120 p. - 15,00 €

Arrivée à la cinquantaine, Costanza traverse une sorte d’hiver : en proie à une soif insatiable de lumière et d’amour, elle arpente les rues de Rome et en particulier le mausolée de la sainte dont elle porte le prénom, où elle croit entrevoir la clef d’un mystère commun. Mais c’est la mort de Bruno, un photographe allemand de grand talent, qui lui apportera la solution à sa quête. L’ordinateur qu’il lui a légué renferme non seulement ses travaux sur les statues antiques, sorte de testament spirituel, mais aussi une incroyable surprise. Car l'hiver, à Rome, est parfois traversé par une lumière si vive qu’on en est presque aveuglé.

Tout en finesse, Elisabetta Rasy nous offre un roman de formation d'un genre inédit, celui de la maturité d’une femme.

Un hiver à Rome 2x3