"Vendredi Lecture" ‏: la passion de la lecture se partage aussi sur les réseaux sociaux

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 02/04/2017 à 10H45, publié le 25/03/2017 à 15H23
Les membres de l'association Vendredi Lecture au Salon Livres Paris 25 mars 2017

Les membres de l'association Vendredi Lecture au Salon Livres Paris 25 mars 2017

© Laurence Houot / Culturebox

Ils se sont retrouvés au salon Livre Paris pour un grand pique-nique, administrateurs, followers, fans de 'Vendredi Lecture', un événement qui rassemble des milliers de passionnés de lecture sur la toile et sur les réseaux sociaux tous les vendredis. Une l'occasion pour eux de se rencontrer "en vrai", ou de se retrouver pour ceux qui se connaissent déjà. Reportage au Salon Livre Paris.

Salon Livre Paris, samedi à midi. Il y a beaucoup de monde dans l'aire de pique-nique, cet espace où les visiteurs croquent rapidement un sandwich avant de retourner flâner dans ce gigantesque rendez-vous annuel.
Marques-pages de Vendredi Lecture

Marques-pages de Vendredi Lecture

© Laurence Houot / Culturebox
Dans un coin, assis sur les poufs, marque-pages et badges avec le logo "Vendredi Lecture" à leur pieds, un petit groupe composé essentiellement de jeunes femmes (il y a quand même deux hommes !). Ils arrivent au compte goutte, se saluent joyeusement, font connaissance. Ils ont tous en commun la même passion de la lecture, et sont soit des membres actifs de l'association Vendredi Lecture, soit des followers (c'est comme ça qu'on appelle les abonnés d'un compte Twitter, soit fans de la page Facebook du même réseau, soit des abonnés du blog Vendredi Lecture, souvent tout cela à la fois.  

Des milliers de fans

L'invitation au pique-nique a été lancée...  sur internet bien sûr. Nathalie, venue de Marseille pour l'occasion, est la présidente de l'association. Coiffée d'un chapeau bleu, elle est là pour les accueillir avec Magali, membre de l'association qui gère le réseau lancé en 2011 en France sur le modèle de "Friday Read", qui existait déjà dans les pays anglo-saxons.

Le principe est simple : chaque vendredi, avec le hashtag #Vendredi Lecture, les internautes sont invités à partager leurs lectures. Sur le compte Facebook, ils peuvent faire des suggestions, des commentaires pour partager leurs lectures. Vendredi Lecture est aussi un blog, qui propose des espaces de partage, et un club de lecture en ligne. "Ce que nous voulons, c'est promouvoir un rapport décomplexé à la lecture", explique Nathalie, la présidente. "C'est simplement des gens qui prennent plaisir à parler de leur lectures et à les partager". Elle insiste beaucoup sur le côté "gratuit et joyeux" de cette initiative, qui rassemble quand même 28 000 followers du Twitter, et près de 20 000 fans sur facebook.
Nathalie Manceau, présidente de Vendredi Lecture

Nathalie Manceau, présidente de Vendredi Lecture

© Laurence Houot / Culturebox

Un "partage à grande échelle"

"Ce qui est formidable avec les réseaux sociaux, c'est que c'est un partage à grande échelle. J'ai moi-même un blog dans lequel je poste des chroniques sur les livres que je lis. Sur mon blog, si j'ai une dizaine de partages, d’interactions sur chacun de mes posts, c'est bien le maximum ! Avec "Vendredi Lecture", c'est des milliers de partages, d'échanges, d'interactions", déclare-t-elle avec enthousiasme. "Et on est systématiquement dans les "Trending Topics" tous les vendredis", ajoute fièrement Nathalie, la présidente (entendez par "Trending topics" (TT), les sujets que le réseau Twitter place tout en haut des sujets qui intéressent ses membres à un moment donné, dans un lieu donné, ces sujets sont affichés avec leur hashtags sur la colonne de gauche de la page Twitter). Tous les vendredis, des milliers de personnes du monde entier sont touchées, le réseau étant actif dans la plupart des pays francophones, et notamment au Quebec).

"Les réseaux sociaux, cela a vraiment changé ma pratique de la lecture", raconte Magali. "Avant je lisais pour moi. Puis déjà avec mon blog, j'ai commencé à lire autrement, en pensant à la manière dont j'allais parler du livre pour le partager. Les réseaux sociaux, c'est ça que ça apporte : le partage et l'ouverture que ça donne. C'est un peu comme si tout à coup aussi on ait accès à une bibliothèque géante", souligne-t-elle. 

"Avant, je lisais un livre et je le rangeais dans la bibliothèque. Là cela oblige à un travail sur soi pour lire de manière à pouvoir ensuite parler du livre, donner envie sans trop en dire... C'est une autre manière d'aborder la lecture", confie Cécile, venue de Montpellier pour rencontrer les membres de Vendredi Lecture, grande lectrice depuis l'enfance.

"Faire partie d'une communauté"

Je fais aussi partie d'un club de lecture "physique", explique Magali, "c'est différent, on choisit un livre par mois et ensuite on échange autour de ce livre. C'est bien aussi, mais c'est très différents des partages sur les réseaux".

"Cela m'a permis d'élargir le champ de mes lectures", ajoute Gwenaëlle. "et notamment à la bande dessinée. J'en lisais très peu, et je n'y connaissais rien. Et c'est grâce aux réseaux sociaux et à Internet que j'ai découvert ce domaine, et que j'ai pu m'y retrouver dans l'offre proposée".
Cécile et Aymeric, deux fans actifs de Vendredi Lecture

Cécile et Aymeric, deux fans actifs de Vendredi Lecture

© Laurence Houot / Culturebox
"Moi là je suis venu de Rochefort. Je suis un fan de "Vendredi Lecture" et j'ai vu qu'ils proposaient un pique-nique aujourd'hui alors je suis venu, raconte Aymeric. "Je trouve ça formidable, parce que j'aime partager mes lectures et piocher des conseils quand je suis à cours d'idées. Je trouve que dans un monde où l'on est centré sur soi-même, un monde un peu égoïste, cela permet de créer des liens, de partager, d'échanger, et même de faire des vraies rencontres, comme aujourd'hui ! Je suis content de mettre des visages sur des pseudos, sur des tweets, c'est super", ajoute-t-il. "On se rend compte que l'on fait partie d'une communauté", conclut-il.

Le petit groupe s'élargit de minute en minute. Les uns et les autres sortent les pique-niques en parlant de ... livres bien sûr !