Ed. BakerStreet
Avril 2013
288 p. – 21 euros.

Robert Littell, l’un des grands maîtres du roman d’espionnage, après plusieurs livres qui se développent dans un contexte international, se tourne ici vers le polar et situe son récit dans un décor profondément américain.

Lemuel Gunn, agent de la CIA en poste en Afghanistan jusqu'à ce que sa dénonciation de l’assassinat de civils par des soldats américains provoque sa révocation, est devenu détective privé. Il s’est installé au Nouveau-Mexique et vit désormais dans un mobile-home de légende, qui en 1937 fut la caravane de Douglas Fairbanks Jr. sur le tournage du prisonnier de Zenda.

Fantasque, farouchement indépendant, Gunn se réaccoutume difficilement à la vie civile quand se présente à lui Ornella Neppi, intrigante comtesse aux pieds nus~: la belle lui demande de retrouver un certain Emilio Gava, qui a disparu alors que, arrêté pour une affaire de drogue, il bénéficiait d’une liberté sous caution pour laquelle l’oncle d’Ornella s’était porté garant. L’affaire se révèle plus épineuse encore lorsque Gunn met au jour les liens qui unissent Gava tant au FBI qu’à deux familles mafieuses du Nevada qu’oppose une guerre sans merci.

Au fil d’une intrigue électrique, ponctuée de multiples rebondissements, Robert Littell donne vie à un détective à l’ancienne, qui comprend que les valeurs qui le portent n’ont plus cours. Il dessine avec un humour irrésistible une galerie de personnages originaux et hauts en couleur, dans un livre tendrement désenchanté aux accents de la petite musique de Raymond Chandler, comme un hommage à la grande époque du roman noir.

Une belle saloperie - arton7361.jpg