Michel Onfray : "Manuel Valls est un crétin"

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/03/2015 à 15H01, publié le 09/03/2015 à 11H05
Michel Onfray

Michel Onfray

© Baltel / SIPA

Le philosophe Michel Onfray a traité lundi de "crétin" Manuel Valls qui l'avait accusé la veille de "perdre les repères" et de préférer l'intellectuel de la Nouvelle droite, Alain de Benoist, à Bernard-Henri Lévy.

S'exprimant sur Europe 1, Michel Onfray a reproché au Premier ministre de ne pas avoir lu les propos qu'il avait tenus dernièrement dans une interview dans Le Point. "Il a dû avoir ses fameux conseillers en communication qui lui ont fabriqué une petite fiche, ils n'ont pas compris ce que j'avais écrit", a-t-il déclaré.
 
"Ce n'est pas insultant, c'est familier"
 
"C'est un crétin", a-t-il lancé à propos du chef du gouvernement. "J'ai  vérifié dans le dictionnaire, ça s'appelle un crétin. Ce n'est pas insultant, c'est familier." C'est "un personnage qui vous fait tenir des propos que vous n'avez pas tenus et qui se contente de lire les fiches" de ses conseillers en  communication, des "petits gominés trentenaires".
              
"Moi j'ai dit que je préférais une idée juste d'Alain de Benoist à une idée fausse de Bernard-Henri Lévy, et que si l'idée était juste chez Bernard-Henri Lévy et fausse chez Alain de Benoist, je préfèrerais l'idée juste de Bernard-Henri Lévy. Donc, je n'ai jamais dit que je préférais Alain de Benoist à Bernard-Henri Lévy", a poursuivi le philosophe.
 
"Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste, et mon problème n'est pas de savoir si cette idée juste, elle est de droite ou de gauche", a ajouté Michel Onfray. "Moi, l'homme de gauche, je préfère une idée juste de droite à une idée fausse de gauche."
              
Michel Onfray : les reniements de la gauche font Marine Le Pen
 
"J'ai l'impression que Manuel Valls pense le contraire, c'est-à-dire qu'il préfère une idée fausse, pourvu qu'elle soit de gauche, à une idée juste si elle est de droite. Cela s'appelle de l'idéologie et un philosophe ne peut pas laisser passer une chose pareille", a-t-il jugé.
              
Pour le philosophe, "les repères sont perdus depuis que Mitterrand a converti la gauche à la droite".
              
"Les reniements de la gauche font Marine Le Pen, créent Marine Le Pen et nourrissent Marie Le Pen", a-t-il encore dit.
 
Manuel Valls : on perd les repères
 
"Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu'Alain de Benoist, qui était le philosophe de la Nouvelle droite dans les années 1970 et 1980, qui d'une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l'Horloge, le Grece,  (...) au fond vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu'on perd les repères", avait dénoncé Manuel Valls dimanche sur Europe 1/iTELE/Le Monde.
              
"Dans ce moment-là, mon rôle, le rôle des formations politiques, c'est de faire en sorte qu'on comprenne quels sont les enjeux", avait-il confié.
              
Dans son interview au Point, Michel Onfray affirmait "préfére(r) une analyse juste d'Alain de Benoist à  une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL (Bernard-Henri Lévy)". "Les Papous  vont hurler ! Mais ils ne me feront pas dire que je préfère une analyse injuste de BHL sous prétexte qu'il est dit qu'il est de gauche (...)", ajoutait-il.