Saisie des manuscrits de Verga d'une valeur de 4 millions d'euros

Par @Culturebox
Publié le 19/07/2013 à 19H37
La police italienne a saisi à Rome 36 manuscrits ainsi que des lettres et des dessins de l'écrivain Giovanni Verga (juillet 2013)

La police italienne a saisi à Rome 36 manuscrits ainsi que des lettres et des dessins de l'écrivain Giovanni Verga (juillet 2013)

© ANSA/MAXPPP

La police italienne a saisi, à Rome, 36 manuscrits ainsi que des lettres et des dessins de l'écrivain Giovanni Verga qui avaient disparu il y a 80 ans. La valeur de cette saisie est estimée à 4 millions d'euros. Verga (1840-1922) est le plus grand représentant du "vérisme", mouvement inspiré du naturalisme français. Il est l'auteur notamment des "Malavoglia", sorti en 1881.

Parmi le matériel retrouvé figure le manuscrit du premier roman écrit par Verga quand il avait 16 ans, "Amour et patrie", qui est sans prix ; "Il y a aussi la première ébauche des 'Malavoglia' ainsi que sa correspondance avec D'Annunzio, Croce, Pirandello", a expliqué le commandant chargé de cette opération, Antonio Coppola.

L'affaire a commencé dans les années 1930 lorsque Giovanni Verga Patriarca, fils de l'écrivain, a confié les manuscrits à un chercheur à Barcelona Pozzo di Gotto, un village de Sicile. "Le précieux matériel n'a jamais été rendu et toutes les tentatives pour le récupérer ont échoué car l'historien avait réussi à les dissimuler", a ajouté Antonio Coppola.

En 1975, le petit-fils de Verga s'était vu attribuer les droits sur tous les manuscrits et matériels par un tribunal de Catane (Sicile). Désireux de tout vendre à la municipalité, il n'avait jamais réussi à mettre la main sur le matériel, qui, entre-temps, avait été récupéré par la fille du chercheur.

L'affaire a été relancée quand des responsables de la région Lombardie ont signalé à la police que des manuscrits de Verga allaient être vendus aux enchères par Christies à Milan. La fille du chercheur, âgée de 76 ans, risque jusqu'à dix ans de prison.