Alessandro Michele, nouveau directeur artistique de Gucci

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/01/2015 à 18H32
Alessandro Michele le 19 janvier 2015 à Milan

Alessandro Michele le 19 janvier 2015 à Milan

© Antonio Calanni/Sipa

A la surprise générale du monde de la mode qui s'attendait à un Hedi Slimane ou à une Phoebe Philo, Alessandro Michele, "choix de discrétion et de continuité", a officiellement été nommé mercredi directeur artistique de Gucci, marque phare du Français Kering.

Redonner un nouveau souffle à la marque italienne

Mercredi, le groupe de luxe et sport/lifestyle Kering a annoncé dans un communiqué la nomination de M. Michele, 42 ans, comme nouveau directeur de la création de Gucci, confirmant des informations parues dans la presse la veille. Le quadragénaire italien brun aux cheveux mi-longs et à la barbe fournie, implanté dans la maison Gucci depuis 12 ans, succède ainsi à sa compatriote Frida Giannini, qui avait quitté ses fonctions en janvier, anticipant un départ initialement prévu fin février.

Pour remuscler sa marque phare Gucci en perte de vitesse, le groupe Kering avait annoncé le 12 décembre le départ du tandem de direction de Gucci, le PDG Patrizio di Marco et sa compagne Frida Giannini, qui pilotait la marque depuis huit ans.

M. Michele, jusqu'ici bras droit de Mme Giannini, aura pour mission, en collaboration avec le nouveau PDG de Gucci, Marco Bizzarri, de redonner un nouveau souffle à la marque italienne, qui a généré 3,56 milliards d'euros de ventes en 2013 mais dont la croissance s'est nettement tassée (+2,2% à périmètre comparable), reculant même en 2014.

Le nouveau directeur artistique, qui a débuté sa carrière chez Fendi, "dispose à la fois des qualités et de la vision nécessaires pour apporter une nouvelle perspective contemporaine à Gucci et diriger la maison vers un nouveau chapitre de son histoire créative", a déclaré François-Henri Pinault, PDG de Kering, cité dans un communiqué.

"Alessandro et (lui-même sont) en parfait accord sur cette vision contemporaine, essentielle pour Gucci. Cette nouvelle identité nous guidera sans cesse dans l'exercice de nos fonctions", a assuré Marco Bizzarri, également cité dans le communiqué.
 
"La continuité n'empêche pas le changement"

  
Mais cette annonce sonne comme une surprise dans le milieu de la mode, en plein défilés prêt-à-porter hommes automne-hiver 2015-16 à Paris. Plusieurs noms célèbres avaient circulé ces dernières semaines pour succéder à Frida Giannini, comme ceux de Phoebe Philo ou de Hedi Slimane. Le site de mode Women's Wear Daily avait également évoqué, outre M. Michele, les noms de Riccardo Tisci (Givenchy), Maria Grazia Chiri (Valentino) ou encore Joseph Altuzarra.

Pour Serge Carreira, maître de conférences à Sciences po sur la mode et le luxe, cette annonce est "une surprise si on compare aux noms qui ont circulé. Les pronostics donnaient plutôt un très grand nom très en vogue qui aurait porté une transformation de la maison, là c'est un choix de discrétion, de continuité mais en même temps il ne faut pas préjuger de l'audace qu'il y aura dans ce choix", assure-t-il. "En prenant quelqu'un qui est déjà dans la maison, on peut s'imaginer que l'idée n'est pas de faire la révolution mais dans cette continuité, ça n'empêche pas le changement", tempère M. Carreira. Alessandro Michele a "une certaine expérience de la maison, de son univers et en même temps c'est quelqu'un qui n'est pas connu. Ils ont privilégié le profil de quelqu'un de discret, de pas encore exposé à la lumière", ajoute-t-il.

Chez Gucci depuis 2002

Le nouveau D.A. avait rejoint les équipes créatives de Gucci en 2002, après avoir débuté chez Fendi en tant que designer senior pour les accessoires. Il avait été nommé "associé du directeur artistique" de Gucci en mai 2011 et donc bras droit de Mme Giannini. Il était par ailleurs devenu en septembre 2014, directeur de la création de Richard Ginori, manufacture florentine historique de porcelaine acquise par Gucci en 2013.

"Il a eu son baptême du feu avec la première collection hommes présentée lundi à Milan qu'il a coordonnée. Elle était différente de ce que présentait Gucci jusqu'à présent", note M. Carreira. "Il a montré qu'il était en mesure de présenter autre chose de Gucci, avec un défilé assez remarqué par son acuité, très en prise avec les tendances actuelles, avec cette réflexion sur les genres, sur cet esprit un peu années 70...".