Le prix Wepler à Pierre Senges pour "Achab"

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/11/2015 à 12H31, publié le 09/11/2015 à 12H14
Détail de couverture du roman "Achab" de Pierre Senges 

Détail de couverture du roman "Achab" de Pierre Senges 

© Verticales

Le 18e prix Wepler-Fondation La Poste a été attribué lundi à Pierre Senges pour son roman "Achab (séquelles)" (Verticales), texte ambitieux qui se veut "une suite véridique" au chef-d'oeuvre de Melville, "Moby Dick". La Mention spéciale du jury a été donnée à Lise Charles pour "Comme Ulysse" (P.O.L).

Roman dense (600 pages), "Achab (séquelles)" commence là où se termine le livre de Melville. Le capitaine baleinier de Moby Dick échappe à son destin. Sauvé des eaux (Melville s'était donc trompé!) il fait tous les métiers. A New York, Achab est vendeur de beignets, cordonnier, éboueur, marmiton, liftier ou cireur de chaussures. Le retraité à la jambe de bois va vendre son histoire de baleine tueuse sous forme de comédie musicale à Broadway puis à  Hollywood. En chemin, on croise Cole Porter et ses chorus girls mais aussi Cary Grant, Orson Welles, Joseph von Sternberg ou encore Scott Fitzgerald. Mais Pierre Senges, encyclopédiste baroque, reconstitue aussi la vie d'Achab avant Moby Dick. On découvre ainsi Achab, jeune, pourvu de ses deux jambes, jouer Shakespeare à Londres. En fait Pierre Senge, 47 ans, s'amuse avec tous les genres littéraires. Très érudit, son roman est aussi follement drôle.

Remis aux lauréats lundi soir à la brasserie Wepler, à Paris, le Prix est doté de 10.000 euros et la Mention spéciale de 3.000 euros, grâce à la Fondation La Poste. 

Le deuxième roman de Lise Charles, "Comme Ulysse" est l'histoire d'une jeune française, Lou, égarée aux Etats-Unis d'abord à New York avant de trouver refuge chez un peintre en Nouvelle-Angleterre. Lou, la narratrice, raconte à la fois ses relations avec le peintre (dont  elle est amoureuse), sa femme, leurs enfants et leurs amis. Elle flotte entre deux cultures, deux langues. Lou est-elle une adolescente ou une adulte? Lise Charles, 28 ans, digresse en permanence et cela donne un livre envoûtant.