Littérature érotique : l'autre remède anti-crise

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/06/2013 à 15H23, publié le 18/06/2013 à 12H18
Le porno-chic à l'assaut des rayons des librairies.

Le porno-chic à l'assaut des rayons des librairies.

© France télévisions

Depuis le best-seller (ou dans ce cas "sex-seller" !) international "Cinquante nuances de Grey", la littérature érotique n'est plus honteuse. De plus en plus d'auteurs s'adonnent à ce genre littéraire qui séduit (et plus si affinité...) le lectorat, essentiellement féminin.

Qui n'a jamais hésité devant le rayon "adultes" d'une librairie, à la fois tenté par ces ouvrages pleins de promesses et en même temps, vaguement honteux d'être surpris l'un de ces livres sulfureux à la main ? Désormais, il n'est plus interdit de lire de la littérature érotique. Au contraire, c'est devenu tendance. Une petite révolution (sexuelle) que l'on doit essentiellement au succès mondial de "Cinquante nuances de Grey" de la Britannique E.L.James. 40 millions d'exemplaires vendus en 18 mois. 37 semaines en tête du classement des meilleures ventes du New York Times.

Pimenter son quotidien

Un orgasme planétaire qui a surpris le monde de l'édition. Comment en effet, cette histoire sado-maso entre un homme d'affaire et une jeune diplômée en littérature a-t'elle pu susciter tant d'engouement chez les lecteurs, ou plutôt les lectrices (80% des accros au "gris" sont des femmes) ? 

La réponse c'est peut-être que les femmes ont envie du grand frisson. Une excitation qu'elles ne trouvent pas forcément, pardon messieurs, dans leur quotidien. Entre le boulot, les enfants, leur couple, les tâches ménagères...il reste peu de place au fantasme. Et c'est là le génie de ce "mommy porn" (porno pour mères de famille). Il permet tout en préparant le dîner, ou dans le métro en allant travailler de vivre par procuration des histoires que, soyons honnêtes, nous ne vivrons jamais dans la vraie vie !

Un marché juteux

Un plaisir défendu que les éditeurs et autres spécialistes en marketing ont bien analysé. Aujourd'hui le porno chic s'arrache. En littérature mais aussi au cinéma. Universal Studios a décroché les droits de "Cinquante nuances de Grey" pour 5 millions de dollars. Une gamme de sex-toys inspirés du roman a même été créée. Sans parler de l'effet littérature érotique sur le marché du numérique. Il reste en effet difficile de passer en caisse ou de lire en public  l'un de ces romans aux couvertures parfois sans équivoque. En revanche, acheter la version électronique est beaucoup plus discret. Résultat : la littérature érotique a progressé de 30% depuis l'avènement de l'e-book. Pour un livre acheté en librairie en version papier, deux le sont sur internet en version pour liseuse. Oui vraiment, l'érotisme en littérature a de l'avenir. Voilà qui aurait ravi le Marquis de Sade, inventeur d'un genre qui en son temps causa sa perte.