Michel Houellebecq lauréat du Prix de la BnF 2015

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 04/06/2015 à 11H24, publié le 04/06/2015 à 11H25
L'oeuvre de Michel Houellebecq récompensée par le Prix de la BnF 2015

L'oeuvre de Michel Houellebecq récompensée par le Prix de la BnF 2015

© EFE/SIPA

Depuis 2009, le Prix de la BnF récompense chaque année un auteur vivant de langue française pour l’ensemble de son oeuvre. Michel Houellebecq est le lauréat 2015, après Mona Ozouf ou Patrick Modiano

"Michel Houellebecq est un de ces rares écrivains qui ont su traiter les questions contemporaines avec courage et d’une manière qui interpelle le lecteur. La dérision qui habite ses romans reflète sa position d’observateur exilé et solitaire d’un monde revenu des idoles de la modernité." explique Bruno Racine, président de la BnF, dans un communiqué.

"Le plus grand écrivain français contemporain"

"Pour ma part, souligne Jean-Claude Meyer, président du Cercle de la BnF et mécène du Prix, Michel Houellebecq est sans doute le plus grand écrivain français contemporain, même s’il peint une réalité souvent glauque, ou peut-être en raison même de cela qui reflète bien notre époque, je suis heureux que le Prix de la BnF l’ait ainsi consacré ".

Né en 1956, Michel Houellebecq a reçu une formation scientifique. Diplômé de l’Institut national d’agronomie Paris Grignon, et après des études de cinéma à l’Ecole nationale Louis Lumière, Michel Houllebecq est employé un temps à la direction informatique du Ministère de l’Agriculture qui lui inspire son premier roman, "Extension du domaine de la lutte".

"Un regard original et ironique sur notre époque, sur ses paradoxes, ses impasses"

Selon le même communiqué, "son oeuvre, composite, alterne poésies, romans, essais, films et même concerts. Chaque publication, depuis la première en 1994 jusqu’à Soumission (2015) a contribué à lancer ou stimuler un débat de société – sexualité avec "Les particules élémentaires", prostitution et économie libérale avec Plateforme, art contemporain avec "La carte et le territoire", et dernièrement, islam, avec "Soumission".

Le jury précise que "cette oeuvre porte un regard original et ironique sur notre époque, sur ses paradoxes, ses impasses et le fond de solitude qui paraît être sa vérité ultime".

Après Modiano et Kundera

Le jury, présidé par Bruno Racine, est composé de dix membres : Jean-Claude Meyer, Laure Adler, Christine Albanel, Jérôme Clément, Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, Marc Fumaroli, de l’Académie française, Cécile Guilbert, Colette Kerber, et Denis Olivennes.

Michel Houellebecq succède à Mona Ozouf (2014), Yves Bonnefoy (2013), Milan Kundera (2012), Patrick Modiano (2011), Pierre Guyotat (2010) et Philippe Sollers (2009).

Doté d'un montant de 10 000 euros,Le Prix sera remis à Michel Houllebecq à l’occasion du dîner annuel de la Bibliothèque nationale de France en faveur de l’enrichissement des collections.