atelier de bichonnage à l'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon

© Daniel Ulmer
L’évolution de la mode d’après-guerre porte un coup fatal à cette industrie, dont le dernier représentant à Chazelles, et en France, a fermé ses portes en 1997.
L'Atelier-Musée du Chapeau à Chazelles-sur-Lyon
Le Musée du Chapeau, devenu depuis Atelier-Musée, ouvre ses portes en 1983. Musée de France, Il s’attache à la conservation de la mémoire chapelière et à la sauvegarde des savoir-faire.
La technique de mise en forme à l'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon

La technique de mise en forme à l'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon

© Daniel Ulmer.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !