« Ma mère venait de mourir, je n’étais plus la fille de personne. En fixant son dernier visage, j’avais envie de comprendre quelque chose au mien, à cet héritage qui se transmet par la langue maternelle et s’appelle identité. Ce n’était pas l’identité tranquille et évidente qui m’intéressait, mais celle des exilés, ceux qui en sont plus conscients que les autres et qui doivent lutter pour la garder. C’est pour ça que je suis partie à Buenos Aires où vivent encore aujourd’hui 30 000 Slovènes et leurs descendants, émigrés en Argentine en deux grandes vagues : ceux qui fuyaient la misère et le fascisme italien dans les années trente, puis les autres, les politiques, fuyant le régime communiste après la Seconde Guerre mondiale. Une idée curieuse, j’en conviens, d’autant que j’ai embarqué dans ce voyage un autre exilé, polonais et écrivain, c’est-à-dire exilé par essence, Witold Gombrowicz. Mais vous allez voir leurs visages de près …»

Visage slovène 2x3 Acheter le livre sur Fnac.com Lire un exrait du livre