Quand les éditeurs s'emparent des chroniques Facebook pour en faire des livres

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 09/02/2014 à 10H14, publié le 24/01/2014 à 19H08
Page d'accueil de "Petite Cendrillon amoureuse du Prince du Ghetto [Chronique]"

Page d'accueil de "Petite Cendrillon amoureuse du Prince du Ghetto [Chronique]"

© Facebook

Feuilletons des temps modernes, les chroniques Facebook fleurissent sur la toile et sont suivies par des milliers de fans. Leur succès pousse les éditeurs à s'emparer de ces histoires pour les publier en version papier.

Nargesse Bibimoune a 22 ans. Elle est étudiante en sciences politiques à Lyon et a conquis près de 18 000 fans sur Facebook avec sa chronique, qu'elle a publiée sous forme de feuilleton sur Facebook pendant plus d'un an. Elle raconte l'histoire de Youssef Bekri, jeune homme de 25 ans, un banlieusard (comme elle) tourmenté et dont la vie est bouleversée par la mort brutale de son meilleur ami. Sa chronique a si bien marché sur le réseau qu'une maison d'édition, IS Editions, s'en est emparé pour la publier en version papier.
"Dans la peau d'un Thug" Nargesse Bibimoune
Nargesse a grandi dans un immeuble HLM dans la banlieue de Lyon, une petite cité sans problèmes. "Dans la peau d’un thug" n'est pas un roman autobiographique. "Cette histoire a été un exutoire après une relation amoureuse que j’avais mal vécue. J’ai eu besoin de comprendre la personne que j’avais en face de moi." raconte-t-elle dans une interview au Parisien.
 
La maison d'édition surfe sur la notoriété de Nargesse acquise sur le réseau social. "Découvrez le livre qui a conquis plus de 150000 fans sur le web", annonce la pub.

Harlequin version urbaine

Elles sont des milliers à se lancer dans une "chronique Facebook". Le principe : écrire une histoire et la distiller quotidiennement sur sa page. Les ingrédients sont classiques : des jeunes filles romantiques à la recherche de l'amour, des voyous ténébreux au coeur tendre, avec le plus souvent pour cadre la banlieue et en toile de fond des préoccupations comme la religion, très présente, la violence ou la famille. 

Il ne faut pas être trop regardant sur la syntaxe ou l'orthographe. C'est un style. Il n'est pas toujours facile de s'y retrouver non plus dans la manière dont sont publiés les différents épisodes. Les textes sont parfois associés à des photos, que l'on trouve dans les albums, ou directement sur le mur de la page, épisodes noyés dans le flux des commentaires ou autres publications, même si les auteurs nous aident en donnant des indications du genre "Partie 3".

Un phénomène
 
Les chroniques aux titres alléchants fleurissent : "Petite Cendrillon amoureuse du Prince du Ghetto" (50 833 fans à ce jour) , "Moi, Valé, fille du chef de la mafia nord, j’ai été kidnappée"  (4127 fans) ou "Love de mon meilleur ami" (53396 fans). Des pages ont même été créées par les fans pour retrouver les meilleures chroniques. A la suite de celle de Nargesse Bibimoune, d'autres feuilletons  sont sur le point d'être publiés, comme  "Chronique d'une cendrillon promise à un prince de tess", suivie par plus de 35 000 fans sur Facebook.
 
Vous avez envie de vous lancer? Pour créer une chronique, c'est simple, rendez vous sur cette page de Facebook. En trois clics c'est fait. Pour l'inspiration par contre, on ne peut rien pour vous…
 

 Dans la peau d'un Thug  Nargesse Bibimoune (IS Edition - 300 pages - 17 Euros)