Maurice Herzog, le héros à l'image ternie

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/12/2012 à 16H57, publié le 14/12/2012 à 15H25
Maurice Herzog (au centre) était devenu un héros national après son ascension de l'Annapurna

Maurice Herzog (au centre) était devenu un héros national après son ascension de l'Annapurna

© AP/SIPA

Les livres auront balisé la vie de Maurice Herzog, qui vient de décéder à l'âge de 93 ans. "Annapurna, premier 8000" (éd Arthaud), le récit de son ascension, avait été un best-seller absolu : vendu à 12 millions d'exemplaires, traduit en 40 langues. 60 ans plus tard, sa fille Félicité le qualifiait de "menteur" et d'"hémiplégique de la pensée" dans "Un Héros" !

Alpiniste, homme politique et industriel, Maurice Herzog , qui vient de décéder à l'âge de 93 ans, est devenu, avec sa victoire sur l'Annapurna en 1950, un "héros" français mais, pour avoir tiré toute la gloire de cette première ascension à 8.000 m, sa belle image n'a cessé depuis des années de se ternir.
A 14h, ce 3 juin 1950, avec Louis Lachenal, il foule par un vent glacial ce sommet himalayen de 8.078 m. Maurice Herzog , chef d'une expédition qui n'avait pas d'oxygène et progressait sans cartes, brandit le fanion tricolore, ressentant une forme d'extase. Sans cet exploit, a-t-il dit, "je n'aurais pas eu la vie que j'ai eue après". Il a payé sa victoire par une amputation des doigts et des orteils. "Vous voyez ce que j'ai en moins mais, moi, je sens ce que j'ai en plus. Et c'est incomparablement plus grand que ce que j'ai en moins", disait-il. 
Dans la France de l'après-guerre, qui sortait de grandes souffrances, "notre exploit devait être celui de la nation, nous grimpions avec au coeur la pensée du pays et de toute la jeunesse que nous représentions", disait-il. Dix ans plus tard, tous les sommets de plus de 8.000 mètres seraient gravis.

Le Lindberg français

A son retour en France, avec son physique d'acteur de cinéma, "il était auréolé d'une gloire dont il est difficile de se faire une idée. Il était notre Lindbergh, notre Redford, un des rares Français à être connus partout dans le monde", a écrit l'académicien Jean d'Ormesson en 1997. Maurice Herzog  a raconté, en la romançant un peu, la grande aventure de sa vie dans ce qui reste le best-seller absolu de la littérature de montagne : "Annapurna, premier 8000" (éd Arthaud, 1951), vendu à une douzaine de millions d'exemplaires et traduit en 40 langues. Il a écrit d'autres ouvrages sur l'Annapurna. 
Après l'Annapurna, ce gaulliste de la première heure devient directeur de la société Kléber-Colombes. En 1958, le pouvoir gaulliste cherche des hommes capables de redonner un idéal à la jeunesse. Maurice Herzog  devient cette année-là Haut-commissaire à la Jeunesse et aux sports et, en 1963, secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux sports. Député de Haute-Savoie, il sera maire de Chamonix de 1968 à 1977.
Des passages supprimés

Mais la statue du héros s'est lézardée. La mémoire collective tend à faire d'Herzog  le grand vainqueur de l'Annapurna, reléguant au second rang Lachenal, ainsi que les grands alpinistes qui les accompagnaient, Lionel Terray et Gaston Rébuffat. La version des faits trop à la gloire du seul Herzog  a commencé à être révisée en 1996, date de publication du texte intégral des mémoires de Lachenal, "Carnets du vertige". Ceux-ci étaient parus en 1956, peu après la mort du guide, mais Maurice Herzog  et ses amis avaient réussi à supprimer des passages sur l'Annapurna ou à "réécrire" le texte dans un sens moins favorable à Lachenal.
Louis Lachenal expliquait avoir "agi en guide" et poursuivi l'ascension au-delà de ses limites parce qu'il était persuadé que Maurice Herzog , décidé à atteindre le sommet, ne reviendrait pas vivant s'il partait seul. Lachenal, mais aussi Rébuffat, étaient avant tout des professionnels, passionnés par leur métier, et qui supportaient mal l'aspect cocardier de l'expédition. Ceux-ci pensaient "montagne" quand Herzog  pensait "France".
"Un héros" de Félicité Herzog

"Un héros" de Félicité Herzog

© DR
En 2012, Félicité Herzog  - la fille que Maurice Herzog  eut avec Marie-Pierre de Cossé-Brissac, issue d'une grande famille de la noblesse française - n'a pas arrangé l'image de son père qu'elle a traité, dans un "roman" qui n'en est pas vraiment un, ironiquement intitulé "Un héros", de menteur et d'"hémiplégique de la pensée".