Prix RTL-Lire : Jean-Luc Seigle pour "En vieillissant les hommes pleurent"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 15/03/2012 à 18H35
Jean-Luc Seigle reçoit le prix RTL lire pour son roman "En vieillissant les hommes pleurent", Flammarion

Jean-Luc Seigle reçoit le prix RTL lire pour son roman "En vieillissant les hommes pleurent", Flammarion

© Baltel / SIPA

Le Grand-Prix RTL-Lire 2012 a été décerné jeudi à Jean-Luc Seigle pour "En vieillissant les hommes pleurent" (Flammarion), réflexion saisissante sur les années 60 qui signent la fin d'un monde et le début d'un autre, avec l'entrée dans la société de consommation.

Le Prix a été remis au lauréat lors de l'inauguration du Salon du Livre, Porte de Versailles à Paris, par Philippe Labro et François Busnel, directeur du magazine Lire, en présence de Catherine Mangin, directrice de la rédaction de RTL.

Jean-Luc Seigle est romancier, auteur dramatique et scénariste. "En  vieillissant les hommes pleurent" est son troisième roman après "La nuit  dépeuplée" (Plon, 2000) et "Le sacre de l'enfant mort" (Plon, 2007).

Créé en 1975, le Grand Prix RTL, devenu Le Grand Prix RTL-Lire en 1993, est avant tout un prix de lecteurs, même si le jury comprend aussi des professionnels du livre.

100 lecteurs ont élu ""En vieillissant les hommes pleurent"

Les rédactions de RTL et de Lire ont sélectionné cinq romans puis les ont soumis à 20 libraires de 20 villes de France, qui ont à leur tour composé des jurys régionaux au sein de leur clientèle. Au total 100 lecteurs de tous âges et de toutes catégories socioprofessionnelles ont élu le lauréat.

L'action du livre primé se déroule en 1961. Albert Chassaing, paysan auvergnat devenu ouvrier chez Michelin, ne se sent plus à sa place. Sa femme Suzanne coud ses robes elle-même. Gilles, leur cadet, se passionne pour un  roman de Balzac. Un jour de juillet, la télévision entre dans la famille et  tous attendent de voir Henri, le fils aîné, dans un reportage sur la guerre  d'Algérie. Pour Albert, c'est le monde qui bascule.

Réflexion sur la France perdue de l'après-guerre, la modernité et l'entrée dans la société de consommation, ce roman plein d'humanisme jette un regard aigu sur les années 60, théâtre d'un des grands bouleversements du siècle dernier.