Littérature: Deck, Deville et Ferrari parmi l'ultime sélection du Femina

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 19/10/2012 à 18H22
Jérôme Ferrari, Patrick Deville et Julia Deck sont en lice pour le Femina 2012

Jérôme Ferrari, Patrick Deville et Julia Deck sont en lice pour le Femina 2012

© Culturebox

Le jury du Femina a conservé dans sa dernière sélection cinq romans français et quatre étrangers, ainsi que cinq essais, en lice pour ce prix littéraire convoité qui sera décerné le 5 novembre, a annoncé vendredi sa présidente Camille Laurens.

Le premier roman très remarqué de Julia Deck figure notamment dans cette ultime liste aux côtés des livres de Jérôme Ferrari et Patrick Deville, retenus cette année par les jurés de plusieurs prix, dont le Goncourt. Un autre "primo-romancier", l'ex-ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, reste aussi dans la course du Femina.

Sélection
        
Romans français:

- Julia Deck "Viviane Elisabeth Fauville" (Minuit)
- Patrick Deville "Peste et choléra" (Seuil)
- Jérôme Ferrari "Le sermon sur la chute de Rome" (Actes Sud)
- Bruno Le Maire "Musique absolue. Une répétition avec Carlos Kleiber"  (Gallimard)
- Anne Serre "Petite table, sois mise !" (Verdier)

Romans étrangers:

- Sebastian Barry "Du côté de Canaan" (Losfeld) - Irlande
- Michiel Heyns "La dactylographe de Mister James" (Rey) - Afrique du Sud
- Julie Otsuka "Certaines n'avaient jamais vu la mer" (Phébus) - Etats-Unis
- Juan Gabriel Vasquez "Le bruit des choses qui tombent" (Seuil) - Colombie
        
Essais :

- Jean-Claude Berchet "Chateaubriand" (Gallimard)
- Jean-Michel Delacomptée "Passions. La princesse de Clèves" (Arléa)
- Pascal Dibie "Ethnologie de la porte" (Métailié)
- Jacques Julliard "Les gauches françaises" (Flammarion)
- Tobie Nathan "Ethno-roman" (Grasset)

Simon Liberati avait été sacré en 2011 par les dames du Femina pour "Jayne  Mansfield 1967" (Grasset) et l'Américain Francisco Goldman pour "Dire son nom"  (Christian Bourgois), côté étranger. Le Femina de l'essai avait récompensé Laure Murat pour "L'Homme qui se prenait pour Napoléon" (Gallimard).