Livre: la Fnac déclare la guerre à Amazon

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/03/2012 à 09H31
Alexandre Bompard, le PDG de la Fnac

Alexandre Bompard, le PDG de la Fnac

© Bertrand Guay, AFP

Le PDG de la Fnac Alexandre Bompard affirme vendredi dans une interview à Livres Hebdo que le livre reste central dans la stratégie de l’enseigne, face à l’offensive du géant américain de la distribution en ligne Amazon

"Il faut absolument éviter qu'un ‘pure-player’, pour qui le  livre n'est qu'un produit d'appel, ne devienne un acteur hégémonique sur le marché", dit-il au magazine.

A la Fnac, filiale de PPR, la place du livre "n'a pas vocation à diminuer", assure le PDG du premier vendeur en France. Selon Livres Hebdo, la Fnac a un chiffre d’affaires annuel en matière de livres d’environ 550 millions d’euros en France, dont 17% réalisés par fnac.com.

Alexandre Bompard entend aussi convaincre la chaîne du livre de la nécessité de s’unir pour contrer la percée des « pure-players » internet. "Le moment est venu de mettre tout le monde autour d'une table pour trouver des solutions. Il faut repenser notre modèle collectif, rediscuter des prix, des marges, du portage des stocks, de leur financement", poursuit-il.

La Fnac licencie, mais pas les libraires
Pour lui, "le livre sera la prochaine industrie culturelle à devoir évoluer. Ce devrait être l'un des chantiers prioritaires du prochain ministre de la Culture".

La Fnac a annoncé récemment un plan de licenciement concernant 500 personnes mais il ne touche pas les libraires, affirme son PDG. « L’an passé, nous avons même regagné des parts de marché, après en avoir perdu en 2009-2010 », assure-t-il. Il évalue à 16% la part actuelle de la Fnac sur le marché du livre.

"Je suis très préoccupé par la baisse du secteur (du livre), qui décroche encore de plus de 7% depuis le début de l'année", relève Alexandre Bompard. Pour la Fnac, l'avenir, assure-t-il, "c'est l'intégration de nouvelles  familles de produits et le développement d'univers thématiques qui ne se feront  pas au détriment du livre, même dans les magasins".