"DMC, l’art du fil” se tisse à Wesserling

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/06/2014 à 14H14
Le musée textile-Parc de Wesserling présente "DMC, l’art du fil” jusqu'au 30 décembre 2019. Le site -ancienne manufacture royale- est un haut lieu de l’histoire industrielle textile. 

Le musée textile-Parc de Wesserling présente "DMC, l’art du fil” jusqu'au 30 décembre 2019. Le site -ancienne manufacture royale- est un haut lieu de l’histoire industrielle textile. 

© Parc de Wesserling

Durant plus de deux siècles, DMC produit des oeuvres d’une grande qualité artistique conservées aux archives de Mulhouse. Les pièces les plus intéressantes s'invitent dans l'exposition "DMC, l'art du fil". Outre les ouvrages réalisés à la main via différentes techniques, voici l’histoire sociale de la marque à travers l’évolution du fil, ses applications, ses présentations graphiques, ses dessins.

L’exposition débute avec une vidéo présentant l'histoire de DMC, puis un panneau détaille la transformation des matières premières pour aboutir à la création de tissus puis, aujourd’hui, de fils. Une sélection des fils fabriqués depuis les débuts de l'entreprise (dont le fameux Fil Rouge du Rhin) côtoie un espace consacré aux métiers qui gravitent autour du fil. 

L’itinéraire se poursuit jusqu’à nos jours par l’exposition d’oeuvres d’art réalisées par des artistes qui utilisent les fils comme moyen d’expression. Le parcours se termine par l’Art Work et le recyclage des fils. Des écrans tactiles et interactifs permettent de participer à des jeux.
DMC, l'art du fil : différents types de fils

DMC, l'art du fil : différents types de fils

© Parc de Wesserling
Hier les toiles, aujourd'hui les fils

À ses débuts, Dollfus-Mieg et Cie se consacrait à la fabrication de toiles imprimées à la main, inspirée des dessins des Indiennes et obtint, en 1806, lors de l’exposition de Paris, la médaille d’argent. Puis DMC débuta la fabrication des fils et le tissage des toiles de coton, Jacquards, percale et des mousselines. Les tissus DMC étaient commercialisés dans plusieurs pays européens, aux États-Unis et au Mexique. En 1843, DMC commence à fabriquer des fils à coudre et à repriser. Le Fil d’Alsace a été le premier lancé avec l’étiquette DMC ; d’autres suivront comme les fils de coton pour broder, marquer et crocheter. Petit à petit, les fils remplacent les tissus. DMC produisait des fils d’or qui étaient enroulés sur des bobines d’ivoire envoyées par le Shah de Perse afin que ses travailleuses puissent broder les trousseaux.
DMC, l'art du fil : les cadres noirs conservent de précieuses broderies

DMC, l'art du fil : les cadres noirs conservent de précieuses broderies

© Parc de Wesserling
Les Cadres noirs : de précieuses broderies issues de l'atelier Thérèse de Dillmont

Les Cadres noirs recueillent de précieuses broderies réalisées dans différentes techniques par l’école atelier de Thérèse de Dillmont. Élève douée de l’Académie de Broderie de Vienne, passionnée par les travaux manuels, elle rencontre Jean Dollfus à l’exposition Universelle de Paris de 1880. Elle signera un contrat avec DMC. Tous les échantillons qui ont été réalisés dans son atelier sont conservés sur un tissu noir, d’où le nom de Cadres noirs : 15.000 pièces sont ainsi conservées dans 350 cadres.

Son oeuvre la plus importante est « L’Encyclopédie des ouvrages de Dames », publiée en 1886, qui a été traduite dans 17 langues : elle est universellement reconnue comme la Bible des brodeuses.
DMC, l'art du fil : les cadres noirs conservent de précieuses broderies

DMC, l'art du fil : les cadres noirs conservent de précieuses broderies

© Parc de Wesserling
Le fil rouge utilisé pour le marquage du linge de maison

D’autres fils ont suivi le Fil d’Alsace, dont le fil rouge destiné au marquage du linge de maison. Les femmes lavaient le linge dans les rivières et dans les lavoirs publics et il séchait conjointement. Les initiales brodées en rouge permettaient de reconnaître le linge. Ce fil a aussi été utilisé dans les écoles primaires pour broder les lettres et ainsi apprendre à lire et à écrire : ces lettres sont à l’origine des abécédaires qui, de nos jours, sont recherchés par les collectionneurs pour leur valeur artistique.

Mais ce fil était mat et les brodeuses préféraient un fil brillant. En 1850, le fils de Jean Dollfus rapporta d’Angleterre un traitement chimique, le mercerisage, procédé qui donnera au fil de coton la douceur et la brillance attendues. Ce fil est le Mouliné Spécial qui a démocratisé la broderie au XXe siècle. Élaboré à partir de fibres extra longues issues du coton égyptien, il est composé de 6 brins divisibles pour être utilisé en broderie pour donner du relief ou de la finesse. Il en existe de différentes grosseurs, compositions, matières et textures...
 
Exposition "DMC, l’art du fil” au Musée textile, jusqu'au 30 décembre 2019.
Parc de Wesserling. 68470 Husseren-Wesserling. 
Le musée Textile du Parc de Wesserling présente des expositions temporaires sur des entreprises textiles alsaciennes. Le site, une ancienne manufacture royale, est un haut lieu de l’histoire industrielle textile. L'Écomusée textile fait vivre ses expositions par des ateliers interactifs.