Un nouveau prix pour le roman de Delphine de Vigan

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 01/06/2012 à 10H10
Delphine de Vigan

Delphine de Vigan

© Delphine-Jouandeau

Le 43e Grand Prix des lectrices de Elle a couronné jeudi soir Delphine de Vigan pour son roman "Rien ne s'oppose à la nuit" (JC Lattès), une plongée au coeur de la mémoire familiale et des secrets les plus enfouis.

Auteur en 2007 du best-seller "No et moi", adapté à l'écran par Zabou Breitman, de "Jours sans faim" et de "Des heures souterraines", Delphine de Vigan a déjà exploré la veine autobiographique. Mais la romancière s'attaque dans cet ouvrage à un sujet plus douloureux : le suicide de sa mère, une femme lointaine et d'une grande beauté qui sombre dans la folie.

"Rien ne s'oppose à la nuit" a déjà remporté en 2011 le Prix Fnac du roman, le Prix Roman France Télévisions et le Prix Renaudot des lycéens. Le 2e Prix des lycéennes de Elle a aussi été attribué au livre de Delphine de  Vigan, élu parmi les huit romans finalistes du Grand Prix des lectrices de Elle.

En 2011, c'est "La couleur des sentiments" de l'Américaine Kathryn Stockett (Actes Sud/Jacqueline Chambon) qui avait été récompensée dans la catégorie Roman.

Les autres lauréats des lectrices de "Elle"
Dans la catégorie Document, les lectrices de l'hebdomadaire féminin ont couronné "La maison de Sugar Beach" de la correspondante du New York Times à la Maison Blanche Helene Cooper (Editions Zoé), née au Libéria. Elle y retrace son enfance, sa fuite vers les Etats-Unis, son désir de devenir journaliste, la redécouverte de son pays natal.

Dans la catégorie Policier, le Grand Prix des lectrices est allé à "Miséricorde" du Danois Jussi Adler-Olsen (Albin Michel), un thriller puissant et déstabilisant.

Le Grand Prix des lectrices de Elle, qui a permis de découvrir Fred Vargas ou Harlan Coben, a été créé par Hélène Lazareff en 1969. C'était la première fois qu'un jury non professionnel récompensait un livre, soulignent les organisateurs.