Salon du livre : les mains dans la farine et les doigts sur l'écran

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 22/03/2013 à 19H00, publié le 22/03/2013 à 16H42
La tablette fait son entrée au rayon cuisine

La tablette fait son entrée au rayon cuisine

© Laurence Houot/ Culturebox

Le numérique s'est largement installé dans les cuisines. Comment les éditeurs se positionnent dans cette profusion de créations. Enquête au square culinaire du salon du livre.

Des centaines de milliers de blogs de cuisine, la multiplication des applications dédiées -de la liste de courses, aux jeux de cuisine, en passant par le minuteur, la cuisine bio, du monde, pour les nuls- et même une tablette spécifiquement conçue pour la cuisine, l’édition culinaire, toujours florissante, doit désormais composer avec le numérique : certains éditeurs lancent leurs propres applications pendant que d’autres prennent définitivement le contre-pied.

La tablette en cuisine

Résistante à la chaleur, aux chocs, aux projections de gras à la vapeur, nettoyable à l’éponge, la tablette QOOQ est spécifiquement conçue pour la cuisine. Ses deux inventeurs, deux frères, ont eu l’idée de la lancer pour transmettre les recettes de leur maman. « On a tous son petit cahier de recettes, transmises par la mère ou la grand-mère, mais la cuisine se transmet surtout oralement, l’idée de Jean-Yves et Guillaume Hepp était de partager les recettes familiales et aussi de concevoir un outil pour le quotidien », explique Linda Cusatis, chef de projet chez QOOQ. La tablette propose plus de 4000 recettes et des vidéos qui guident le cuisinier pas à pas. « Ce qu’on offre par rapport aux blogs, c’est la garantie des recettes. Elles sont toutes proposées par des chefs avec qui nous travaillons. C’est l’équivalent du livre de cuisine, mais avec plein de fonctionnalités pour aider le cuisinier, l’équivalent d’un coach dans sa cuisine ! » explique Linda Cusatis. Liste des courses, infos sur les ingrédients, démonstration des gestes, vous pourrez apprendre par exemple à ébarber une queue de lotte, tout un programme !

Chefs et éditeurs mettent la main à l'appli

Au square culinaire du salon du livre, Christophe Felder fait la démonstration : concocter des financiers à la fraise, c'est simple, il suffit d'avoir sur le plan de travail l'application "Pâtisserie" et suivre scrupuleusement les conseils dispensés. L'avantage, c'est le livre de recettes facilement transportable, selon Christophe Felder. Le numérique, il est pour, mais à condition de cadrer. "Il y a des gens qui me disent : j'ai essayé telle ou telle recette et ça n'a pas marché. Mais quand je leur demande où ils ont trouvé leur recette, ils me répondent, sur internet, sans savoir d'où ça sort. Là, avec l'application Pâtisserie, les recettes sont fiables, testées, l'application est adossée à un livre de recettes. Pas de risque de mauvaises surprises, donc" ajoute-t-il. S'il reconnait qu'il a eu quelques réticences au début du projet, il est maintenant convaincu que le numérique est un plus. "C'est pas à comparer au livre, c'est autre chose, un autre monde, mais l'un n'est pas exclusif de l'autre. Et là, ça a été vraiment bien pensé, c'est pas un livre numérisé, c'est vraiment une appli, c'est super bien", conclut-il.
Christophe Felder, au salon pour demonstration de l'application "Pâtisserie"

Christophe Felder, au salon pour demonstration de l'application "Pâtisserie"

© Laurence Houot/ Culturebox
Les éditeurs ont donc ouvert la porte au numérique et développent, souvent en complémentarité d'un livre, des applications consacrées à la cuisine. Hachette a développé une application qui complète son Guide Hachette des vins.

Le goût des livres

Au stand culinaire, les Editions de l’épure ont fermement pris le contre pied, leur créneau à eux, c’est le beau livre au service des papilles. Une collection de petits livres reliés à l’ancienne (couture taillée d’écolier), dont chaque numéro est fabriqué avec un papier différent et dont les pages se découpent manuellement, proposent des recettes autour d’un produit. « C’est quand même plus sensuel qu’un tablette non ? » souligne Sabine Buquet Grenet, la directrice de la maison d’édition de l’épure. Poétiques, décalés, littéraires, les livres de cuisine de cette maison d’édition sont à l’opposé de ce que vendent les applications ou les tablettes, avant tout des services, du pratique et du pédagogique.
Le stand des Editions de l'épure

Le stand des Editions de l'épure

© Laurence Houot/ Culturebox
Les livres de cuisine ne sont pas cuits

Selon une étude IPSOS, 11,4 millions d'exemplaires de livres de cuisine se sont vendus en 2011 et la production de la littérature cullinaire ne cesse de croître chaque année. A en juger par la fréquentation assidue du square culinaire au salon 2013, le bon vieux livre de cuisine fait encore recette.


Sur le sujet du numérique dans les cuisines au salon, plusieurs événements au programme
- Blogs ou livres de cuisine, qui va gagner ? Samedi 12h00
- De l’écran à l’écrit, les meilleures recettes du web gourmand, Samedi 15H30
- Ma meilleure recette sur le net, Elise Prat / Samedi à 18H
- Des démonstrations de cuisine avec des chefs et la tablette QOOQ samedi, dimanche et lundi
 
Tout le programme du Square culinaire au Salon du livre