Sortie de "Casual Vacancy" de J.K. Rowling: pas d'émeutes dans les librairies

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 28/09/2012 à 16H09
"Casual vacancy", le livre pour adultes de l'auteur d'Harry Potter démarre sans folie dans les librairies

"Casual vacancy", le livre pour adultes de l'auteur d'Harry Potter démarre sans folie dans les librairies

© Carl Court / AFP

Le premier roman pour adultes de J.K. Rowling, l'auteur richissime des aventures de Harry Potter, mis en vente jeudi, sera un best-seller mondial, avec un million d'exemplaires pré-vendus, mais il n'a pas provoqué l'affluence jadis suscitée par le petit sorcier, ni dans les librairies en Grande-Bretagne, ni en France.

Jeudi matin, les librairies britanniques ont ouvert plus tôt pour permettre  aux fans d'acquérir dès 8H00 "The Casual Vacancy" ("Une place à prendre"),  jusqu'alors entouré du plus grand secret. Mais point de files d'attente ou de fans campant devant les magasins pour s'emparer des premiers exemplaires du livre de 512 pages, à la couverture rouge et jaune. C'est au Southbank Centre que les irréductibles de la "maman" d'Harry se sont pressés en soirée pour assister à son unique lecture publique à Londres.


L'événement, retransmis en direct sur youtube, a réuni sur place près d'un millier de spectateurs. Danielle Salvatore, une Américaine de 19 ans qui étudie en Angleterre, a payé 200 livres pour se procurer un ticket d'entrée sur internet. "Ca les vaut parce que J.K. Rowling m'a inspiré une vie de magie", a assuré la jeune fille qui a lu tous les Harry Potter et "aime déjà" les premières pages du dernier opus.

Conseils aux jeunes auteurs

L'écrivain britannique, qui a vendu 450 millions d'exemplaires des aventures de son petit sorcier, assure en "avoir fini" avec cette histoire, à moins qu'une "idée fabuleuse" ne surgisse. Lors de la lecture publique, l'auteure, toute vêtue de noire avec un décolleté plongeant, a confié "avoir passé la journée à tenter d'éviter les journaux". Chaleureuse et souvent drôle, elle a conseillé aux apprenti-auteurs de  "prendre un agent" et "de s'atteler à quelque chose qui touche". Elle a confié avoir eu l'idée de son roman dans un avion (l'idée d'Harry Potter lui était venue dans un train), elle avait alors "un autre livre pour enfants à moitié écrit" qu'elle a mis de côté pour écrire "The Casual Vacancy".

Accueil mitigé dans la presse anglaise

Le roman a divisé les premiers critiques, certains louant son message social très "dickensien" quand d'autres sont restés sceptiques devant des scènes très crues de sexe ou d'injection de drogues. Le Daily Telegraph décrit un livre ""parfois drôle, souvent étonnamment bien observé et rempli de cruauté et de désespoir".  Mal à l'aise avec l'impressionnant dispositif prévu pour préserver le mystère autour de son livre, elle a dit "détester cet aspect" mais "c'est une horrible expérience pour un écrivain" d'avoir un livre qui se retrouve sur internet avant publication.

Personne n'avait pu lire cette sombre fresque sociale et "for adult only",  publiée en France chez Grasset

Black-out total avant sa parution, jeudi, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. En France, seuls l'hebdomaire Elle, pour lequel Michèle Fitoussi a  interviewé J.K. Rowling, et TF1 (entretien diffusé vendredi dans le 20H00) ont  obtenu l'exclusivité. A leur réception jeudi, les libraires français ont dû mettre les ouvrages sous clé. "L'éditeur a interdit qu'on les regarde et demandé que rien ne soit  divulgué", explique l'un d'entre eux.

Le suspense a pris fin. Mais la frénésie suscitée par chaque nouvel opus  d'Harry Potter n'est pas au rendez-vous

L'incursion dans la littérature adulte de la plus riche et célèbre auteure de la planète figure cependant déjà en tête  des meilleures ventes d'Amazon, qui avait enregistré un million de  pré-commandes. Difficile de rater dans les points de vente ce pavé de près de 700 pages à  la couverture rétro rouge et jaune vif. A Paris, dans les librairies indépendantes, les commandes atteignent plusieurs centaines d'exemplaires mais le roman ne semble pas encore susciter d'enthousiasme délirant. "C'est très calme, ça ne démarre pas du feu de dieu. Attendons le  week-end", dit à l'AFP Didier Coviaux, reponsable de la littérature au Comptoir  des mots, dans le 20e, qui a commandé 300 exemplaires. "Le silence imposé à la  presse et aux libraires n'a pas aidé à créer le buzz", remarque-t-il.

Léger frémissement dans les librairies de province

A la grande librairie Mollat, à Bordeaux, les ventes ont au contraire  "démarré de suite", explique un responsable de la fiction. Les acheteurs ? "Des  jeunes adultes, qui ont grandi avec Harry Potter", mais aussi "des dames d'âge  mûr". Cependant, pas de "files d'attente dans la rue, comme pour les Harry  Potter". Une vitrine jaune et rouge est consacrée à l'ouvrage, dont 800 exemplaires  ont été commandés.

Place Bellecour, à Lyon, des murs de la librairie Chapitre sont tapissés avec l'ouvrage mais "il n'y a pas d'affluence, ça n'est pas Harry Potter. Nous  avions ouvert à minuit lors de la dernière sortie", commente une responsable. Même son de cloche chez Decitre: "300 ouvrages sont rentrés, on en a vendu deux ce matin. Ce sont les balbutiements, il faut attendre le week-end".

A Lille, le roman est massivement exposé au Furet du Nord où trône une grande affiche de J.K Rowling. La même image promotionnelle se retrouve pleine page dans Le Monde daté de samedi. "Je ne suis pas fan de Harry Potter", mais avec ce roman pour adulte, "je  vais peut-être me laisser tenter", confie une cliente, Cécile Minet, 38 ans. 

"Pour l'instant, c'est mou", reconnaît une employée de la grande librairie  de Rennes Chapitre-Forum du livre, qui a commandé 500 exemplaires. Seuls "deux  ou trois petits jeunes" ont regardé les trois présentoirs où s'entasse le  dernier Rowling. "La couleur interpelle". "Harry Potter, j'ai adoré, mais un livre pour adultes, on attend de voir.  Je ne sens pas un énorme buzz, mais il y a de la curiosité", remarque Solenne Cavellec, responsable du rayon littérature.

La FNAC et la librairie Kléber à Strasbourg reconnaissent que c'est "très  calme".

Aux Ombres Blanches, à Toulouse, une responsable assure: "ça commence à partir, les gens l'attendaient". Le tirage d'"Une place à prendre" n'est pas communiqué mais le roman  devrait être selon ses éditeurs anglophones "l'événement de la décennie".

Le tirage d'"Une place à prendre" n'est pas communiqué mais le roman devrait être selon ses éditeurs anglophones "l'événement de la décennie". Aujourd'hui, l'écrivain travaille à deux autres livres pour jeunes enfants.