Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22
Live Hip Hop Live 2014
Ce soir, à 20h47

Philip Roth, écrivain retraité, se sent "libre"

Publié le 21/11/2012 à 10H55, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
Philip Roth le 22 octobre 2012 à New York

Philip Roth le 22 octobre 2012 à New York

© EFE / Miguel Rajmil / MaxPPP

Un mois et demi après avoir discrètement révélé qu'il avait cessé d'écrire, l'auteur américain se réjouit d'être désormais "libre", ostensiblement soulagé de sa décision.

Après quelque 53 ans d'une carrière brillante, Philip Roth, devenu l'un des écrivains les plus renommés de son temps, ne se sentait plus la force de gérer la frustration qui accompagne la création littéraire. "Je n'ai plus l'énergie pour supporter la frustration. Ecrire est une frustration quotidienne, et je ne parle pas de l'humiliation", a-t-il expliqué au New York Times, dans ce qu'il a présenté comme sa dernière interview. "Je ne peux plus passer des jours à écrire cinq pages, que je jette ensuite."

L'an dernier, l'éternel pressenti au Nobel de littérature, qui aura 80 ans en mars, avait pourtant affirmé qu'il ne se voyait pas arrêter d'écrire. Il expliquait alors, dans un rare entretien télévisé : "Ecrire me tient à distance de la dépression."

Or, début octobre, il annonce à l'hebdomadaire français Les Inrocks qu'il n'a plus envie d'écrire. "Pour tout vous avouer, j'en ai fini", ajoute-t-il, soulignant qu'après avoir enchaîné les livres - 31 en 53 ans - il n'a plus rien écrit depuis trois ans.

"La lutte pour écrire est terminée"
Au New York Times, qu'il a reçu, détendu, pendant trois heures dans son appartement du quartier cossu d'Upper West side à New York, l'auteur de "La Pastorale américaine" (prix Pulitzer 1998), de "Goodbye Columbus" (1959), de "Portnoy et son complexe" (1969) et du "Complot contre l'Amérique" (2005), a expliqué que c'était une décision lentement mûrie, prise en 2010 après la publication de "Nemesis". Il a alors choisi d'attendre avant de l'annoncer. "Je n'ai rien dit parce que je voulais être sûr que c'était vrai." Sur son ordinateur, un post-it affirme désormais : "La lutte pour écrire est terminée."

"Je le regarde tous les matins et cela me donne une force incroyable", a confié Philip Roth dans son interview publiée le week-end passé. De plus, l'écrivain a récemment acheté un Iphone et apprend à s'en servir.

"Je suis libre"
"Pourquoi ? parce que je suis libre", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il n'avait rien lu depuis deux mois. Du moins dans la journée. "Le soir je lis pendant deux heures. De l'histoire du 20e siècle et des biographies."

Rares sont les écrivains qui s'arrêtent volontairement, et sa décision a créé une énorme surprise dans les milieux littéraires. Mais après une vie totalement consacrée à l'écriture, qui lui a encore valu cette année le prix espagnol Prince des Asturies de littérature, Philip Roth avait le sentiment d'avoir écrit ce qu'il devait.

"Pendant un mois ou deux, j'ai essayé de penser à quelque chose d'autre, et je pensais 'Peut-être que c'est fini, peut-être que c'est fini'". "Je me suis donné une dose de jus romanesque, en relisant des auteurs que je n'avais pas lus en 50 ans et qui avaient été importants pour moi." Il a mentionné notamment Dostoïevski, Conrad, Tourgueniev, Faulkner et Hemingway. "Et j'ai ensuite décidé de relire mes livres", en commençant par le dernier. Mais l'écrivain s'en désintéresse lorsqu'il arrive à "Porntoy et son complexe".

Après avoir lu tout ça, "je savais que je n'allais pas avoir une autre bonne idée, ou que si j'en avais une, je devrais m'échiner dessus", a-t-il expliqué.

Il continue de travailler... pour son biographe
Aujourd'hui, Philip Roth se réjouit d'avoir désormais plus de temps pour recevoir, notamment dans sa maison du Connecticut (nord-est des USA) où il a passé tant de jours, solitaire, à peaufiner son oeuvre, écrivant souvent debout. Pourtant, il n'a pas tout à fait délaissé l'écriture. Il travaille désormais pour son biographe, Blake Bailey, recruté en juin. Il a déjà rempli pour lui des boîtes de notes et mémos, et Bailey pense qu'il lui faudra des années pour en venir à bout.