Suite(s) impériale(s), le succès du septième livre de Bret Easton Ellis

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 28/09/2010 à 17H45
Suite(s) impériale(s), le succès du septième livre de Bret Easton Ellis

Suite(s) impériale(s), le succès du septième livre de Bret Easton Ellis

© Culturebox

Vingt-cinq ans après "Moins que zéro", l'écrivain américain Bret Easton Ellis redonne vie dans "Suite(s) impériale(s)" aux protagonistes de son tout premier ouvrage qui fut un choc et un phénomène littéraire dans les années 80.

Né en 1964 à Los Angeles dans un milieu aisé, Bret Easton Ellis connait un succès immédiat en 1985 avec son premier roman "Moins que zéro", un nouveau genre à l'époque, la voix d'un groupe d'auteurs (Jay McInerney, Douglas Coupland...) que certains nommeront la génération X. Peinture sinistre et désincarnée d'une jeunesse californienne fortunée, l'écriture clinique et glaciale d'Ellis ne va jamais véritablement quitter cet univers.

En 1991, l'auteur crée le scandale en ajoutant une forme d'horreur schizophrène à sa palette à travers "American Psycho" portrait détaillé d'un golden boy accessoirement tueur en série. Pour les ligues féministes notamment, l'écrivain est désormais le diable en personne.
Il continue toutefois dans la même veine, donnant parfois le sentiment d'écrire inlassablement le même ouvrage.
Ce n'est pas son dernier opus, "Suite(s) impériale(s)" qui fera taire ces critiques puisque le lecteur y retrouve les tout premiers héros de l'écrivain à Hollywood, ils sont maintenant quadragénaires mais leur existence semble habitée par que la même vacuité que dans les années 80.

A voir aussi sur Culturebox :
- "Les jeux de la nuit" de Jim Harrison
- Harlan Coben revient avec "Sans laisser d'adresse"
- Boom du polar : interview de Patricia MacDonald
- Art Spiegelman invité d'honneur du festival de BD de Solliès-Ville