Tenues de ville et costumes de scène, 300 ans d'histoire commune à Moulins

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 13/04/2017 à 08H45, publié le 13/04/2017 à 08H43
Costume Dior porté par Isabelle Huppert dans Un Tramway de K. Warlokowski, Théâtre de l’Odéon, 2011. (à gauche), Costume de Georges Wakhévitch pour le rôle d’Emilie dans Les Indes galantes de J-P. Rameau, Opéra national de Paris, 1952. (au centre), et Robe de cour en soie à la française, Lyon, vers 1750 ( à droite)

Costume Dior porté par Isabelle Huppert dans Un Tramway de K. Warlokowski, Théâtre de l’Odéon, 2011. (à gauche), Costume de Georges Wakhévitch pour le rôle d’Emilie dans Les Indes galantes de J-P. Rameau, Opéra national de Paris, 1952. (au centre), et Robe de cour en soie à la française, Lyon, vers 1750 ( à droite)

© CNCS / Florent Giffard + Lyon, MTMAD – Pierre Verrier

Avec "Modes ! À la ville, à la scène", le Centre National du Costume de Scène présente les relations croisées entre l’histoire de la mode et celle du costume de scène du XVIIIe siècle à nos jours. Worth, Poiret, Lanvin, Chanel, Balmain, Balenciaga, Saint Laurent, Lacroix… ces noms ont marqué l’histoire de la mode mais aussi celle du théâtre.

Plus de 130 costumes provenant des collections du Centre National du Costume de Scène et de plusieurs musées de mode offrent un panorama de l’évolution de la silhouette féminine sur scène comme à la ville. L’occasion de traverser les époques aux côtés des costumes de femmes - artistes, comédiennes, danseuses - devenues des icônes telles Sarah Bernhardt, Cléo de Mérode, Madeleine Renaud ou Isabelle Huppert. 
"Modes ! A la ville comme à la scène" : Opéra national de Paris, 1952. © CNCS / Florent Giffard

Costumes de scène et de ville : deux approches

"Costumes de scène et costumes de ville ne servent pas les mêmes buts. Au théâtre, l’approche du costume est triple. Il souligne les caractéristiques, désigne le rôle et s’insère dans l’atmosphère de l’ouvrage, tout en ayant un code chargé de significations. À la ville, il habille avec ou sans ostentation son propriétaire, signifiant son appartenance sociale" explique la commissaire de l’exposition.
Costume d’André Delfau pour le ballet Le Clochard de A. Wolf, Opéra-Comique, 1959.

	 

Costume d’André Delfau pour le ballet Le Clochard de A. Wolf, Opéra-Comique, 1959.  

© CNCS / Florent Giffard
"Cette exposition ne cherche pas à comparer l’histoire de ces deux modes d’expression pendant trois siècles mais à mettre en valeur les moments où leur articulation fait sens et la naissance de nouveaux processus" précise Catherine Join-Dietertle.
Costume Chloé Obolensky pour le lancement du parfum C’est la vie ! de Christian Lacroix, 1990.

	 

Costume Chloé Obolensky pour le lancement du parfum C’est la vie ! de Christian Lacroix, 1990.  

© CNCS / Florent Giffard
Dès son entrée, le visiteur est accueilli par des costumes, dessins et maquettes (Jeanne Lanvin, Christian Lacroix, Jean-Pierre Capeyron) témoignages des influences réciproques entre mode et théâtre qui, dès l’Ancien Régime, font du costume de scène le laboratoire des innovations de la mode.
Robe de cour en soie à la française, Lyon, vers 1750.

	 

Robe de cour en soie à la française, Lyon, vers 1750.  

© Lyon, MTMAD – Pierre Verrier
À travers un parcours chronologique de 13 salles, trois siècles d’histoire permettent de découvrir des costumes aux inspirations diverses. Au XVIIIe siècle, classicisme et exotisme règnent, tandis que 100 ans après, le Romantisme conduit à mettre à la mode le style Renaissance et dès 1900, des couturiers comme Jeanne Lanvin et Paul Poiret sont influencés par les Ballets russes de Diaghilev.
Costume Balenciaga pour le rôle de Donna Fabia dans Échec à Don Juan de C-A. Puget, Théâtre des Ambassadeurs, 1941.

	 

Costume Balenciaga pour le rôle de Donna Fabia dans Échec à Don Juan de C-A. Puget, Théâtre des Ambassadeurs, 1941.  

© CNCS / Florent Giffard Costume
Quant aux costumiers de théâtre, du fait des exigences des actrices, ils conçoivent dans leurs ateliers des costumes inspirés de la mode. Ces influences mutuelles ont souvent joué un rôle important comme avec le déshabillé qui illustre, dès le XVIIIe siècle, l’arrivée des vêtements contemporains sur scène.
L'exposition "Modes ! À la ville à la scène" à Moulins

Le rôle clé des comédiennes

Dès la fin des années 1880, l’actrice, le couturier et le journal de mode forment un trio puissant. Les icônes comme Sarah Bernhardt au XIXe ou Isabelle Huppert aujourd’hui, offrent une grande visibilité aux couturiers. Cette force commerciale perdure de nos jours avec les tapis rouges des grands festivals et les défilés des Fashion week.
Tailleur Chanel pour l’opéra Vol de nuit de L. Dallapiccola, Opéra-Comique, 1960.

Tailleur Chanel pour l’opéra Vol de nuit de L. Dallapiccola, Opéra-Comique, 1960.

© CNCS / Florent Giffard
Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Siècle des Lumières, Romantisme, Belle Époque… Tous les grands moments significatifs de la relation mode/théâtre sont représentés jusqu’à la période contemporaine, évoquée notamment par des tenues portées par Isabelle Huppert au Théâtre de l’Odéon ou Marilu Marini au Théâtre de Chaillot.
Costume Dior porté par Isabelle Huppert dans Un Tramway de K. Warlokowski, Théâtre de l’Odéon, 2011.

	 

Costume Dior porté par Isabelle Huppert dans Un Tramway de K. Warlokowski, Théâtre de l’Odéon, 2011.  

© CNCS / Florent Giffard Costume

 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !