Diaporama 0 photo, 6 vidéos
Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

Avant l'exposition au Grand Palais, 6 vidéos éclairent le travail de Gaultier

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/03/2015 à 16H44

Cette première exposition consacrée au couturier français Jean Paul Gaultier a déjà conquis près d’un million et demi de visiteurs depuis Montréal où elle a été créée en 2011. Pour sa 10e étape à Paris, elle s’enrichit d’installations spécialement conçues pour le Grand Palais. Retour en vidéos sur les derniers défilés de l'enfant terrible de la mode, histoire de patienter jusqu'au 1er avril.

  • 01 /06
    Vidéo, Jean Paul Gaultier haute couture printemps-été 2015
    Pour Jean Paul Gaultier, il s'agit du premier défilé haute couture depuis l'annonce en septembre 2014 de la fin de 38 années de collections de prêt-à-porter. Le créateur, qui a décliné soixante et une façons de se marier a désormais un rythme moins soutenu qui lui permet de "perfectionner encore plus la technique et tout le travail d'atelier". "To bi or not to bi", "la mariée s'éclate"... : les noms des modèles donnent le ton, anticonformiste et drôle, qui caractérise l'univers Gaultier, fait de smokings, de tutus en tulle, de corsets, de vestes en trompe-l'oeil. Volume et plat contrastent sur des robes divisées en deux côtés asymétriques. "En couture, on voit beaucoup de robes de mariée, moi je n'en ai jamais fait vraiment spécialement, je me disais, après tout c'est quand même l'essence de la couture, pourquoi pas s'attarder sur le mariage et faire des robes de mariées, en se demandant ce qu'est une robe de mariée d'aujourd'hui", explique-t-il alors à l'AFP.
  • 02 /06
    Vidéo Jean Paul Gaultier prêt-à-porter automne-hiver 2014-2015
    C'est au siège du Parti communiste, un bâtiment "futuriste" de l'architecte brésilien Oscar Niemeyer, que l'embarquement pour le défilé est annoncé. A l'accueil, on porte des tenues de cosmonaute et les invités, qui ont leur invitation à l'allure de "billet pour l'espace", peuvent aller s'asseoir sous la coupole du bâtiment éclairée en vert. C'est le vol "Brits in space". Les mannequins, des tops connues, des femmes plus âgées, des hommes, des enfants, embarquent dans la navette spatiale. Les premières silhouettes sont dans un ton vert-gris métallisé. Puis, apparaissent des punks, fans de tartan et pour finir, place au drapeau britannique, avec des mannequins qui portent une couronne sur la tête. Le tout avec de la pop anglaise en fond sonore. La collection est "un mélange de spacy, glitter, disco, eighties, et des choses peut-être futuristes", explique le couturier. Il y a du tartan mais aussi des pièces plus classiques : jupes avec un zip sur le côté, blouson aviateur lamé, veste de smoking raccourcie, combinaison en fourrure et robes pour le soir".
  • 03 /06
    Vidéo Jean Paul Gaultier prêt-à-porter printemps-été 2014
    "Let's dance with the stars", indiquait le carton d'invitation, donnant le ton du défilé : les mannequins dansent le rock, le tango pour présenter une collection avec beaucoup de cuir. Une table est posée sur le podium, l'actrice espagnole Rossy de Palma s'y installe, avec deux compères: ils seront le jury. Derrière, les mannequins s'étirent, font quelques pas de danse, sur la scène du cabaret Le Paradis Latin. Karlie Kloss fait une chorée en jupe portefeuille très mini sur un short; Coco Rocha, en biker noir en cuir et en caleçon, joue John Travolta, la musique de Grease à fond. D'autres se déhanchent devant le jury, qui juge: "Bravo", "Guapa" (belle), "Boring" (ennuyeux). "Il y a des vêtements que j'ai toujours aimés comme le perfecto", explique le couturier. Le corset se porte parfois sur des T-shirts. "Il y a beaucoup de cuir, des franges avec des transparences", décrit-il. La collection est très années 80.
  • 04 /06
    Vidéo Jean Paul Gaultier haute couture automne-hiver 2013-14
    Le défilé démarre avec la musique du film "La Panthère rose". En rose shocking, en imprimé rouge, sur les collants, sur du cuir, en plumes d'autruche, la panthère est partout mais jamais en fourrure. Le couturier vante "la féminité de la panthère, qui est sexy mais aussi élégante". Puis quand on l'interroge sur ce qui l'a inspiré pour cette collection, le couturier cite Fellini et son film "Les Clowns" ou encore David Bowie, au look de clown pour le clip "Ashes to ashes". Le couturier a dessiné des grandes poches très larges posées sur des pantalons près du corps et sur des jupes. "C'est comme des cornets de frites ou de glace", lance-t-il.
  • 05 /06
    Vidéo Jean Paul Gaultier prêt-à-porter automne-hiver 2013-14
    Le couturier imagine une femme à la fois dure et guerrière mais aussi féminine et bohème. Il explique avoir eu "une inspiration rock et médiévale" pour cette collection. "J'étais parti d'une cuirasse", poursuit-il. La femme Gaultier "c'est un peu comme une espèce de guerrière, une silhouette un peu forte mais en même temps avec un côté très féminin" avec des jupes en mousseline. "C'est un mélange des deux, une bohème mais qui se protège", ajoute-t-il. La collection est un patchwork de matières variées : du feutre, de la mousseline, du cuir, de la fourrure, déclinés en noir, marron mais aussi bordeaux, violet, vert très foncé. Les couches se superposent. La transparence de la jupe qui arrive juste au-dessus des chevilles laisse voir le corps et deviner des leggings en cuir. L'ensemble est sexy. Des brillants ou des strass, accompagnés de franges, viennent parfois égayer les silhouettes. Le décor du défilé apparaît en motif sur des robes et des jupes, sous la forme de carreaux "un peu abstraits, un peu seventies", avec le dessin des ombres chinoises
  • 06 /06
    Vidéo Jean Paul Gaultier haute couture printemps été 2012
    Le 1er mannequin du défilé crée la surprise. Avec sa choucroute noire, ses yeux de biche, sa jupe noire scintillante, c'est l'incarnation de la chanteuse soul Amy Wine house. "Ce qu'elle représente avant tout, c'est le fait d'être unique. En musique, comme dans sa façon de s'habiller, elle mélange de nombreuses influences" pour créer un style singulier, a expliqué le couturier. Comme sa collection haute couture, la chanteuse britannique faisait référence aux années 1950 et 1960. "Sans être rétro mais au contraire contemporaine, c'est bien pour ça qu'elle a touché toutes les générations", souligne son admirateur. "Amy Winehouse était une vraie icône de style", insiste le couturier, se souvenant de plusieurs de ses tenues capturées par les paparazzi et regrettant qu'aucun "magazine de mode ne l'ait mise sur sa couverture". Sa voix a seulement été entendue en toute fin de défilé, se mêlant à celles de quatre chanteurs a capella "doo wop" sur scène.