Cette montre qui révèle une part de l'identité de l'homme qui la porte

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/12/2014 à 14H11
Montres Péquinet, Kenzo, TechnoMarine

Montres Péquinet, Kenzo, TechnoMarine

© DR

Plus qu’un accessoire de mode ou qu’un moyen d’indiquer l’heure, la montre révèle une part de l’identité de son détenteur. La femme a son incontournable it-bag, l'homme, lui, a son garde-temps ! Les modèles vintages et les connectés séduisent les amateurs de produits de luxe et les nouvelles générations tandis que les modèles fashions ou classiques gardent leurs aficionados.

Les vintages, de plus en plus recherchées

Le marché de la montre de collection s’est considérablement développé ces dernières années. "Après avoir été dominé par Patek Philippe, ce marché semble se déplacer vers les Rolex vintage qui sont particulièrement recherchées", ont constaté les experts en horlogerie d'Artcurial, en juillet 2014 à Monaco, où une Rolex Daytona Paul Newman Panda Tropical a été adjugée 336.600 euros. En décembre 2014, lors de la vente Panerai Only, également organisée par Artcurial, une montre de plongée en acier de la marine égyptienne 1956, a été vendue 125 800 €, un record du monde pour ce modèle.
Panerai Radiomir Egiziano vers 1956. 

Panerai Radiomir Egiziano vers 1956. 

© Panerai
Conséquence directe de cet intérêt, le développement de sites de vente en ligne consacré au vintage. L'un d'entre eux, Collector Square, qui offre aux objets de luxe (sacs, bagages, bijoux et montres), une seconde vie propose aussi des analyses du marché. Le site dévoile les clés de la cote des montres de luxe grâce à LuxPrice-index, sa base de données internationale, réunissant plus de 200.000 résultats de ventes aux enchères depuis 10 ans.
Le site Collector Square publie des études sur la cote des montres

Le site Collector Square publie des études sur la cote des montres

© DR
Les intelligentes, l'ère de l'informatique vestimentaire
 
Les montres intelligentes séduisent les nouvelles générations mais également les amateurs de produits de luxe, souvent grands consommateurs de technologie. Ainsi bracelets et montres se transforment en ordinateurs portables et l'informatique vestimentaire, de plus en plus discrète, apparaît comme une extension naturelle du corps. Les montres connectées ont été les vedettes de 2014 : Samsung, Huawei, Motorola, LG, Sony se sont précipités pour occuper le terrain avant l'arrivée d'Apple qui annonce une "Apple Watch" pour 2015.
Timex Ironman Movex20

Timex Ironman Movex20

© Timex
D'après un sondage de l'institut Gfk, en septembre 2014, "29% des acheteurs potentiels d'une montre connectée s'intéressent au suivi d'activité qu'elle permet dans le cadre d'un entraînement sportif ou d'une surveillance médicale". Compter les distances parcourues, vérifier le pouls ou la tension, calculer les calories dépensées: c'est l'objectif des bracelets électroniques de fitness commercialisés par Jawbone, FitBit ou Nike.
Casion STB-1000 Running Bluetooth

Casion STB-1000 Running Bluetooth

© Casio
Les chronos sont plébiscités pour leur caractère sportif : STB-100-Casio Running Bluetooth pour améliorer l'efficacité de ses entraînements, M400 de Polar avec émetteur de fréquence cardiaque, Timex Ironman Move x20 avec indicateurs d'activité journalière, Epson Pulsence PS-100 avec capteur d’activité cardiaque et accéléromètre. Les modèles de plongée qui ne craignent ni l'eau, ni le sable, ni les chocs séduisent toujours : BlackReef Gold Microcarbon de TechnoMarine, Aquis Red d'Oris et l’Oceanographic Exo 4000 de Hublot.

Les fashions griffées, couture, prêt-à-porter, classique

A la pointe de la mode certains hommes ne jurent que par des modèles luxueux et couture -Chanel, Dior, Versace - ou griffés de logos fashions cultes : Kenzo, Lacoste, Emporio Armani, Lagerfeld, Diesel, DKNY, Michael Kors, Marc by Marc Jacobs… Chaque saison, ces marques de prêt-à-porter proposent des montres en accord avec leur collection textile.
Versace V-RACE

Versace V-RACE

© Versace
Le marché regorge aussi de modèles plus classiques qui séduisent par leur qualité horlogère : française (la Moorea de la manufacture Pequinet, les designs repensés de la maison gersoise Lip, l'histoire familiale de l'entreprise Michel Herbelin, les savoir-faire de la maison Arthus-Bertrand 
Karl 7 de Karl Lagerfeld

Karl 7 de Karl Lagerfeld

© Karl Lagerfeld
Les maisons Suisse (Alpina, Eterna, Frédéric Constant ou Alllemande (A.Lange & Söhne) ont également la cote.
Collection 1803 d'Arthus-Bertrand

Collection 1803 d'Arthus-Bertrand

© Arthus-Bertrand
Les montres anniversaires

Certaines maisons réalisent des éditions limitées marquant un anniversaire. Créée en 2004, Chiffre Rouge incarne l’univers masculin de la maison Dior, dont elle réinterprète les codes graphiques. En 2014, le chronographe A02 s’habille d’un bracelet en alligator, tandis que le modèle C03, équipé du calibre 691, phases de lune, de la manufacture Zenith, revêt le gris et l’or.
Chiffre rouge C03 de Dior (2014)

Chiffre rouge C03 de Dior (2014)

© Dior
La maison horlogère suisse Mondaine s'est offert un corner au Bon Marché pour ses 70 ans, tandis que F.P Journe a réalisé les montres commémoratives du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la République française et la République populaire de Chine.
Montre commémorative P.F Journe du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la République française et la République populaire de Chine

Montre commémorative P.F Journe du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la République française et la République populaire de Chine

Des ouvrages et des RDV pour les passionnés

"Les montres les plus chères au monde" d'Ariel Adams (Bibliothèque des Arts. 2014) présente quelques-unes des pièces les plus extravagantes, les plus décadentes, les plus désirables et fascinantes mais également les plus intéressantes en matière de technique, avec un spectre de prix entre 200.000 dollars et 5.000.000.
"Les montres les plus chères du monde" d'Ariel Adams (Bibliothèque des Arts)

"Les montres les plus chères du monde" d'Ariel Adams (Bibliothèque des Arts)

© Bibliothèque des Arts
Dans le 8e opus de son "Yearbook", ode photographique à la création et aux savoir-faire artisanaux, la manufacture Jaeger-LeCoultre met en lumière des métiers artisanaux emblématiques où le geste manuel est inégalé et inégalable via 10 reportages en images autour du monde.
Jaeger-LeCoultre Yearbook Eight

Jaeger-LeCoultre Yearbook Eight

© Cover Claude Joray
"100 Montres Cultes" de Thierry Gasquez et Emmanuel Lacroix (Editions Solar) traite de l’univers des montres via une sélection de modèles contemporains considérés comme des must have par le collectionneur. Ainsi, Rolex Daytona, Hublot Big Bang, Omega Speedmaster, et Jaeger-LeCoultre Reverso côtoient des garde-temps moins connus du public : De Bethune, Philippe Dufour, Vianney Halter ou encore MB&F.
"100 montres cultes" d'Emmanuel Lacroix et Thierry Gasquez (Edition Solar)

"100 montres cultes" d'Emmanuel Lacroix et Thierry Gasquez (Edition Solar)

© Solar
Les spécialistes de la mode viennent aux salons décrypter les dernières tendances. Le salon des Belles Montres (novembre 2014 à Paris), qui réunit une cinquantaine de marques venues d'Europe, attire collectionneurs, visiteurs étrangers, venus assister, entre autres, aux conférences et ateliers découverte de l’horlogerie.
 
En mars dernier, lors de Baselworld 1.500 exposants proposaient des petites montres de sport abordables à la fine fleur de l'horlogerie mécanique suisse, avec des pièces dont le prix peut dépasser les 800.000 euros. Le salon accueille les plus grandes griffes, à l'image d'Omega, Breguet et Blancpain, les marques de prestige de Swatch Group, ou des maisons indépendantes telles Patek Philippe, Rolex ou Chopard. Hublot, une des marques du géant français du luxe LVMH, y a dévoilé une montre avec un cadran en cristal d'osmium, un métal de la famille du platine qui compte parmi les plus rares au monde.